#5 Carnet de campagne d’une libraire confinée

Partager sur facebook
Facebook

Aujourd’hui c’est l’anniversaire de ma cousine Justine. Elle a 30 ans et est confinée avec son compagnon, leur fils de bientôt 2 ans et le numéro 2 qui est prévu pour juin. Je lui téléphone mais elle ne décroche pas… J’imagine qu’elle avait prévu autre chose qu’un confinement pour son anniversaire. En plus, comme elle est enceinte, elle ne peut même pas prendre l’apéro sur Skype, Zoom ou truc bidule chose ! C’est aussi l’anniversaire du filleul de mon mari. A deux ans il n’a pas réalisé qu’il se faisait avoir. Il avait deux bougies plantées sur son gâteau (home made) et on lui a chanté Joyeux coronanniversaire. Aux infos ce soir j’entends que le confinement serait reconduit de 4 semaines. Et là je pense à tous ceux que Blanquer vient de priver d’anniversaire. Trois cartons d’invitation traînent sur notre cheminée, le laser game de Solal et le goûter de Chloé seront sûrement repoussés à une date ultérieure mais les 80 ans du Tonton, c’est moins sûr. Mon mari est du 18 avril (la Saint Parfait, le parfait moyen memnotechnique pour ne pas oublier !) et je l’ai déjà prévenu qu’il n’aurait pas de cadeau, à moins de se satisfaire d’un cadeau de supermarché. Pas question de commander en ligne ! Son paquet viendra lors de notre libération à tous, en mai lorsque nous ferons ce qu’il nous plaît. 
Pire que les anniversaires différés, il y a la notice nécrologique du jour : Albert Uderzo et Manu Dibango. Évidemment on ne choisit pas le jour de sa mort sinon vous pensez bien que d’Ormesson n’aurait pas choisi de tirer sa révérence 24h seulement avant Johnny. Mais avouez que mourir lorsque son pays est confiné, ça n’est pas de chance. Que seront les obsèques et le dernier hommage rendus à ces monuments du 9e art et de la musique ? Et les éditeurs ne pourront même pas proposer un bon de commande spécial Astérix. Car vous n’avez peut-être jamais vu les choses sous cet angle mais la librairie n’est pas un commerce essentiel mais reste un commerce et quand une célébrité meurt, dans les heures qui suivent la dépêche AFP nous recevons un bon de commande de l’éditeur qui a la chance d’avoir le défunt à son catalogue. Pour certains il y a même des livres à paraître, déjà écrits dont seul le dernier chapitre manque. Pour Chirac par exemple, il y avait quelques biographies au frigo… 
Nous ne vendrons donc pas d’Astérix cette semaine mais dès que nous aurons la possibilité de rouvrir la librairie, nous le ferons avec plaisir. Adressez-vous de préférence à Yves, il les a tous lus et saura vous conseiller les meilleurs ! 

Pour poursuivre la lecture