JAMESTOWN – Christopher Hittinger

Partager sur facebook
Facebook

JAMESTOWN L’album Jamestown, de Christopher Hittinger, est un tour de force et sa lecture, de page en page une heureuse surprise. Imaginez une BD susceptible de séduire tout à la fois le passionné d’Histoire avec un grand H et l’amateur de bd dite “indépendante” (terme galvaudé, j’en conviens, et si vous en connaissez de meilleurs, je suis preneur). Jamestown, c’est tout cela. La toute première tentative d’instaurer une colonie britannique en Amérique du Nord par un certain John Smith et ses camarades (avant même l’aventure du Mayflower et des Pilgrim fathers) est narrée dans un style clair et presque didactique. Et graphiquement, c’est à la fois très original et totalement déstabilisant. Les personnages sont stylisés à l’extrême, les décors très travaillés, un peu dans l’esprit de certains manga, de ce que peut faire Mizuki, par exemple. (Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, c’est très différent de Mizuki). Chaque double page, en général composée dune seule et unique “vignette” s’appréhende à la manière d’un tableau.

Jamestown est publié par une jeune maison, The Hoochie Coochie, éditeur encore peu connu, mais qui devrait le devenir s’il continue à publier des ouvrages de cette qualité (à condition d’adhérer à l’idée un brin optimiste que la notoriété d’un éditeur de BD est proportionnelle à la qualité de sa production, ce qui avouons le n’est pas d’une évidence folle). Je prends un peu le train en marche sur ce coup-ci, puisque Jamestown est sorti depuis début 2008, et que je viens à peine de le lire. Christopher Hittinger vient de sortir un nouvel album chez le même éditeur, Les déserteurs, que je n’ai pas encore eu le plaisir de lire, mais qui a l’air très bien et dont on reparlera sûrement bientôt dans ces pages.

The Hoochie Coochie – 20 euros.

Pour poursuivre la lecture