NOS COUPS DE COEUR

Voici une liste non exhaustive et totalement subjective de ce qui nous a plu, remué, intéressé ce mois-ci, au fil et au gré de nos lectures. Pour voir ce qui nous a secoué les mois d’avant, c’est pas compliqué, il vous suffit d’aller farfouiller dans les archives…

LA FEMME À PART – Vivian Gornick

Une femme qui marche.

Vivian Gornick est spectatrice et amoureuse de sa ville, New York : elle est née et a grandi dans le Bronx dans les années 30 et 40, puis a muri à Manhattan et à Greenwich village dans les années 60. Elle arpente la ville et cueille des scènes cocasses ou troublantes, caractéristiques de la faconde newyorkaise. Accompagnée de sa mère dans Attachement féroce (qui sort en poche, chouette), elle marche maintenant avec son meilleur ami, Leonard. Ces marches sont d’autant plus précieuses qu’elle doit donner des cours en Arizona la moitié de l’année : les beautés naturelles ne nourrissent pas assez son esprit bouillonnant… Au fil des pas, elle évoque ses expériences et réflexion sur le couple, l’amitié, ses lectures : Vivian Gornick est un esprit libre et caustique dont le compagnonnage dans les rues de New York est une délectation.

Traduit de l’anglais par Laëtitia Devaux.

Rivages – 17,80€

LOUP ET LES HOMMES – Emmanuelle Pirotte

Dansons avec les loups et les hommes…

Armand de Canilhac est un petit marquis vieillissant, que l’apparition, dans le salon de madame de Grampin, de Brune Archambault, venue de Nouvelle France, va fortement émouvoir. Il se décide à embarquer avec son fidèle valet Valère pour le Nouveau Monde, sur les traces de son frère, en territoire iroquois. Les deux hommes se sont autant aimés que déchirés.

Le roman d’Emmanuelle Pirotte est un incroyable roman d’aventures, avec des airs de Dumas pour la partie française, qui raconte l’histoire de la famille de Canilhac dans le Gévaudan. La seconde partie, sur les débuts de la colonisation française au Canada, et les luttes de pouvoirs entre tribus indiennes, Français et Anglais, est tout aussi réussie, avec des personnages secondaires très attachants, comme Antoinette, et sa soif d’aventure, Valère et son ouverture d’esprit. Embarquez, vous ne le regretterez pas !

Le Cherche-Midi – 20€

SWING TIME – Zadie Smith

Swing time Zadie Smith
Une danse entre deux filles, deux cultures, deux milieux.

Tracey, tout comme la narratrice, est métisse, dans un quartier pauvre de Londres. Elles se rencontrent à un cours de danse, où la première excelle, tandis que la seconde, malgré son amour pour les comédies musicales, ne brille guère. C’est leur parcours qui nous est conté, zigzagant entre les époques : elle décrit les mères, l’une blanche, permissive, prolo, et l’autre noire, activiste, autodidacte et exigeante, les pères, qu’on adore mais qui cachent bien des choses, elle raconte leur cheminement, la carrière de Tracey qui ne décolle pas malgré son génie, le travail de la narratrice auprès d’une star de la chanson, Aimee.

Zadie Smith invite à une profonde réflexion sur l’identité composite de ces deux jeunes femmes et leurs rapports à leur quartier, à leur amitié, à leur lignée.  En prenant son temps, elle nous raconte  les méandres de chacune, les pièces du puzzle s’assemblent et crée un ensemble étonnant : Tracey est une créature ambigüe et fascinante, la narratrice une spectatrice et une assistante inquiétante. Zadie Smith aborde une multitude de thèmes et brosse un portrait en profondeur de l’Angleterre.

Traduit de l’anglais par Emmanuelle et Philippe Aronson.

Gallimard Du monde entier – 23,50€

DANCERS – JEAN-PHILIPPE BLONDEL

Anaïs, Adrien et Sanjeewa sont tous trois au lycée en option «danse ». A eux trois ils rassemblent les qualités que tout danseur rêverait d’avoir : Anaïs a la technique grâce à des années de compétition de gymnastique qui ont à la fois discipliné et ruiné son corps ; Adrien a l’énergie, qu’il puise dans la colère et la révolte qu’il ressent contre la société qui abandonne ses laissés pour compte dont ses parents font partie et Sanjeewa, émigré du Sri Lanka, a hérité de la grâce de ses aïeux. Cette option danse qui les réunit est leur raison d’être, leur passion et leur mode d’expression. Leur inspiration se nourrit de leurs sentiments et des sentiments, ces jeunes adolescents en ont à foison. L’amitié, l’amour, la jalousie, la colère, le dépassement de soi, la fierté, le trac, la peur. Sur scène comme dans la vie, il faut savoir gérer ses états d’âme.

