L’IMPASSE – Gene Kerrigan

Partager sur facebook
Facebook

kerrigan Callaghan a passé huit ans derrière les barreaux et n’a pas l’intention d’y retourner. Depuis sa remise en liberté, il mène une petite vie tranquille et un peu morose, ses seules sorties étant pour sortir boire un verre dans le pub appartenant à son ami et patron, Novak. C’est là qu’un soir, bien malgré lui, il se trouve mêlé à un réglement de comptes, et intervient pour éviter le meurtre d’un truand de troisième zone. Ce faisant, il interfère dans les plans d’un parrain local et va être obligé de jouer un rôle dans la guerre opposant les truands en place et la jeune garde qui veut prendre les manettes de la pègre à Dublin.
Si la trame est classique, ce polar mérite cependant de retenir toute votre attention. On est à Dublin aujourd’hui, où après des années de croissance économique effrénée, le tigre celtique a pris du plomb dans l’aile (si on me permet l’image). Sur l’île, l’ultra libéralisme a fait pas mal de victimes et en premier lieu, le pays lui-même, à travers une perte totale de ses valeurs et de sa manière de vivre.
Ce que nous montre L’impasse, c’est que l’affrontement entre les anciens et les modernes ne se limite pas au champs de l’économie légale, mais investit également les marges. Mackendrick, truand “à l’ancienne” est ainsi dépassé par les méthodes de Franck Tucker, l’étoile montante de la pègre locale. Sans haine et sans état d’âme, mais en recourant à la violence extrême chaque fois qu’il le faut, Tucker sonne le glas d’un banditisme “à l’ancienne”, qui avait des valeurs, aussi personnelles et contestables soient-elles. Un récit allégorique, si l’on veut, et avant toute chose un roman noir de toute première qualité.

Traduit de l’anglais (Irlande) par Cécile Provost.

Gallimard série noire – 21 euros

Pour poursuivre la lecture