ARTS ET ESSAIS

Voici une liste non exhaustive et totalement subjective de ce qui nous a plu, remué, intéressé ce mois-ci, au fil et au gré de nos lectures. Pour voir ce qui nous a secoué les mois d’avant, c’est pas compliqué, il vous suffit d’aller farfouiller dans les archives…

METS LE FEU ET TIRE-TOI – JAMES McBRIDE

James Brown était un show man absolu : chanteur, danseur hors pair, auteur de centaines de chansons dont un bon nombre furent des succès énormes. Personnage controversé, il fut aussi l’une des toutes premières stars de la musique noire américaine. James McBride, romancier et lui-musicien de jazz (il est saxophoniste) s’est vu confier ce travail de commande : l’écriture d’une biographie de « l’homme James Brown », au-delà donc de la simple bio musicale. McBride ne se sentait pas de légitimité particulière à se lancer dans ce projet, mais des nécessités d’ordre personnel l’ont poussé à accepter cette rentrée d’argent bienvenue. Quelle chance pour nous !  A travers le parcours de ce musicien hors norme, c’est tout un pan de l’histoire américaine, celle des Noirs, celle du Sud qu’embrasse ce livre. Sans jamais tomber dans l’hagiographie (James Brown avait une énorme personnalité, des qualités aussi évidentes que ses défauts, mais ce n’était définitivement pas une personne « aimable » ni « sympathique ») McBride rend hommage à ce personnage qui toute sa vie aura voulu « arriver comme quelqu’un de spécial, repartir comme quelqu’un de spécial ».

Ce récit est pour moi un coup de coeur absolu, nul besoin d’être fan du chanteur ni même passionné de musique pour être saisi par la qualité hors norme de ce récit.

Traduit de l’anglais (E.U.A) par François Happe

Editions Gallmeister – 22.80 euros

Art et nature à Chaumont-sur-Loire – Chantal Colleu-Dumond & Eric Sandler

Les jardins de Chaumont-sur-Loire sont célèbres dans le monde entier et le domaine de Chaumont invite chaque année les plus grands noms du Land Art à célébrer à travers leurs oeuvres « le lien entre art, nature et patrimoine ». Je n’ai pas encore le plaisir de connaître l’endroit mais je pense que je vais me précipiter là-bas dès que j’en aurai la possibilité car le livre que je vous présente ici et qui vient tout juste de paraître présente des oeuvres d’une beauté à couper le souffle. Si vous appréciez les créations de Goldsworthy, de Nils-Udo (que vous retrouverez ici) vous allez vous régaler en découvrant d’autres artistes aux réalisations tout aussi belles et poétiques. Cet ouvrage rassemble pour la première fois le travail de 46 créateurs invités depuis 2008. Offrez-vous déjà une petite balade virtuelle en visitant le site très riche et très bien fait du domaine de Chaumont.

Editions Flammarion – 40 euros

LOST IN TRANSLATION – ELLA FRANCES SANDERS

Envie d’un livre original, subtil, amusant, voire poétique ? Voici un petit bijou sorti dans sa version française à la toute fin de l’année dernière et qui semble être un peu être passé sous le radar des libraires. C’est injuste et bien dommage car c’est un petit bonheur de lecture. Le principe ? Vous emmener dans un tour du monde des langues, recueillir les termes  intraduisibles… et tenter justement de les cerner le plus précisément possible. Néerlandais, ourdou ou japonais, chaque langue a ses trésors. J’aime bien le coréen NUNCHI  : l’art subtil et souvent inaperçu d’écouter et de soupeser les mots des autres mais mon préféré est définitivement AKIHI qui nous vient de Hawaï. Traduction proposée : le fait d’écouter quelqu’un vous expliquer un trajet, puis de s’éloigner et d’oublier aussitôt toutes les explications.  L’ouvrage, élégamment illustré fera  un très joli cadeau, à moins que vous préfériez  vous l’offrir à vous-même. Une décision comportant a priori peu de risques de Tsundoku (*)

Rue Férou / L’âge d’homme – 15 euros

(*) le fait de ne pas lire un livre après l’avoir acheté, et de le poser sur la pile de livres non lus de la bibliothèque. (japonais). Je profite de ce petit billet pour rappeler aux amoureux des mots, des langues et/ou des voyages l’indispensable lecture de l’excellentissime Poésie du gérondif.

COMMENT LA FRANCE A TUE SES VILLES – OLIVIER RAZEMON

Championne du monde de la grande distribution, la France connaît aussi le revers de cette  médaille… Qui n’a jamais traversé le coeur de ces villes, petites et moyennes, dont la vie semble s’être retirée au profit de zones commerciales périphériques, toujours plus vastes, toujours plus nombreuses ? Plus de boulangerie, plus de magasins de proximité mais des rideaux de fer baissés, des commerces improbables et la désolante impression d’un dépérissement que rien ne saurait endiguer.

