DU DOMAINE DES MURMURES – Carole Martinez

Partager sur facebook
Facebook

murmures 1187, quelque part au Royaume de France… Esclarmonde, quinze ans refuse le mariage que son père veut lui imposer, et choisit de devenir recluse. Recluse, c’est à dire “emmurée vivante”, dans une cellule jouxtant l’Eglise, que l’on construit spécialement pour elle. Comme seule possibilité de contact avec le monde extérieur, reste la petite trappe qui lui permet de suivre la messe dans la chapelle attenante et de recevoir sa nourriture. Le statut de recluse lui vaut un prestige certain, et fait d’elle une sorte d’intercesseur entre le Ciel et les croyants. Ce prestige gagne encore le jour où Esclarmonde -entrée vierge dans sa réclusion – accouche d’un garçon. On accourt désormais de loin pour avoir le privilège de s’entretenir avec elle, à travers sa lucarne. Esclarmonde trouve dans la présence de ce nouveau-né une force nouvelle ainsi qu’une certaine forme d’équilibre. Jusqu’au jour où l’enfant, qui grandit, ne peut plus franchir la lucarne, frontière entre sa mère et le monde…

Du domaine des murmures est un roman éblouissant, d’une force peu commune et d’une grande originalité. L’écriture est classique et élégante mais ne manque pas de personnalité, les personnages -et en premier lieu Esclarmonde- son inoubliables. En un mot comme en cent, Du domaine des murmures marquera cette rentrée littéraire 2011.

Gallimard – 16.90 euros

(*) A la suite de la lecture du roman de Carole Martinez, je me suis un peu documenté sur le sujet et j’ai été assez étonné d’apprendre qu’il était possible de faire le choix de vie un tantinet extrême de la réclusion jusque dans les années 60. (en Italie). Un petit lien pour ceux et celles que le sujet intéresse…

Pour poursuivre la lecture