#15 Journal d’Ulysse, l’as du confinement

Partager sur facebook
Facebook

J’ai entendu dire que tous les spectacles comiques avaient été annulés et c’est fort dommage parce que vous semblez tous voir besoin de vous détendre un peu. Voici donc une excellente nouvelle pour peu que vous habitiez du côté du 9è arrondissement parisien. Vous avez en effet la possibilité d’assister trois ou quatre fois par semaine à un spectacle hautement réjouissant à fort potentiel burlesque. À côté de cela, les meilleurs films de Louis de Funès ont un pouvoir de contraction zygomatique voisin de celui des œuvres d’Ingmar Bergman. Pour profiter de cet authentique moment de poilade entièrement gratuit, il vous suffit de vous pencher à votre fenêtre sur le coup des 9 heures du matin et de guetter attentivement. 

Car oui, c’est maintenant officiel, L’AUTRE s’est remis au footing. Footing,  jogging, course à pied, je ne sais trop comment nommer l’étrange gesticulation à laquelle il se livre depuis quelques jours. Mettez votre réveil, interrompez l’école à domicile ou votre réunion de télétravail et guettez attentivement : vous aurez peut-être la chance de l’apercevoir déambuler dans les rues de la Nouvelle Athènes et cela vaut le coup. Le nom du quartier ne doit pas vous induire en erreur ; ne vous attendez pas à admirer la foulée racée d’un jeune éphèbe aux muscles longilignes lancé dans un glorieux marathon, c’est plus proche du chemin de croix. Mais version courte, hein ? Une demi-heure 35 minutes grand maximum et le voilà déjà qui rapplique, rougissant, dégoulinant, suffoquant. Un spectacle peu ragoûtant, il faut l’avouer. Une demi-heure d’effort mou, cela me semble pourtant loin d’être assez pour éliminer les tablettes de chocolat, les tartines d’houmous et autres apéro-skype. C’est là que moi, Ulysse, compagnon dévoué et aimant, j’interviens. Dès que je l’entends remonter (et je l’entends de loin) je me positionne dans les starting-blocks. Et dès qu’il ouvre la porte, c’est parti ! Je me faufile à travers l’ouverture, direction le rez-de-chaussée, 6 étages plus bas. Le jeu, c’est maintenant de l’amener à me rejoindre avant de lui filer à nouveau entre les pattes et de l’attendre à mi-parcours pour ensuite lui échapper encore une fois. On y passerait facilement la journée si je ne finissais par avoir pitié. Je n’aimerais pas qu’il me claque entre les doigts, voyez-vous, on a tellement de mal à trouver du personnel de nos jours…

Ulysse, votre coach en confinement

Pour rester en forme, quelques  livres sur le sport ou autour du sport :

"Carton jaune" de Nick Hornby

Bien des années avant d’accueillir Thierry Henry et autres superstars du ballon rond, Arsenal était un club modeste qui prenait des raclées plus souvent qu’à son tour. Ce qui n’empêchait nullement Nick Hornby, tout gamin, de lui vouer une véritable passion. Entre chant d’amour et autojustification navrée, il nous fait vivre ici les grandeurs et les peines de sa vie de supporter lambda. C’est franchement hilarant, même si vous n’éprouvez qu’un intérêt très relatif pour le foot. Disponible en poche.

"George Best, le cinquième Beatles" de Vincent Duluc

George Best fut durant les années 1960 un ailier gauche de grand talent. Nord Irlandais, il ne participa à aucune coupe du monde mais fit les beaux jours de Manchester United. Ballon d’or en 1968, il est cité comme une source d’inspiration majeure par de grands footballeurs, dont Diego Maradona. Je pense que c’est pour son talent au foot, mais sait-on jamais, car George Best est resté dans la mémoire collective aussi (surtout ?) en raison de son style de vie. Il fut le premier footballeur à mener la vie d’une pop star. Filles, boîtes de nuit, alcool et excès en tout genre, le gaillard brûlait la vie par les deux bouts. Bien sûr, cela s’est assez mal terminé pour lui. George Best n’était pas un simple bambocheur, sinon le récit de ses bitures aurait un intérêt moyen. Il avait un solide sens de l’humour et était doué d’un sens de la formule décapant. On ne compte plus ses traits d’esprit, abondamment rapportés dans ce récit. Du même auteur, journaliste à l’Equipe, vous pouvez aussi lire "Un printemps 1976" où Vincent Duluc croise l’épopée stéphanoise avec les souvenirs de sa propre adolescence. Un récit touchant et nostalgique. 

