SALE TEMPS POUR LES BRAVES – Don Carpenter

Partager sur facebook
Facebook

sale tempsLe court chapitre qui ouvre Sale temps pour les braves raconte la brève histoire des parents de Jack Levitt, la fugueuse et le cowboy, comment il fut conçu et abandonné, dans cet Oregon implacable des années 30. Jack grandit à l’orphelinat, devient un adolescent frondeur et prêt à tout : il finit en maison de correction, sort et se retrouve en prison. Il croise à plusieurs reprises la route d’un jeune noir qui excelle au billard, Billy Lancing, avec lequel il partagera sa cellule à San Quentin.
Ce roman de la colère, qui décrit l’itinéraire d’un mauvais garçon, né sous une piteuse étoile, est surprenant : la vie de ce délinquant juvénile (pas bien méchant d’ailleurs) alterne les périodes d’ombre et de lumière, du cachot à la volonté de rédemption. Don Carpenter ne s’embarque pas dans une démonstration du déterminisme social, mais dans la peinture d’une vie chaotique et d’une intériorité complexe. La relation entre Jack Levitt et Billy Lancing est remarquablement développée.

Traduit de l’anglais par Céline Leroy.
Cambourakis – 23,40€

Pour poursuivre la lecture