LA DEESSE DES PETITES VICTOIRES – Yannick Grannec

Partager sur facebook
Facebook

GRANNEC Toute sa vie, Adèle a vécu dans l’ombre de son mari, Kurt Gôdel, mathématicien de génie mais individu très fragile tant physiquement que psychologiquement. Transparente, ignorée voire méprisée, Adèle a consacré sa vie au Grand Homme. Aujourd’hui retirée dans une maison de retraite, devenue une vieille femme acariâtre, elle veut se raconter, prendre enfin la parole pour son propre compte. L’écouter pour l’apprivoiser, c’est le prix que doit payer Anna, la jeune femme missionnée par l’Université pour récupérer les archives de Gôdel, documents d’une grande valeur scientifique qu’Adèle menace de détruire.

La relation qui se noue entre la toute jeune femme et la vieille dame au seuil de la mort est au coeur du roman et est rendue avec une grande justesse. Fresque “scientifico-historique”, le roman nous promène de la Vienne d’avant-guerre au Princeton des années 50, où Einstein et Oppenheimer, voisins et amis des Gödel étaient fréquemment conviés à goûter la cuisine Mitteleuropa d’Adèle. Un très bon premier roman, très prenant, dont les 450 pages se dévorent quasiment d’une traite.

Editions Anne Carrière – 22 euros

Pour poursuivre la lecture