"Des footballeurs au travail" de Frédéric Rasera

Voici un essai qui tranche heureusement dans l’abondante production de livres consacrés au football. Pendant trois ans, le sociologue Frédéric Rasera a suivi les footballeurs d’un club de ligue 2 de milieu de tableau dans leur quotidien professionnel (C’est Dijon, mais ce n’est mentionné à aucun moment dans le livre). Ami de longue date de l’un des joueurs cadre de l’équipe (ils ont joué au foot ensemble quand ils étaient ados), l’auteur a pu être accepté par le “vestiaire”, et étudier cet environnement professionnel très particulier que constitue une équipe de joueurs professionnels de football. Car si le football est omniprésent dans les journaux et à la télé, si les exploits des footeux sont analysés à longueur d’antenne par des journalistes sérieux comme des commentateurs de guerre, l’envers du décor reste paradoxalement peu connu, et c’est tout l’intérêt de cette enquête de nous donner à voir de l’intérieur ce sport d’équipe où les trajectoires, les intérêts des salariés de la même entreprise atteignent un degré d’individualisation inconnu ailleurs. L’auteur décrypte les jeux de pouvoir entre joueurs, avec les dirigeants et les différents membres du staff technique, il analyse les stratégies personnelles des joueurs pour acquérir du temps de jeu, gérer une blessure, conserver la confiance du coach… et leur valeur sur le marché du travail. Il aborde aussi la dimension extra-sportive, en particulier la vie sociale, souvent -mais pas toujours- limitée au seul milieu professionnel. Vous ne trouverez dans cet essai aucune révélation sur les dessous du monde du foot, aucun “scandale” mais le résultat d’une sérieuse enquête sociologique, et si l’écriture manque parfois un peu de fluidité, c’est le seul reproche que j’adresserai à cet intéressant bouquin.

J’ai volé la pluie, d’Elisa Ruotolo

Un très beau recueil de 3 nouvelles que l’on doit à une jeune autrice, et qui prennent place dans de petits villages du sud de l’Italie. Seule la première nouvelle, intitulée « Je m’appelle très légende » a trait au football. L’équipe de foot du patelin du coin enchaîne systématiquement défaite sur défaite depuis de nombreuses années contre le bled voisin et adversaire de toujours. C’est vrai jusqu’au jour où par le plus grand des hasards le jeune Federi remplace un titulaire qui s’est blessé. Un garçon très simple, un peu nigaud. Mais l’équipe gagne. Le club de L’aigle Noir a-t-il enfin trouvé son champion ? Edité chez Cambourakis, pas encore d’édition en poche.

"Football factory" de John King

John King est un écrivain qui écrit exclusivement autour de la culture de la classe populaire britannique. Donc bien sûr du football. "Football factory" nous fait pénétrer dans le monde étrange et violent des hooligans. Une nouvelle version poche paraîtra dans quelques mois. Du même auteur et toujours sur le foot on peut lire aussi « Aux couleurs de l’Angleterre » et pour élargir un peu le spectre, "La meute" (épuisé, hélas) ou "Skinheads", une fiction intéressante sur la culture skin parfois bien différente de l’image qu’elle renvoie.

"Silencios" de Claudio Fava

Nous sommes dans l’Argentine de 1978, sous la dictature militaire du général Videla. Un jeune homme, membre d’une équipe de rugby de niveau régional est assassiné par les militaires. Ce meurtre va être à l’origine d’un mouvement de protestation non violent que les autorités vont avoir le plus grand mal à réfréner. Chaque match de l’équipe commencera par une minute de silence, une minute de plus en plus longue partagée par les joueurs et les spectateurs. Un des rares textes sur le rugby (un des rares que je connaisse en tout cas) même si c’est surtout un récit politique. Les phases du jeu sont peu voire pas évoquées mais c’est un récit marquant, d’après une historie vraie. En poche chez J’ai Lu.

