NOS COUPS DE COEUR

Voici une liste non exhaustive et totalement subjective de ce qui nous a plu, remué, intéressé ce mois-ci, au fil et au gré de nos lectures. Pour voir ce qui nous a secoué les mois d’avant, c’est pas compliqué, il vous suffit d’aller farfouiller dans les archives…

JACK LE TÉMÉRAIRE / BEN HATKE

Les vacances d’été approchent à grands pas, toutefois Jack doit rester à la maison pour s’occuper de sa petite sœur Maddy. Ce n’est pas toujours facile, car Maddy ne dit pas un mot, elle est très renfermée, et leur mère travaille du matin au soir pour arriver à joindre les deux bouts. Un jour de marché, Jack et Maddy s’arrêtent au stand d’un individu étrange qui essaie de leur vendre des objets surprenants. L’homme leur fait une ultime proposition : en échange des clefs de la voiture familiale, il leur offre une mallette remplie de graines mystérieuses qui attire irrépressiblement Maddy. Elle pousse Jack à acheter ces graines et celui-ci subit la colère de sa mère. Le lendemain matin, Maddy est déjà dehors pour planter ces mystérieuses graines quand Jack se lève. Pendant plusieurs jours, ils vont aménager le jardin sous le regard intrigué de leur voisine Lilly qui ne va pas tarder à leur proposer son aide. C’est alors que le jardin se transforme en une jungle sauvage peuplée de drôles de créatures …

L’auteur de Zita, la fille de l’espace revient avec une toute nouvelle série : un univers riche, des personnages charismatiques et ce qu’il faut de rebondissements pour nous tenir en haleine jusqu’au bout.

Dès 9 ans.

Traduit de l’anglais par Fanny Soubiran

Rue de sèvres / 12.50 €

LES INVISIBLES – ROY JACOBSEN

Une famille norvégienne sur une île minuscule, au début du vingtième siècle, un confetti oublié dans le tourbillon des saisons et des années qui passent. Ingrid, la petite fille qui est le personnage du roman, grandit avec pour unique compagnie son parents, son grand-père, la soeur de son père, car cette famille de pêcheurs habite seule le petit îlot. Impossible de ne pas se laisser happer par ce superbe roman à l’atmosphère hypnotique, aussi addictif qu’un thriller malgré la grande simplicité de la trame narrative.  Assurément une de mes meilleures lectures de l’année.

Traduit du norvégien par Alain Gnaedig.

Gallimard – 21 euros

GENESIS T.1 LE DÉFI DES ETOILES – CLAUDIA GRAY

Dans un futur très lointain, la Terre, polluée par les hommes, est devenue presque invivable. D’autres planètes ont été colonisées dont Genesis, en conflit avec ses colonisateurs. Les habitants de ce monde plus propre considèrent les terriens comme une menace et refusent d’en accueillir davantage.

Noémi est une jeune pilote de l’armée de Genesis. Orpheline, elle s’est portée volontaire pour une mission suicide visant à couper le seul passage les reliant à la Terre.
Lors d’une répétition de la mission, sa meilleure amie est attaquée par un androïde terrien. Pour tenter de la sauver, Noémi va aborder un vieux vaisseau spatial ennemi abandonné. Elle y rencontre Abel, un robot prototype ultra-perfectionné, laissé seul depuis 30 ans. Contre toute attente, il décide d’aider la jeune femme à sauver Genesis. Ensemble, ils vont parcourir les différentes colonies de la Terre pour trouver un moyen de détruire le portail.

Dans ce roman, Claudia Gray soulève des questions intéressantes sur l’intelligence artificielle et son évolution. A mi-chemin entre le roman initiatique et le space opera, « Le défi des étoiles » est le premier tome d’une série prometteuse.

Dès 13 ans

Traduit de l’anglais ( Etats-Unis) par Isabelle Troin

Chez Castelmore – 16.90€

 

LES DOUZE BALLES DANS LA PEAU DE SAM HAWLEY – Hannah Tinti

Laissez le charme du mauvais garçon Sam Hawley agir…

Sam Hawley et sa fille Loo, 12 ans, vivent sur la route, jusqu’à ce que Sam décide de s’installer à Olympus, la ville où a grandi Lily, la mère disparue de Loo, et où réside encore sa grand-mère. L’intégration dans cette petite communauté est aussi difficile pour le père que pour la fille, avec leur histoire toute cabossée. Sam Hawley a d’ailleurs douze cicatrices causées par des armes à feu dont on découvre l’origine peu à peu, tandis que Loo et lui essaient de tisser tant bien que mal des liens avec les habitants d’Olympus.

Ce roman d’Hannah Tinti croise et emmêle de riches thématiques : la description d’une complexe relation père-fille, la peinture d’un amour fou entre Sam et Lily, le portrait de deux adolescentes borderline (Lily et Loo), et la carrière de Sam, délinquant vieillissant. L’ensemble est porté par des personnages très étoffés et des images fortes et troublantes (les motifs de la baleine, de la noyade, des montres vont et viennent ) qui donnent à cet excellent roman une vraie originalité et une belle intensité.

