NOS PERES SONT PARTIS – Dalila Bellil

Partager sur facebook
Facebook

peres partisDahbia et Soltana ont grandi ensemble dans le même village, en Kabylie. Elles auraient pu mener la même vie, mais le père de l’une a quitté l’Algérie avec sa famille, quant au second, il est parti seul en France.
Après des années de séparation, Dahbia écrit à son amie d’enfance. Leur correspondance débute de manière assez classique, mais très vite les lettres deviennent de véritables confidences. Elles s’écrivent à coeur ouvert comme on le ferait dans un journal intime. Dahbia a souffert de l’absence de son père, a toujours accepté la tradition et n’approuve pas la décision de son mari de s’installer aujourd’hui en France. Soltana a souffert d’être immigrée en France et traitée comme une française en Kabylie, de la dureté de son père à la maison et de la difficulté d’être tiraillée entre deux cultures. A travers cet échange, elles vont se comprendre, se soutenir, et surtout se remémorer des secrets de famille…

Ce roman épistolaire raconte l’histoire de deux femmes kabyles, celle de leurs familles et de leur village, à travers l’histoire de la Kabylie et de l’Algérie après l’indépendance. Ces deux récits de vie touchants et réalistes apportent une vision intéressante de la relation franco-algérienne et traitent à la fois de la dure condition féminine là-bas, et de la difficile intégration ici. (Premier roman)

Editions Encre d’Orient – 20 €

Pour poursuivre la lecture