WEIRD SCIENCE – Collectif

Partager sur facebook
Facebook

WEIRD Voici un album qui nous plonge dans l’âge d’or de la science-fiction, une science-fiction contemporaine de Ray Bradbury, de Robbie le gentil robot de La planète interdite. Dans les années 50 aux Etats-Unis, la revue Weird Science réunissait la crème des auteurs et dessinateurs de la maison d’édition EC Comics. De 50 à 53 parurent ainsi une vingtaine de numéros ; une sélection d’une trentaine de ces récits est proposée dans cette anthologie.

On les feuillette d’un œil amusé, car ces récits paraissent bien datés. Mais au-delà de cet aspect un peu kitsch, les histoires sont en général d’excellente facture. Le format court, quatre à six pages, favorise une écriture précise, nerveuse et ramassée.

Et puis, lire Weird Science aujourd’hui, c’est aussi lire un témoignage sur une époque. Ces histoires de science-fiction, a priori anodines, ne fonctionnaient-elles pas comme une sorte de boite noire de la société américaine ? Une manière de conjurer les peurs d’une société dominatrice, mais rongée par une certaine angoisse intérieure ? Le thème central est celui de la crainte de l’invation, par des extra-terrestres forcément hostiles, qui annonce avec une quinzaine d’années d’avance David Vincent et ses envahisseurs. Autre thème dominant, la catastrophe naturelle causée par la science, amplifiée par la réaction d’un pouvoir politique désireux de tirer bénéfice d’une invention prometteuse, sans tenir compte des dangers encourus.

Un regard porté sur la société plutôt critique, si on considère l’époque. Les dirigeants de la revue eurent d’ailleurs maille à partir avec les commissions de censure. Une SF à découvrir ou redécouvrir…

Akileos – 27 euros

Pour poursuivre la lecture