HHhH – Laurent Binet

Partager sur facebook
Facebook

BINET HHhH est un premier roman qui témoigne chez son auteur, Laurent Binet, d’une extraordinaire maîtrise et de solides convictions, qu’on est d’ailleurs pas obligé(e) de partager. Solide maîtrise de “l’art du roman”, puisqu’au delà de la narration du fait historique proprement dit (la préparation puis l’exécution de l’attentat contre Heydrich par deux résistants, l’un tchèque et l’autre slovaque), Binet nous plonge dans la rédaction même de l’ouvrage. On a un peu l’impression d’être derrière son épaule en train de le regarder écrire, ce qui pourrait être assez barbant et en fait non, ne l’est pas du tout. Ainsi, moi qui ne suis pas très friand du genre “récit historique” et pas plus que ça passionné par la 2ème guerre mondiale, je n’ai pas décroché des 450 pages, fasciné de voir le roman se construire et intrigué de voir comment Binet se sortirait/ne se sortirait pas des contraintes qu’il s’est lui même imposées.

Convictions tranchées ensuite, puisque Binet refuse tout recours à l’artifice romanesque, aux “facéties fictionnelles” pour reprendre l’amusante formule de l’auteur. Pas question donc, de “broder”, d’enjoliver pour rendre les faits plus vivants, de se mettre “dans la tête du personnage”, de lui prêter des mots et des pensées que peut-être il n’a pas eus. Binet se veut enquêteur appliqué et refuse d’endosser le traditionnel rôle du démiurge littéraire : il se cantonnera à la narration des faits avérés. Les héros dont il retrace le parcours sont des personnes, pas des personnages, pas du “matériau romanesque”. La démarche de Binet, c’est un peu l’inverse de celle de Haenel, qui dans son “Karski” s’est emparé du personnage historique pour en faire la source d’une narration fictionnelle.

Derrière le choix de Binet, intéressant parce que riche de contraintes – on verra que s’interdire le recours aux facéties fictionnelles, ce n’est pas si simple que cela – il y a l’idée sous-jacente et qui me gêne un peu, selon laquelle la fiction serait un procédé narratif de seconde zone, impropre, indigne peut-être, à témoigner de situations historiques, de “combats” si on ose le terme. Quid d’Hugo, de Steinbeck ? C’est peut-être caricaturer son propos, mal le comprendre, mais je n’ai pu me défaire de cette impression tout au long de la lecture, passionnante au demeurant.
Le mieux, c’est sans doute de vous plonger à votre tour dans la lectuire de HHhH pour vous faire votre propre idée. Une chose est certaine, vous ne regretterez pas votre achat.

Grasset – 20.90 euros

Pour poursuivre la lecture