LA COULEUR DES SENTIMENTS – Kathryn Stockett

Partager sur facebook
Facebook

stockett Cela aurait dû s’appeler Les Bonnes, mais c’était déjà pris ! Ce sera donc un titre un peu cucul la praline, La couleur des sentiments. Mais c’est vraiment ma seule réserve concernant cet EXCELLENT roman, qui devrait plaire aussi bien aux lecteurs/trices amateurs de grandes sagas historiques et/ou familiales qu’aux amateurs de romans psychologiques plus “pointus”. Bref, c’est un roman grand public d’excellente qualité avec une intrigue qui tient la route, des personnages attachants qui existent dès la première ligne. Si ce roman a la chance d’avoir un minimum de presse, je prends le pari que ce sera l’une des surprises de cette rentrée littéraire.

L’histoire en quelques mots : nous sommes dans le Deep south, en 1962, en pleine période de lutte pour les droits civiques. Sauf que dans la petite ville de Jackson, Mississippi, les lois raciales sont appliquées dans toute leur rigueur, et personne ne songe à les remettre en cause. Sauf peut-être, Skeeter, jeune fille de bonne famille, qui est du genre à ruer dans les brancards. Elle est suffisamment rebelle, en tout cas, pour lier amitié avec deux bonnes noires qu’elle va convaincre d’écrire leur histoire. Abileen est la plus âgée de ces deux servantes, elle a appris à tenir sa langue et n’a pas forcément envie de se mettre en danger pour faire plaisir à une jeune écervelée. Minny est plus jeune, plus rebelle aussi. D’ailleurs elle s’est fait renvoyer à plusieurs reprises. Mais Minny a appris à se méfier des blancs, et Skeeter aura du mal à gagner sa confiance…

Dit comme ça, cela paraît plein de bons sentiments, lesquels on le sait, ne garantissent pas l’excellence littéraire. Dans ce cas, cela marche à 100%. C’est typiquement le genre de livre qu’on se précipite pour retrouver le soir, et comme il fait plus de 500 pages, vous allez vous régaler.

Traduit de l’anglais (Etats-Unis d’Amérique) par Pierre Girard

Editions Jacqueline Chambon – 23,80 euros

Pour poursuivre la lecture