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Mona de Pracontal.

Gallimard – 23 €

INSEPARABLES – SARAH CROSSAN

(Article rédigé par Charlotte, stagiaire)

Tippi et Grace sont deux sœurs siamoises. En-dessous de leurs torses respectifs, elles ne font littéralement plus qu’une. Depuis toujours, elles sont confrontées aux regards curieux, moqueurs ou attristés des autres. Et lorsqu’elles doivent faire leur entrée au lycée, les deux sœurs s’attendent au pire. Contre toute attente, elles vont y découvrir l’amitié, les expériences d’ados et même l’amour. Mais bientôt, les sœurs siamoises sont rattrapées par leur destin et confrontées à un choix impossible qui pourrait bien mettre en péril leur lien unique et leur existence même…

Ce récit, raconté du point de vue de Grace, nous plonge dans la vie quotidienne et le ressenti de ces deux sœurs à qui leur différence est rappelée constamment. Au fil des pages, on oublie leur condition particulière pour réaliser qu’elles sont des adolescentes comme toutes les autres, avec les mêmes envies et les mêmes craintes, et un désir de vivre incomparable. Empathique et émouvant, déchirant et drôle à la fois, ce roman nous fait prendre conscience de la valeur de nos vies.

Dès 14 ans.

 Traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Clémentine Beauvais

Editions Rageot – 14.90 euros

METS LE FEU ET TIRE-TOI – JAMES McBRIDE

James Brown était un show man absolu : chanteur, danseur hors pair, auteur de centaines de chansons dont un bon nombre furent des succès énormes. Personnage controversé, il fut aussi l’une des toutes premières stars de la musique noire américaine. James McBride, romancier et lui-musicien de jazz (il est saxophoniste) s’est vu confier ce travail de commande : l’écriture d’une biographie de « l’homme James Brown », au-delà donc de la simple bio musicale. McBride ne se sentait pas de légitimité particulière à se lancer dans ce projet, mais des nécessités d’ordre personnel l’ont poussé à accepter cette rentrée d’argent bienvenue. Quelle chance pour nous !  A travers le parcours de ce musicien hors norme, c’est tout un pan de l’histoire américaine, celle des Noirs, celle du Sud qu’embrasse ce livre. Sans jamais tomber dans l’hagiographie (James Brown avait une énorme personnalité, des qualités aussi évidentes que ses défauts, mais ce n’était définitivement pas une personne « aimable » ni « sympathique ») McBride rend hommage à ce personnage qui toute sa vie aura voulu « arriver comme quelqu’un de spécial, repartir comme quelqu’un de spécial ».

Ce récit est pour moi un coup de coeur absolu, nul besoin d’être fan du chanteur ni même passionné de musique pour être saisi par la qualité hors norme de ce récit.

Traduit de l’anglais (E.U.A) par François Happe

Editions Gallmeister – 22.80 euros

Comment (bien) rater ses vacances & suites – Anne Percin

Maxime Mainard est le héros plus qu’attachant d’une série de romans dont le quatrième opus vient de paraître : après Comment (bien) rater ses vacances, il y eut Comment (bien) gérer sa love story, puis Comment devenir une rock star (ou pas), et enfin le petit dernier Comment maximiser (enfin) ses vacances. Tout commence en banlieue parisienne, après le bac français : les parents de Maxime partent faire le GR20 et sa petite soeur va dans une colo poney. Il va donc rester chez sa grand-mère pour l’été : de quoi le ravir, vu la complicité qui les unit. Vous ferez au passage la connaissance de ses potes Kevin, au verbe fleuri, et Alexandra, partenaire idéale de jeux vidéos et tout autre délire. Sauf que rien ne se passe comme prévu, et que Maxime devra côtoyer le service d’urgences du Kremlin-Bicêtre, les flics et appeler à l’aide un oncle surnommé « Tonton déprimos ». Et accessoirement céder à ce qu’il appelle les « dindonneries », c’est-à-dire tomber amoureux…

Quatre volumes pour suivre pendant un an la vie de cet ado, qui se passionne pour l’économie et la musique, qui a de l’énergie à revendre, le sens de l’amitié et de la famille chevillé au corps, et un don inné pour la nouvelle cuisine : Maxime est formidable, un ado à l’humour ravageur et contagieux, qui mène sa barque de potes dans de beaux draps et avec entrain. On applaudit à tout rompre et on en redemande !

Editions du Rouergue – tomes 1  & 2 13,50€, tome 3 14,50€, tome 4 14,90€

STAR TRIP – ERIC SENABRE

Pendant tout l’été, May, 15 ans, doit s’occuper seule de son petit frère, Sam, handicapé et fan de la série Star Trip. Leurs parents sont partis pour un travail top secret et les laissent sans nouvelles.
Pour tromper l’ennui, May et son petit ami  décident de construire pour Sam, une réplique du vaisseau spatial du célèbre feuilleton télévisé.
Mais lorsqu’elle découvre le véritable « Capitaine Burke » assoupi dans son garage, tout bascule pour l’adolescente.

