TU T’APPELAIS MARIA SCHNEIDER – Vanessa Schneider

Partager sur facebook
Facebook

De la notoriété à l’anonymat, voilà comment nous pourrions considérer la courte carrière de Maria Schneider.

Fille de Daniel Gélin, vedette du cinéma français à la fin des années 1940, la jeune Maria est toute promue à un avenir sur grand écran. Elle commence à jouer en tant qu’actrice à la fin des années 60 pour un film de Roger Kahane ou Jean Dewever. Toutefois, ces premières apparitions ne participeront que peu à la notoriété dont elle bénéficiera par la suite.
Elle est contactée en 1972 par le réalisateur Bernardo Bertolucci qui lui propose de jouer le rôle féminin principal au côté de Marlon Brando, vedette à l’époque, pour son film « Le Dernier Tango à Paris ». Maria Schneider accepte le scénario et se prend à rêver. Toutefois, la réalité est loin d’être rose. Contrainte de travailler dix heures par jour sous la brutalité du réalisateur italien, le film fut lourd de conséquences pour la carrière et la vie de Maria. Bertolucci lui imposera de tourner une scène non envisagée dans le scénario qui sera vue comme un viol par l’actrice. Propulsée en haut de l’échelle de la notoriété pour redescendre aussi vite, le rôle dégradant de Maria Schneider dans « Le Dernier Tango à Paris » lui collera à la peau toute son existence. Sombrant dans la drogue et la dépression, le film brisera la vie et l’image de la jeune femme, malgré les quelques apparitions cinématographiques au côté de Jack Nicholson, Daniel Duval ou Miou-Miou.

Vanessa Schneider, à travers le récit, rend hommage à sa cousine. Elle retrace brillamment son parcours grâce à une écriture pleine de tendresse et de compassion. Outre la carrière cinématographique de l’actrice déchue, l’auteure aborde la grande complicité qu’elle entretien avec sa cousine et plus généralement avec sa famille. Ce bel hommage retrace également une époque de libération sexuelle pour les femmes mais qui n’est pas sans retour de bâton. Il met en évidence le monde du cinéma dirigé par les hommes et par l’argent.

Un récit poignant et bouleversant sur la vie de Maria Schneider et le monde cinématographique des années 70.

Editions Grasset – 19.00 €

Pour poursuivre la lecture