LE GRAND SAUT – FLORENCE HINCKEL

 

 

Nos six adolescents viennent de décrocher le bac et  font leurs premiers pas d’étudiants. Quatre d’entre eux quittent le sud et se retrouvent en colocation à Paris. Le doute succède à l’enthousiasme : ont-ils fait le bon choix d’orientation ? Les filières choisies peuvent-elles déboucher sur quelque chose de concret ? La capitale saura-t-elle les récompenser des efforts consentis ? Sont-ils suffisamment armés pour quitter le giron familial ? Leur amitié résistera-t-elle à l’épreuve de la colocation ? Aux problèmes d’argent ?
Alex, resté à Marseille suite à l’accident traité dans le premier tome de la trilogie, n’est pas non plus épargné par les remises en question. C’est son psychiatre, contre toute attente, qui va finalement lui venir en aide.
Quant au sixième protagoniste, il va falloir s’armer de patience pour découvrir ce qu’il est devenu. Il disparaît à la fin du deuxième tome, laissant simplement un message à ses amis les enjoignant à lui faire confiance et à ne pas se soucier de lui. Il promet de donner de ses nouvelles plus tard. La surprise est de taille !

C’est avec beaucoup de plaisir que l’on retrouve la joyeuse bande de Florence Hinckel.  Le troisième et dernier tome du Grand Saut est un régal. Nous sommes heureux de voir comment les personnages évoluent au fil des romans, comment leurs rêves s’inscrivent dans leur quotidien, tout naturellement ou au chausse-pied, qu’importe ! Ce qui compte c’est qu’ils essaient. Et l’amitié qui les lie les uns aux autres nous fait du bien à nous lecteurs.

Profitez des vacances pour lire les trois tomes !

Éditions Nathan  – 16.95 €

DIS AU REVOIR A TON POISSON ROUGE – PASCAL RUTER

Andreas, 13 ans, skateur émérite, va devoir déserter le skate park le temps des vacances. Ses parents lui ont trouvé une correspondante anglaise et le programme qu’ils lui ont concocté prévoit des visites de musées et des conversations bilingues. La mort dans l’âme, Andreas, accompagné de ses parents, se rend à l’aéroport pour y accueillir Mary. Les parents s’absentent le temps de payer le parking et disparaissent mystérieusement. Chercheurs scientifiques, il leur est arrivé de devoir partir subitement mais jamais sans avoir prévenu leur fils. Rapidement les adolescents se rendent compte que quelque chose cloche et que les parents d’Andreas ont été enlevés. Et ils ne sont pas au bout de leurs surprises ! Pour commencer, Mary n’a rien de la correspondante qu’Andreas imaginait. Elle est bilingue et ne semble pas avoir besoin de parfaire son français ; c’est aussi une vraie geek pleine de ressources pour l’aventure que nos deux héros s’apprêtent à vivre.

Un roman d’aventures plein de rebondissements, des dialogues très drôles et une intrigue des plus tarabiscotées. Un cocktail détonnant pour un bon moment de lecture. Au menu : savants fous, secrets de famille et voyages autour du monde. De quoi se triturer les méninges !

Didier Jeunesse – 15 €

POUR SERVICES RENDUS – IAIN LEVISON

Cela fait plaisir de retrouver Iain Levison en si bonne forme. Ce fin observateur des moeurs de la société américaine nous revient avec l’un de ses meilleurs romans. Un livre qui s’inscrit dans la veine d’Arrêtez-moi là, son roman le plus « politique ».  Comme toujours chez Levison, les héros ne sont ni des anges ni des démons, mais des individus conduits à commettre des actes que la loi et/ou leur propre morale réprouve(nt).

Si l’humour est moins présent que dans les tout premiers romans de l’auteur, on retrouve toute l’empathie de Levison pour ses personnages, qui rend ses romans si plaisants et si singuliers. Et comme Levison sait aussi trousser une histoire et ménager le suspense, on dévore d’une seule traite cette histoire où un politicien en quête de réélection se laisse aller à enjoliver un peu trop la réalité de sa conduite durant la guerre du Vietnam.

Traduit de l’anglais (E.U.A) par Fanchita Gonzalz Batlle

Editions Liana Levi – 18 euros

AVEC EDOUARD LUNTZ – Nadar & Julien Frey

Avec Edouard Luntz Julien Frey Nadar
Un exemple d’archéologie du cinéma autour d’Edouard Luntz le maudit.

Une brève rencontre, une évocation lors de ses études de cinéma, un vinyl sur une brocante : ces quelques petits caillous mènent Julien Frey sur les traces d’un cinéaste oublié, Edouard Luntz, qui tourna une huitaine de films dans les années 60-70. Sauf que les oeuvres de Luntz sont difficiles à retrouver, et Julien Frey court les conservatoires du cinéma, contacte les acteurs et techniciens de l’époque, rencontre le fils d’Edouard Luntz. Un film en particulier est introuvable, Le Grabuge (si bien nommé), un film financé par la Fox et le producteur Darryl Zanuck, qui passa à peine en salle et finit sa carrière devant le tribunal. Le tout-puissant Zanuck considérait comme son droit de remonter les films qu’il produisait ; cette procédure judiciaire permettra désormais au réalisateur d’avoir un droit de regard sur le final cut. Mais au passage, le montage original du Grabuge s’est perdu.

Julien Frey nous entraîne avec lui à la recherche d’une oeuvre perdue, qui acquiert une aura mythique, transgressive. À l’époque du tout numérique, où tout semble accessible tout de suite grâce à un simple écran et une connexion internet, cette quête de bobines en celluloïd prend une autre dimension. C’est une belle réflexion sur la fragilité des oeuvres et la peur de l’oubli : le livre est un merveilleux hommage à un créateur qui garde tout son mystère, une manière de le sauver de l’effacement et d’inviter à voir ses films.

Futuropolis – 23€

TITAN NOIR – FLORENCE AUBRY

Elfie, tout juste diplômée de son bac, pense avoir trouvé le job d’été parfait. Embauchée dans un grand parc océanographique, elle s’occupe d’abord d’accueillir les visiteurs puis rapidement on lui propose de s’occuper des animaux du centre. Pour finir elle devient dresseuse de l’orque Titan, un mâle particulier car entièrement noir.

Tout semble se passer pour le mieux mais le doute s’installe petit à petit dans l’esprit de la jeune femme. Les animaux du parc sont-ils si heureux qu’elle le pense ? Des réactions et des témoignages d’employés du parc semblent lui montrer le contraire…

En parallèle, un personnage mystérieux s’exprime sur des pages noires. Il semble étrangement familier de Titan et raconte le calvaire de l’épaulard de sa capture jusqu’à sa mise en captivité en passant par ses différents déplacements de parcs en parcs.

Ce roman court et intense est inspiré de faits réels et plus particulièrement de l’histoire de l’orque Tilikum qui, au cours de sa captivité, a tué trois de ses dresseurs. Si l’histoire de Titan Noir est une fiction, elle n’en est pas moins réaliste et permet d’ouvrir les yeux sur la face cachée de ces attractions touristiques.
Au travers de personnages variés,  elle explore divers points de vue et nous plonge au cœur de la vie des animaux en captivité.
Florence Aubry nous propose un roman engagé d’une grande sensibilité qui ne peut laisser personne indifférent.

Un livre à mettre entre toutes les mains. Dès 12 ans.

Le Rouergue – 12.50€