Le journaliste Olivier Razemon livre une enquête approfondie dont les conclusions n’incitent pas franchement à l’optimisme. Car selon lui, la prise de conscience n’a pas encore eu lieu. Les édiles continuent à accorder les permis de construire sans grande difficulté, espérant  que l’établissement ou l’agrandissement de la zone commerciale va « créer de l’emploi », hypothèse qu’une analyse plus fine tend à invalider. Autre problème majeur : la place centrale prise par l’automobile. La politique favorisant au maximum la circulation routière dans le centre, fût-ce au détriment d’autres modes de transport et de la qualité de vie,  reste considérée par les citoyens et les commerçants comme la condition nécessaire au dynamisme de la Cité. Et tant pis si le tout-automobile est au coeur même de cette « évaporation » des consommateurs vers la périphérie.

Vous pouvez vous faire une première idée du contenu de cet essai très intéressant en lisant l’interview accordée par l’auteur à Urbis, le site consacré aux questions urbaines. Ce qui devrait très vite vous donner envie d’en apprendre davantage en lisant le bouquin.

Editions Rue de l’échiquier – 18 euros

DES FOOTBALLEURS AU TRAVAIL – FREDERIC RASERA

raseraVoici un livre qui tranche dans l’abondante production de livres consacrés au football. Pendant trois ans, le sociologue Frédéric Rasera  a suivi les footballeurs d’un club de ligue 2 de milieu de tableau dans leur quotidien professionnel.

Ami de longue date de l’un des joueurs cadre de l’équipe (ils ont joué au foot ensemble), l’auteur a pu être accepté par le « vestiaire », et étudier cet environnement professionnel très particulier que constitue une équipe de joueurs professionnels de football.  Car si le football est omniprésent dans les journaux et à la télé, si les exploits des footeux sont analysés à longueur d’antenne par des journalistes sérieux comme des commentateurs de guerre, l’envers du décor reste paradoxalement peu connu, et c’est tout l’intérêt de cette enquête de nous donner à voir de l’intérieur ce sport d’équipe où les trajectoires, les intérêts des salariés de la même entreprise atteignent un degré d’individualisation inconnu quasi partout ailleurs.

L’auteur décrypte les jeux de pouvoir entre joueurs, avec les dirigeants et les différents membres du staff technique, il analyse les stratégies personnelles des joueurs pour acquérir du temps de jeu, gérer une blessure, conserver la confiace du coach… et leur valeur sur le marché du travail. Il aborde aussi la dimension extra-sportive, en particulier la vie sociale, souvent – mais pas toujours- limitée au seul milieu professionnel.

Vous ne trouverez dans cet essai aucune révélation sur les dessous du monde du foot,  aucun « scandale »  mais le résultat d’une sérieuse enquête sociologique et, si  l’écriture manque parfois un peu de fluidité, c’est le seul reproche que j’adresserai à cet intéressant bouquin.

Editions Agone – 20 euros

TRISTE AMERIQUE – MICHEL FLOQUET

FLOQUETLe rêve américain aurait du plomb dans l’aile…

Grand reporter, Michel Floquet a été correspondant de TF1 à Washington de 2011 à 2016 et vient juste d’être nommé directeur adjoint de cette même chaîne. Pas vraiment le profil classique du contempteur de la « méchante Amérique ». .. Le témoignage qu’il livre sur ce pays que l’on croit tous connaître tant sa culture nous imprègne, n’en est que plus intéressant. L’Amérique lui apparaît de plus en plus inégalitaire, marquée par un racisme endémique et par l’incapacité à se réformer en particulier à cause d’un système électoral favorisant le lobbyisme et les intérêts des puissants groupes privés. Elle est aussi terriblement éloignée de l’image qu’on s’en fait en Europe, l’élection d’Obama étant sans doute le meilleur exemple de ce « malentendu ».

L’essai de Michel Floquet souffre sans doute d’être instruit exclusivement à charge mais le propos est argumenté, étayé par de nombreux exemples et me semble plutôt convaincant. Structuré en courts chapitres traitant chacun un aspect de l’Amérique aujourd’hui, il est d’une lecture toujours agréable et jamais verbeux. L’auteur en parle en détail dans l’intéressante interview qu’il donne au  figaro tv

Editions Les Arènes – 19.80 euros

La 6è extinction – Elizabeth Kolbert

extinctionComparé à l’impact  de la civilisation humaine, celui de la météorite géante qui percuta  la terre il y a quelques 65 millions d’années et provoqua la cinquième extinction ferait presque figure d’aimable plaisanterie.  Car l’extinction qui se profile– celle causée par l’Homme, en ce moment même- trouve sa cause dans l’extrême rapidité des changements à laquelle les espèces animales comme végétales doivent – et ne peuvent – faire face.

C’est bien la rapidité du phénomène de réchauffement plus que sa nature intrinsèque  qui est extrêmement préoccupante car les espèces animales et végétales ne disposent pas du temps nécessaire pour s’adapter.

Couronnée par le prix Pulitzer, l’enquête d’Elisabeth Kolbert est passionnante de bout en bout, et il faut bien avouer qu’elle fait froid dans le dos. Très pédagogique sans jamais être ennuyeuse, elle se lit comme un roman à suspens dont on se dit qu’il a toutes les chances de bien mal se terminer. Une lecture indispensable, pour tous les publics.