"Alias ali" de Frédéric Roux

À personnage hors norme, il fallait un roman hors norme. Mais est-ce vraiment un roman que nous propose Frédéric Roux ? Oui, si on en croit l’information portée sur la couverture. En fait, c’est un véritable Ovni littéraire que cet "Alias Ali", bouquin poids lourd de 898 grammes, sans un poil de graisse, qui par son style très particulier pique forcément la curiosité du lecteur. Imaginez un collage littéraire de 600 pages, fruit de centaines de témoignages d’individus (rarement plus de quelques lignes à chaque fois) qui a un moment ou à un autre ont côtoyé Clay/Ali. "Alias Ali" se dévore de bout en bout, pas comme la grande fresque dans laquelle on se plonge huit heures durant, plutôt dans une succession de courts rounds de lecture. Super bouquin de pause-déjeuner ! Même si la succession des combats rythme le livre et en constitue l’ossature, pas la peine d’être un fanatique de boxe pour plonger, car l’aura d’Ali dépasse les limites du ring. Ali est l’icône d’une époque, l’Amérique des années 60 et le vecteur des conflits qui la traversent : guerre du Vietnam, lutte pour les droits civiques, montée du radicalisme noir… Une fois le bouquin achevé, une question titille le lecteur : ces témoignages sont-ils tous réels, ou l’auteur a-t-il pris quelques libertés pour huiler la mécanique ? Finalement, quelle importance. Vous ne lirez jamais quelque chose qui ressemble à cela et vous le lirez avec plaisir. Du même auteur, et toujours sur la boxe, "La classe et les vertus" un autre livre remarquable qui porte sur l’un des combats les plus célèbres de l’histoire de la boxe, qui vit s’affronter à Las Vegas en 1987 Marvellous Marvin Hagler et Sugar Ray Leonard, deux boxeurs mythiques que tout oppose. Plus classique qu’"Alias Ali", mais excellent aussi. Deux bouquins de Frédéric Roux ont paru début 2020, toujours sur la boxe, un roman et un recueil d’anecdotes. Je n’ai pas eu le temps de les lire avant que cette cochonnerie nous tombe dessus et je regrette bien de ne pas les avoir à la maison.

"Ce que cela coûte" de W.C  Heinz

Côte Est des Etats-Unis, fin des années 1950. Eddie Brown se prépare à livrer le combat de sa vie. Après des années à grimper successivement les échelons sous la houlette de son entraîneur, Doc, après des années d’effort et de sacrifice, il va enfin pouvoir disputer le championnat du monde qui peut changer sa vie et celle de son entraîneur. Un journaliste sportif va suivre Eddie et Doc durant les dernières semaines de leur préparation, partager leur quotidien, leurs craintes et leurs aspirations. Un grand livre sur l’amitié, la transmission, l’abnégation et un grand livre tout court. Edité par Monsieur Toussaint Louverture, pas encore en poche.

"De la boxe" Joyce Carol Oates

Le saviez-vous, Joyce Carol Oates est fan de boxe. Depuis toute petite, quand son père l’emmenait assister à des combats. Comme J.C. Oates est sans conteste l’une des plus grandes autrices contemporaines, ce petit ouvrage suscite forcément la curiosité. Cette fois encore, le talent de Oates est bluffant. Le recueil, composé de six textes dont la moitié inédits, se lit comme un roman. J.C. Oates nous parle de la boxe en général, de sa dimension tragique, et aussi de son rapport à ce sport “qui a touché quelque chose de très profond en moi. Il y a là un mystère que j’essaie de percer.” Rocky Marciano, Roberto Duran, Marvin Hagler, Sugar Ray Robinson, Oates passe aussi en revue les grandes figures de la boxe et consacre à certains champions mythiques un texte complet : Jack Johnson, Mohamed Ali bien sûr, et Mike Tyson qu’elle a longuement rencontré. Même si vous n’êtes pas un fanatique du noble art, laissez-vous tenter !

"Courir" de Jean Echenoz

Désinvolture et légèreté, humour et décalage : c’est pour cela qu’on aime Jean Echenoz, écrivain hyper talentueux et déconcertant. Après s’être intéressé à Maurice Ravel (et avant de s’attaquer à Nikola Tesla dans "Des éclairs") Echenoz persiste, avec Zatopek, dans la voie de la biographie librement inspirée ; je ne sais comment qualifier ce genre littéraire, à supposer qu’on soit tenu de le faire. Car Emile, ce n’est pas Emil, pas complètement en tout cas. Echenoz a pris soin d’ajouter un E final qui ne figure pas dans celui du « vrai » Zatopek. Zatopek, je ne connais de lui que peu de choses, quelques vieilles photos, des bouts de film en noir et blanc, mais l’Emile de Jean Echenoz est bien vivant, et on se sent proche de lui. Anti Forest Gump, il traverse les périodes sans se désintéresser de la vie, qui ne se limite pas à la piste cendrée. Incarnation du working class hero, idole de la nation, il finira archiviste pour avoir refusé d’avaler toutes les couleuvres. J’ignore ce qui relève de la vérité historique, et ce que le récit doit à l’imagination d’Echenoz. Mais c’est un beau roman Emile et n’est-ce pas le plus important ? 

