UNE BETE AU PARADIS – Cécile Coulon

Partager sur facebook
Facebook

Le Paradis est un lieu-dit, perdu au fin fond de la campagne française. On n’y vient pas par hasard, d’ailleurs personne n’y vient et ceux qui y vivent y sont nés. C’est le cas de Blanche et de Gabriel qui y ont vu le jour ; leurs parents ont trouvé la mort dans un accident de voiture et les petits sont restés là, avec leur grand-mère Emilienne. Ils ont grandi, ont forgé leur caractère et se sont enracinés là. Blanche y a amené Alexandre, son premier amour, rencontré sur les bancs de l’école. Elle s’imagine un avenir heureux, une vie de labeur aux côtés de l’être aimé et des enfants qu’ils auront un jour. Mais Alexandre est loin de partager ses projets, lui n’a qu’un objectif : quitter cette terre de malheur et se rendre à la ville pour devenir quelqu’un, pour réussir, ce que ses parents n’ont même pas entrepris. Alors il quitte le village et quitte Blanche qui va avoir du mal à remonter la pente et à essuyer l’affront. Puis Alexandre revient. Blanche est toujours amoureuse mais aussi terriblement méfiante. Comment va-t-elle réagir ?

Avec Une bête au Paradis, Cécile Coulon nous livre un roman polymorphe : à la fois roman du terroir, roman social et roman noir où l’on retrouve les thèmes chers à l’auteure : la condition rurale, l’exode, la force des racines et l’attachement à la terre, la dureté de la vie à la campagne et le bonheur simple que l’on peut éprouver à œuvrer au contact de Mère Nature.

Cécile Coulon explore aussi la complexité des sentiments humains, des meilleurs aux pires. Parce que l’amour peut devenir de la haine, parce qu’une preuve d’amour qui se fait attendre peut conduire au désir de vengeance, parce que le temps qui passe n’efface pas les erreurs commises, vous n’êtes pas prêts d’oublier cette lecture.

Si vous avez aimé Grossir le ciel de Franck Bouysse, vous aimerez la force de la narration de Cécile Coulon, à la fois poétique et pleine d’une violence contenue. À découvrir aussi : Trois saisons d’orage de Cécile Coulon, publié par Viviane Hamy, Prix des libraires 2017, aujourd’hui disponible en poche collection Points.

éditions de L’Iconoclaste – 18 euros

Pour poursuivre la lecture

Fermer le menu