La construction de ce récit est rythmée et structurée comme une chorégraphie : il y a l’alternance des narrateurs qui permet de changer d’angle de vue au fil des chapitres et la progression chronologique, de mars à juin, qui permet d’organiser les évènements car quels que soient les obstacles à franchir, le temps continue de filer, inexorablement. Ce dernier trimestre de l’année va s’avérer décisif pour nos trois lycéens et les lecteurs sensibles ne seront pas épargnés. Pour cette rentrée, Jean-Philippe Blondel, qui écrit également pour les adultes, nous propose avec Dancers un roman d’apprentissage plein d’énergie, empreint d’humanité, de fraîcheur et de fougue adolescente !

Editions Actes Sud Junior – 13.90 euros

LA NUIT DE BERK – JULIEN BEZIAT

Berk, c’est ce fameux canard doudou déjà célèbre grâce au Mange-Doudous et au Bain de Berk. Si vous ne le connaissez pas encore, vous avez une chance inouïe : celle de franchir la porte de notre librairie et de vous en emparer ! Ils existent même en lutin poche…

Alors dans ce nouvel opus de Berk, il lui arrive un truc terrible : son jeune propriétaire va l’oublier à l’école, dans la caisse à doudous. Et à l’école, la nuit, il fait tout noir. Berk a peur, évidemment. Mais heureusement il a un copain d’infortune : un croco-sac-à-dos a lui aussi été oublié et à eux deux ils vont braver les monstres du noir.

Julien Béziat vous a réservé une chute rigolotte comme il sait si bien le faire mais je vous laisse le plaisir de la découvrir !

Editions Pastel – 13.50 euros

MOI, CE QUE J’AIME, C’EST LES MONSTRES – Emil Ferris

moi ce que j'aime c'est les monstres Emil Ferris
Moi, ce que j’aime, c’est ce livre.

Karen dessine tout le temps : inspirée par les revues d’horreur de son époque (nous sommes en 1968) et ses ballades au musée de Chicago où elle habite avec son frère et sa mère, elle crayonne son histoire assidûment. Elle s’imagine monstre et s’accorde mal avec ses camarades de classe consensuels et cruels. Sa voisine Anka trouve la mort dans des circonstances étranges et Karen enquête.

Cette plongée dans l’enfance est fascinante : les rêves, les angoisses, les pulsions de Karen sont traduites par un trait dense, qui sculpte les détails, mélange réel et imaginaire avec de puissantes images. Le lecteur est immergé dans la psyché riche et poétique d’une enfant hors norme, puis découvre à l’intérieur, comme une poupée russe, le récit d’Anka, née à Berlin en 1920. Entre magie et horreur, ces deux enfants composent un intense récit.

Soyons honnêtes, rares sont les livres qui vous réservent une telle expérience de lecture, totale, exigeante, troublante : j’en suis ressortie essorée et éblouie. Ce livre est gigantesque.

Monsieur Toussaint Louverture – 34,90€

LÀ OÙ LES CHIENS ABOIENT PAR LA QUEUE – Estelle-Sarah Bulle

Là où les chiens aboient par la queue Estelle-Sarah Bulle
Retour au pays natal pour une famille guadeloupéenne.

Antoine est la sœur aînée, suivie de Lucinde et Petit-Frère. Née dans les années 40 dans un village perdu de la Guadeloupe, elle raconte sa vie, et celle de ses parents, dans l’île. C’est sa nièce, née en France, qui recueille cette parole fleurie. Car elle a le verbe haut et le caractère trempé, comme en témoignent aussi son frère et sa sœur. Tous les trois ont choisi de quitter la Guadeloupe, et à travers leur itinéraire à chacun, Estelle-Sarah Bulle nous tend une peinture de la société et de l’histoire de cette île dans toute leur complexité. Les questions de l’exil et du métissage sont incarnées par des personnages vifs et attachants. Ce premier roman, avec sa fraîcheur et sa profondeur, ouvre en beauté le bal de la rentrée littéraire 2018 !

Liana Levi – 19€

IL FAUT FLINGUER RAMIREZ – Nicolas Petrimaux

Il faut flinguer Ramirez
Sortir son flingue ou son aspirateur, il faut choisir.

Ramirez travaille pour une entreprise d’aspirateur : muet, c’est le collègue idéal, hypercompétent et discret. Il a un don particulier pour réparer les machines. Mais quand deux hommes de main de narcos mexicains rapportent leur mixeur défectueux et qu’ils aperçoivent Ramirez, ils blémissent : ne serait-ce pas le féroce,  implacable et légendaire assassin ? Ils préviennent la hiérarchie… et pendant ce temps, deux filles en cavale ont besoin de cash et préparent un braquage.

Il faut flinguer Ramirez est un joyeux mélange de film d’action des années 80 et de Pulp fiction : avec beaucoup de second degré et pas mal d’absurde, cette série Z joue de son charme vintage. Des moustaches, des répliques sentencieuses et des explosions. Du gros lourd.

