QUITTER LA VILLE – Kim Su-Bak

Partager sur facebook
Facebook

quitter la villeJ’invite ceux qui ont des idées préconçues sur la bande dessinée asiatique à jeter un oeil sur ce nouvel auteur originaire de Corée du Sud. Outre son trait très dense, ses cadrages inaccoutumés, et ses allers-retours entre réalisme et onirisme, on se passionne pour l’itinéraire de ce charmant looser (auteur de bande dessinée). Avant de quitter la ville pour rejoindre un ami qui s’est retiré loin de tout, l’auteur revient sur son quotidien à Séoul. Il est plus que désargenté : il ne mange que des oeufs et n’a pas payé son loyer depuis bien longtemps. Il prend donc le chemin de l’agence d’interim où il fait la connaissance d’ouvriers journaliers qui comme lui essaient de s’en sortir grâce aux travaux de chantier. Kim Su-Bak dépeint la société coréenne à travers ces marginaux, tous chargés d’une histoire tantôt burlesque tantôt pathétique. L’ensemble est brillant, voire plus, et le second volume est attendu avec impatience.

Atrabile – 20 €

Pour poursuivre la lecture