N’APPELLE PAS A LA MAISON – Carlos Zanon

Partager sur facebook
Facebook

ZANON Raquel, Cristian et Bruno exercent la peu ragoûtante activité de maître-chanteurs. Pistant les couples illégitimes dans tous les coins de Barcelone, ils excellent à convaincre les intéressés que garder secrètes leurs incartades amoureuses a un prix. Leur petite entreprise leur permet de survivre, malgré une rouste de temps en temps, quand la victime se révèle plus coriace que prévu. Dans ce cas, le trio n’insiste pas et part à la recherche d’une nouvelle victime plus malléable. Car ni Bruno, le “cerveau” du groupe, ni Christian et Raquel n’ont beaucoup d’envergure. Ils survivent au jour le jour dans une sorte de squat dont ils espèrent sortir un jour. Christian rêve de quitter Barcelone pour l’Andalousie dont il est originaire, Raquel attend pour une greffe de foie, sachant que son statut d’ex junkie ne la place pas en haut de la liste. Quant à Bruno, il tente de garder la main sur le petit groupe , oscillant entre la méfiance et l’amour que lui inspire Raquel, l’amitié et la jalousie qu’il éprouve pour Bruno.

Cette fois-ci, c’est au tour de Merche et Max de tomber dans les filets de la bande. Sauf que Max s’en fout, du coup de téléphone qu’il reçoit. Il est séparé de sa femme depuis plusieurs mois, à cause justement de la relation qu’il entretient de longue date avec Merche, une ex-collègue., toujours mariée par ailleurs. La première réaction de Max est donc de rembarrer Christian au téléphone mais il se ravise vite. N’a-t-il pas là l’occasion de forcer un peu la main de Merche, qui semble avoir du mal à quitter son mari ?

N’appelle pas à la maison est un polar habile et nerveux aux personnages pas forcément recommandables mais attachants. Zanon dépeint les différentes strates d’une société barcelonaise qui toutes, sont durement touchées par la crise. Une lecture hautement recommandée.

Traduit de l’espagnol par Adrien Bagarry

éditions Asphalte – 22 euros

Pour poursuivre la lecture