CES LIENS QUI NOUS ENCHAINENT – Kent Haruf

Partager sur facebook
Facebook

Disparu il y a une dizaine d’années, Kent Haruf est un grand auteur américain trop peu connu chez nous. Son empathie naturelle pour les héros modestes, son style simple et direct font indéniablement penser à John Steinbeck. Avant la magnifique trilogie du comté de Holt (disponible en format poche) Kent Haruf avait signé un premier roman qui vient tout juste d’être (très bien) traduit chez Robert Laffont. Une fois encore, l’histoire qui nous est racontée se déroule dans le comté de Holt, dans les plaines du Colorado. C’est l’histoire d’Edith, une femme qui a renoncé au bonheur et s’est sacrifiée pour les siens. Au soir de sa vie, elle est en train de s’éteindre dans l’hôpital du comté et devra peut-être répondre de ses actes devant la justice. Quels actes ? On l’apprendra au terme de ce roman bouleversant, dont les différents actes sont rapportés par la voix de Sanders Roscoe, son voisin le plus proche et son ami. Sobre et superbe.

Traduit de l’anglais (E.U.A) par Anouk Neuhoff

Editions Robert Laffont – 21 euros

Pour poursuivre la lecture