Eric Senabre nous emmène en cavale dans un vieux camion, pour une drôle d’aventure à travers l’Idaho et l’Utah des années 60. Avec des personnages attachants et pleins de caractère, ce roman palpitant plaira sûrement aux amateurs et amatrices de SF vintage et de roadtrip.

Dès 12 ans.

Didier jeunesse – 15,90€

LES FILLES AU LION – Jessie Burton

Un voyage artistique, entre peinture et écriture, de la Guerre d’Espagne au Swinging London.

Odelle Bastien a  26 ans en 1967, et végète dans un quotidien de vendeuse de chaussures, alors qu’elle rêve d’écriture. Noire et originaire de Trinité-et-Tobago, elle a de l’ambition, et du talent, et réussit à décrocher un poste d’assistante dans une galerie d’art, auprès de Marjorie Quick, aussi classieuse qu’intrigante. Elle rencontre aussi Lawrie Scott, un jeune homme qui ne cache pas son attirance pour elle, et a hérité d’un tableau magnifique, représentant une jeune fille tenant dans ses mains la tête d’une autre jeune fille, qu’observe un lion. Ce tableau affole les galéristes  : il s’agirait d’une oeuvre d’Isaac Roblès, peintre espagnol qui réalisa très peu de tableaux, et disparut lors de la Guerre d’Espagne. Le récit se scinde et nous découvrons l’histoire de ce peintre Isaac Roblès, et surtout de la famille Schloss : Harold est un marchand d’art viennois, marié à la superbe Sarah, anglaise dépressive, et père d’Olive, qui peint merveilleusement mais le cache. Ils viennent en 1936 en Andalousie, et font la connaissance d’Isaac et sa demi-soeur Teresa.

Après Miniaturiste, Jessie Burton écrit un second roman autour de l’art. Entre écriture et peinture, entre la guerre d’Espagne et le Swinging London, l’auteur distille habilement le mystère et entretient le suspense autour du personnage de Marjorie Quick et du tableau des jeunes filles au lion. Une tension croissante habite les pages espagnoles du roman : les liens familiaux tendus entre Olive et sa mère, entre le mère et le père, entre Teresa et Isaac, puis l’attirance qu’éprouvent Olive et Sarah pour Isaac. En toile de fond, le coup d’état de l’armée espagnole transforme la petite société du village andalou, et la tension sociale devient violence. La partie anglaise du roman est tout aussi riche : le personnage d’Odelle décrit la condition noire dans les années 60 à Londres, mais incarne aussi une destinée particulière par la manière dont elle se réalise dans l’écriture, et dans l’enquête sur Marjorie Quick. Un grand plaisir de lecture !

Traduit de l’anglais par Jean Esch.

Gallimard Du monde entier –  22.50 €

EMMY ET OLIVER – ROBIN BENWAY

Depuis leur naissance, Emmy et Oliver sont inséparables. Un jour, alors qu’ils ont 7 ans, Oliver avoue sur un bout de papier à Caroline, la meilleure amie d’Emmy, qu’il est amoureux d’Emmy. Après les cours, celle-ci veut lui demander des explications. Mais Oliver est déjà parti avec son père pour le week-end. Malheureusement, ce dernier ne le ramènera jamais chez sa mère …

Dix ans plus tard, Emmy a grandi, elle est devenue une belle jeune fille de 17 ans. Elle n’a pourtant jamais pu oublier Oliver. Il a laissé derrière lui un vide impossible à combler. Suite à son enlèvement, les parents d’Emmy sont devenus surprotecteurs avec elle. Si bien qu’aujourd’hui la jeune fille doit leur mentir pour sortir avec ses amis ou faire le sport qu’elle aime : le surf.

La mère d’Oliver a refait sa vie. Aujourd’hui, elle a un mari et deux petites filles, des jumelles. Cependant, elle n’a jamais cessé de chercher Oliver.

Un jour, alors qu’Emmy sort d’une séance de surf, Caroline, vient lui annoncer qu’on a retrouvé Oliver à New York. Il est en chemin pour rentrer chez sa mère. Emmy est sous le choc, elle avait imaginé plusieurs fois leurs retrouvailles. Pourtant, au moment de le revoir, le doute l’étreint : que reste-t-il de leur amitié après une si longue absence ?

Une histoire touchante qui nous plonge dans le quotidien d’adolescents qui ont vécu un traumatisme. Le roman ne porte pas sur enlèvement en lui-même mais sur les suites : la façon dont Oliver va vivre son retour ,après des années d’absences chez sa mère, au milieu de cette nouvelle famille qu’il ne connait pas, le besoin qu’a Emmy de parler à ses parents et de leur faire comprendre qu’ils l’étouffent. Robin Benway aborde des sujets graves qui touchent les jeunes, comme l’homosexualité, le passage à la fac, l’amitié et l’amour. Une plume juste qui nous emporte dans un tourbillon de questions et d’émotions.

Dès 13 ans.

Traduit de l’américain par Anne Delcourt

Nathan – 15.95 €