Glénat – 19,95€

L’ENFANT DE POUSSIÈRE_ PATRICK K. DEWDNEY

Syffe est un jeune orphelin de 8 ans, un peu casse-cou et secrètement amoureux de Brindille.  A force de vouloir impressionner cette dernière il finit par se mettre dans de beaux draps et doit servir un seigneur impitoyable pour réparer sa faute. Sans qu’il s’en rende vraiment compte, sa vie bascule alors de manière définitive. Le temps de l’innocence est terminé pour le jeune garçon qui endosse les rôles d’apprenti-chirurgien et d’espion avant que son destin prenne à nouveau un tournant radical.

Récit initiatique prenant place dans un monde imaginaire, L’enfant de poussière n’est pas un roman de fantasy comme les autres. Servi par une écriture fine et précise, il offre un univers fascinant de richesse. Dans un monde en pleine mutation suite à la mort du roi, les personnages imaginés par Patrick K.Dewdney sont d’une grande justesse et nous guident dans les méandres des conflits politiques et luttes de pouvoir. S’il peut parfois être dur, ce roman regorge également de poésie dans ses descriptions de nature et dans ses portraits.

Ce premier tome d’une série qui en comptera sept est très prometteur et on se languit déjà du deuxième.

Au Diable Vauvert – 23€

Tu as 20 ans, et tu ne sais pas quoi lire ?

… écoute les conseils avisés d’Angélique, stagiaire-libraire :

Habibi – Craig Thompson 

Vendue à un scribe alors qu’elle vient tout juste de quitter l’enfance, puis éduquée par celui-ci, une très jeune femme voit son mari assassiné sous ses yeux par des voleurs. Elle parvient pourtant à leur échapper et trouve refuge sur une improbable épave de bateau échoué en plein désert, en compagnie d’un enfant nommé Habibi. Ensemble, dans des décors souvent nimbés de magie, ils vont grandir et vivre leur vie au sein de cet étrange endroit, en s’efforçant autant que possible de se protéger de la violence et de la dureté du monde, au rythme des contes, histoires, mythes et légendes racontés par la jeune femme…

Roman graphique sans contexte historique précis, Craig Thompson livre un ouvrage au graphisme envoûtant. Il aborde le thème de la calligraphie arabe, de sa poésie et de sa symbolique omniprésente. Avec des personnages attachants et une histoire très bien menée.

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Anne-Julia & Walter Appel, Paul Pichaureau et al. 

 Casterman – 29 € 

Chromatopsies – Mr. Q

Un jeune auteur LGBT se lance sur papier, après un premier titre paru à très peu d’exemplaires, Sous le lit. Il a pendant de nombreuses années utilisé son blog (Les Petits Mensonges de Mr Q) comme support de diffusion. Ici, il met en images des nouvelles qui racontent chacune un aspect important de la vie des jeunes adultes : découverte et acceptation du corps, affirmation de soi, sexualité, orientation sexuelle, relations aux autres, dépression… Le tout dans un style graphique magnifique mêlant stylo et aquarelle pour un rendu onirique et parfois fantastique.

Editions Lapin – 24 €

La Formule de Dieu – José Rodrigues dos Santos

Tomas Noronha, expert en cryptologie, est appelé au Caire par une mystérieuse jeune femme. Sa mission: déchiffrer un cryptogramme caché dans un document détenu par le gouvernement de Téhéran. Un manuscrit écrit de la main d’Albert Einstein dont le contenu pourrait bousculer l’ordre mondial. Au cours de son enquête, il découvre que le fameux manuscrit fait tout simplement la preuve scientifique de l’existence de Dieu.

Roman policier mêlant recherche scientifique et aventures épiques, ce livre permet également d’aborder facilement les grands thèmes de la relativité générale et de la physique quantique, via le point de vue de Noronha, débutant en la matière.

Ce volume et la suite des aventures du cryptologue interprètent les découvertes scientifiques majeures du XXème siècle pour répondre aux questions existentielles de l’humanité.

Traduit du portugais par Carlos Batista

Pocket – 9,40 €

L’Histoire des 3 Adolf – Osamu Tezuka

Berlin 1936. Hitler est au pouvoir. Les Jeux Olympiques d’été sont pour lui l’occasion de conforter une dictature funeste. Sohei Togué, un journaliste sportif venu couvrir les JO retrouve son frère Isao. Mais Isao est angoissé. Il détient, dit-il, un terrible secret qui pourrait ébranler jusqu’à Hitler lui-même. Or, quand Sohei se rend chez son frère, il le retrouve assassiné.

Une perspective nouvelle sur la seconde guerre mondiale et le nazisme. En abordant la guerre du point de vue japonais, Osamu Tezuka met en lumière les motivations de chacun et permet de relativiser les opinions. Il insiste également sur le quotidien, la surveillance politique, la place des femmes dans les conflits impliquant bien trop souvent leur bien-aimé.

Traduit du japonais par Jacques Lalloz

Delcourt – intégrale en 2 volumes, 29,99 €