"La perfection du revers" de Manuel Soriano

La biographie fictive de Patricia Lukastic, championne de tennis qui atteignit le sommet de sa carrière (douzième joueuse mondiale) au début des 1990 l’époque des Graff et Sélès. Cette espèce de dystopie tennistique est essentiellement centrée sur le « couple » que forme Patricia avec son père et entraîneur. Si le monde du sport professionnel compte bon nombre de parents toxiques, il semble qu’il soit singulièrement élevé dans le milieu du tennis. Le père de Patricia est un modèle du genre, décidant de la vie de sa fille et finissant par lui faire prendre le jeu en horreur. Ayant consacré sa vie à vouloir faire de sa fille une grande championne, il finira paradoxalement par être la cause de son échec. Le livre est très documenté sur le monde du tennis de ces années-là mais peut tout à fait intéresser un public plus vaste que celui des amoureux de la baballe.

"Barracuda" de Christos Tsolkias

Dans une société australienne qui survalorise la réussite sportive et se révèle moins ouverte que l’image qu’elle cherche à véhiculer, Danny veut s’affranchir de sa condition de « petit métèque » des classes moyennes (une mère coiffeuse d’origine grecque, un père chauffeur de poids lourd) et s’imposer comme LE prochain grand champion de la natation australienne. Ses performances sportives lui permettent d’intégrer le lycée huppé où les rejetons des classes supérieures lui font toucher du doigt tout ce qui le sépare de l’aristocratie anglo-saxonne invariablement promise au succès. Si cet ostracisme redouble la soif de succès de Danny, il renforce le sentiment de mal-être de l’adolescent. Après "La Gifle", qui a rencontré un grand succès critique et public, Tsiolkas poursuit son analyse de la société australienne et dénonce les maux qui la traversent : racisme, égoïsme et un nationalisme sportif pas si bon enfant que cela. "Barracuda" s’articule autour d’une question centrale à laquelle Danny va mettre des années à répondre : est-ce qu’échouer le jour J pour quelques dixièmes de secondes signifie forcément échouer dans son existence ?Voici un roman âpre et passionnant de bout en bout, servi par une écriture forte et une construction originale qui ménage une certaine forme de suspense tout en esquissant progressivement le personnage complexe et attachant de Danny.

Et pour terminer, je reprends à mon compte deux chroniques de livres que je n’ai pas lus mais qu’ont appréciés deux de mes camarades, Juliette et Benjamin. 

"La petite communiste qui ne souriait jamais" de Lola Lafon

Elle a fasciné toute une génération, avec son justaucorps blanc et ses couettes : un écureuil, une fée, qui a bousculé les Jeux Olympiques de Montréal et fait connaître un obscur pays de l’Est. Lola Lafon s’interroge sur ce qu’a représenté Nadia Comaneci à nos yeux d’Européens de l’Ouest comme dans son pays et dans sa famille. Cette aura de magie de l’enfance, de petit soldat invincible du communisme les a tous charmés ; puis la petite grandit. La figure de Nadia Comaneci convoque de nombreux thèmes, comme le regard sur l’enfance, le corps féminin, l’utilisation politique du sport, le régime de Ceausescu. "La petite communiste qui ne souriait jamais" est un texte passionnant qui joue sur les multiples facettes de cette minuscule égérie. En poche chez Babel. (Juliette)

"Jeu blanc" de Richard Wagamese

L’écrivain indien Ojibwé raconte l’histoire de son peuple à travers la vie d’un jeune garçon, Saul Indian Horse et d’un sport, le Hockey. La trentaine bien passée, alcoolique et envoyé en centre de soins, on lui soumet l’idée de raconter son passé pour se reconstruire. Débute alors une longue descente vers son adolescence dans le Canada profond des années 70 – 80. Une adolescence sans parents, marquée par la violence, la pauvreté et l’alcool qui viendra éponger tout cela. Seul le Hockey vient alors éclairer ces pages de vie. Outre sa faculté à décrire l’environnement et les traditions indiennes comme peu, l’auteur dresse une grande fresque de la société canadienne de ces années-là. On y retrouve la volonté farouche des autorités de sédentariser, d’absorber la culture Ojibwé et à l’opposé, l’impossibilité pour ce peuple de s’intégrer à ce nouveau monde. Wagamese arrive à retranscrire la vitesse et le mouvement perpétuel du hockey sur glace, ce sport si canadien, mais aussi la joie libératrice qu’il peut procurer à ses joueurs. Il nous livre l’histoire tragique d’un peuple amené à s’intégrer ou à disparaître, si violente soit l’intégration. Un texte dur et magnifique à la fois, sublimé par une écriture magistrale. (Benjamin)

Pour poursuivre la lecture