BERTA ISLA – Javier Marias

BERTA ISLA – Javier Marias

Imaginez un roman d’espionnage dont  l’intrigue se déroulerait en coulisses et dont on ne nous raconterait rien ou presque. Un roman dont le personnage autour duquel se focalise l’action  reste  hors champ  les deux tiers du roman.  Et quand il apparaît, c’est pour rester mutique. De ses missions, il ne peut rien dire. Ni à Berta, sa femme, ni au lecteur. Le tout sur près de 600 pages. Il faut être un écrivain diablement talentueux pour se risquer à l’exercice et ne pas perdre ses lecteurs en route. Javier Marias réussit cette gageure. Ecrivain du clair obscur, Marias excelle dans ce roman de l’attente et de l’absence, où ce qui est tu est aussi important que ce qui est révélé. Un livre atypique, à l’atmosphère parfois inquiétante, aussi déconcertant qu’envoûtant.

Traduit de l’espagnol par Marie-Odile Fortier-Masek

Gallimard – 23 euros

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.