 

Traduit de l’anglais (EUA) par Marcel Blanc

Vuibert – 21.90 euros

 

LA FIN DES EMPIRES – OUVRAGE COLLECTIF

Ouvrage collectif sous la direction de Patrice Gueniffey & Thierry Lenz.

EMPIREL’histoire, un éternel recommencement ? Certainement pas, si on considère la manière contrastée dont s’effondrèrent les plus grands empires créés par l’Homme à travers les continents et les siècles.

Dans cet ouvrage conçu pour intéresser le plus large public, le lecteur curieux apprendra aussi que sous la dénomination « Empire » on trouve des organisations politiques bien différentes. De l’empire d’Alexandre aux géants soviétiques et américains du 20è siècle, La fin des empires nous propose une vingtaine de voyages à travers autant d’articles signés par des historiens spécialistes de chacune de ces périodes.

Signalons aussi que cet ouvrage souvent passionnant s’ouvre sur une très intéressante préface (Le retour) signée Patrice Gueniffey et Thierry Lenz. Les deux auteurs – qui ont dirigé cet ouvrage collectif- mettent en perspective les concepts de l’Empire et de l’Etat-nation , constatant que l’Etat-Nation, qui semblait avoir gagné la bataille de la modernité et s’imposer partout dans le monde, est aujourd’hui « challengé » par des formes politiques reprenant certaines des caractéristiques de ce que furent les empires.

Editions Perrin – 22 euros

LA DEPOSITION – Pascale Robert-Diard

Un roman de procédure qui s’attaque à la mystérieuse affaire Le Roux.

L’affaire Agnès Le Roux est un feuilleton judiciaire qui depuis les années 70 alimente régulièrement la chronique judiciaire ; Pascale Roger-Diard a suivi cette affaire en tant que journaliste, et nous la raconte, en la centrant sur le coup de théâtre qui eut lieu en 2014.

Agnès Le Roux est la fille de la propriétaire du Palais de la mer, le casino de Nice ; elle a une liaison avec l’avocat Jean-Maurice Agnelet (marié et père de trois garçons), et lors d’un conseil d’administration, elle cède ses parts à Jean-Dominique Fratoni, qui met ainsi la main sur l’établissement. Peu de temps après, Agnès Le Roux disparaît ; on n’a plus eu aucune trace d’elle. Les soupçons se portent sur cet avocat, mais sans preuve formelle. La famille s’obstine, il est condamné, le jugement est cassé par la Cour Européenne, la procédure reprend, et en 2014, son fils Guillaume, qui jusque là avait soutenu son père, fait une déposition à charge. C’est cet épisode et cet homme qui sont au centre de ce passionnant roman : Pascale Roger-Diard cherche à comprendre ce qui s’est passé dans cette famille pendant toutes ces années, et retrace le parcours de Guillaume Agnelet. Avec précision et intelligence, elle narre les péripéties, pistes et fausses pistes de cette affaire au long cours, approfondit les psychologies de Jean-Maurice Agnelet, ses femmes et ses enfants, et nous immerge dans le passionnant théâtre de la justice. Le texte se lit d’une traite et ouvre le champs de la réflexion sur la personnalité de Jean-Maurice Agnelet, sur la composition, et la décomposition, d’une famille. Une histoire qui vous poursuit longtemps.

L’Iconoclaste – 19€

ON VA DEGUSTER – F.-R. GAUDRY & MIAM! – L. ROWE

On déguste et on savoure...
On déguste et on savoure…

Offrir un bouquin de cuisine part souvent d’une bonne intention (ou d’une arrière-pensée bien peu charitable), mais pour être original sur ce créneau il faut parfois chercher longtemps. On vous conseille chaudement deux parutions de fin d’année qui changent de l’ordinaire.

On va déguster de François-Régis Gaudry & ses amis reprend les chroniques de l’excellente émission culinaire de France Inter, celle du dimanche matin, qui vous accompagne quand vous vous mettez aux fourneaux après avoir fait le marché. La mise en page vivante et aérée reprend le ton de l’émission, et l’on apprend des tonnes de choses, petites ou essentielles, qui intéresseront les simples curieux, les apprentis chefs ou les exigeants gourmets. Des recettes donc, mais pas seulement, ce qui fait tout le sel de ce très bel ouvrage.

Un joli fourre-tout pour mettre en appétit, ou digérer intelligemment.
Un joli fourre-tout pour mettre en appétit, ou digérer intelligemment.

Miam! de Laura Rowe est sous-titré Miscellanées culinaires : vous y apprendrez en effet tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’avocat, le fromage ou le potentiel énergétique du criquet. Sous forme de documentaire illustré très graphique, on s’instruit sur les produits, les techniques, l’histoire de ce noble art. C’est amusant et didactique, de quoi sécher votre auditoire quand vous réciterez tous les accords gustatifs du citron ou de la mangue.

On va déguster – François-Régis Gaudry & ses amis – Marabout (35€)

Miam! – Laura Rowe – Robert Laffont (23,50€)