LE REMPLACANT – Agnès Desarthe

Partager sur facebook
Facebook

remplacantUn nouveau Agnès Desarthe ? Oui et non. Elle signe ici un très beau texte dans une nouvelle collection des éditions de l’Olivier Figures libres. « Je voulais écrire sur un homme exemplaire », dit-elle.

Au départ, le roman devait porter sur Janusz Korzack, un pédagogue polonais, directeur de l’orphelinat du ghetto de Varsovie. L’auteur souhaitait présenter cet homme, lui rendre hommage à travers ce récit, rappeler sa force, son courage… En effet, cet homme, responsable de 70 orphelins, les a, grâce à sa vision de l’éducation, accompagnés et rassurés jusqu’au bout. Il a joué un grand rôle dans la vie de ces enfants, un « remplaçant » pour tous ces jeunes privés de parents. Mais très vite, Agnès Desarthe se laisse emporter par son histoire, sa vie, celle de son « grand-père », Triple B (Bouz Boris Baruch) le « remplaçant », le second mari de sa grand-mère. Elle dresse un très beau portrait de cet homme cher à ses yeux et dévoile des moments très personnels.

Un roman intime et émouvant, un texte sur la déportation, la mémoire, un parallèle entre la vie de 2 « remplacants » héroïques.

Editions de l’Olivier – collection « Figures libres » – 12,50 €
(titre précédent : Petit déjeuner avec Mick Jagger de Nathalie Kuperman).

Pour poursuivre la lecture