#4 Lumière sur des mangas noirs

Partager sur facebook
Facebook

MUSEUM – Tomoe Ryusuke

Le jeune inspecteur Sawamura délaisse sa femme et son enfant. Il est appelé sur une nouvelle affaire particulièrement morbide : le cadavre d’une femme est découvert, dévoré par des chiens. Sur le lieu du crime, le policier trouve un mot sur un bout de papier : “La sanction de la pâtée pour chien”. Tandis que Sawamura poursuit l’enquête malgré la pauvreté des pistes, les meurtres d’une extrême violence se multiplient, toujours accompagnés d’un étrange message (“La sanction de l’amour partagé”, “La sanction pour comprendre la souffrance de sa mère”)…

Pourquoi commettre des crimes d’une telle violence ? Pourquoi ce modus operandi ? Quelle est la signification du message déposé sur les scènes de crime ? 

Le trait sombre et pointu de Tomoe confère un réalisme poignant à l’histoire. Doté d’un rythme haletant et d’un suspense incroyable, Museum est l’un des meilleurs mangas noirs que j’ai lu (qui n’est pas sans rappeler le fim Seven de David Fincher).

Série en deux volumes (déjà parus) – A partir de 14 ans

Traduit du japonais par Thibaud DESBIEF

Pika – 16€

NOISE – Tsutsui Tetsuya 

Les jeunes délaissent Shishikari, un village de la campagne japonaise. Toutefois, la bourgade subsiste grâce au travail de l’agriculteur Keita Izumi. Celui-ci cultive une espèce de figue unique dont le commerce est très rentable. Les fonds récoltés permettent d’entretenir et de rénover la ville. La bourgade poursuit un quotidien paisible… jusqu’à ce qu’un certain Mutsuo Suzuki se présente au verger et propose ses services. Jun Tanabe, le meilleur ami de Keita, reconnaît en cet homme, un meurtrier reconnu coupable d’avoir tué une femme de plusieurs coups de couteaux. Suzuki, après avoir purgé une peine de treize ans de prison, affirme s’être racheté. Mais Keita ne lui fait pas confiance et refuse ses services. 

Mais l’homme ne quitte pas la ville. Jun et Keita ne manquent pas d’avertir un jeune policier fraîchement arrivé qu’un meurtrier rôde. Ils décident d’interpeller l’individu de plus en plus étrange qui pourtant n’a rien fait de mal…

Tsutsui maîtrise avec habilité la tension et le malaise qui s’installent dans le village avec l’arrivée de l’homme à l’allure inquiétante. L’angoisse fait place à l’horreur grâce à un subtil retournement de situation où le coupable n’est pas toujours celui auquel on pense. A travers Noise, Tsutsui aborde les thèmes de la justice, du pardon, de la culpabilité, mais également un problème sociétal que rencontre le Japon, à savoir le vieillissement des campagnes et leur dépopulation. 

Dans un univers original à l’intrigue captivante, le mangaka nous livre son meilleur opus !

 Série en cours – Deux volumes déjà parus – A partir de 14 ans

Traduit du japonais par David LE QUERE

Ki-oon – 7.90

 

Pour poursuivre la lecture

Fermer le menu