Archives par mot-clé : Afrique

Mercredi 16 mai, contes africains de Souleymane Mbodj

Mercredi 16 mai à 14h30, Souleymane Mbodj règle ses contes avec les animaux…

Souleymane Mbodj est un incroyable conteur que nous avons eu le plaisir de recevoir à plusieurs reprises : sa nouvelle parution chez Milan Contes d’Afrique : les animaux nous donne l’occasion de le faire venir une nouvelle fois. Et cette fois-ci, pour accueillir un maximum de monde, la séance de contes se déroulera à 14h30 à l’EspaceLudo, dans la Halle Sécrétan.

Venez donc  nombreux écouter ces histoires malicieuses, peuplées de lions, de hyènes et d’antilopes, qui incarnent si bien les travers humains : rusés, gloutons ou vaniteux, ils se chamaillent et se jouent des tours bien tordus… La morale de l’histoire est souvent bien facétieuse !

 

MADGERMANES – Birgit Weyhe

José, Basilio et Annabella, ou la stupéfiante histoire des Mozambicains allemands.

Quelques années après la publication de La Ronde, un ouvrage qui m’avait beaucoup plu, les éditions Cambourakis édite la nouvelle bande dessinée de l’auteur allemande Birgit Weyhe. Elle y raconte l’histoire pour le moins étonnante des Mozambicains est-allemands… Suite à la Révolution des Oeillets de 1974, le Mozambique, colonie portugaise, gagne son indépendance ; dans la foulée un régime socialiste est mis en place par le Frelimo, parti indépendantiste qui mena la guerilla contre les Portugais. Avec la promesse d’une formation, 16000 Mozambicain(e)s sont partis pour l’Europe, et en particulier l’Allemagne de l’Est. Birgit Weyhe, à partir des témoignages qu’elle a recueillis, reconstitue trois parcours emblématiques. La difficile intégration, la désillusion quant aux emplois et à la formation promis, la fin de leur contrat à la chute du Mur de Berlin, l’impossible retour au pays, la spoliation ; mais aussi le disco des années 70, et les histoires d’amour ! Avec ces trois caractères très différents, deux hommes et une femme, ce sont trois manières d’aborder une affaire bien complexe : ces histoires de vie, qu’on croirait impensables, sont proprement bouleversantes. Le dessin de Birgit Weyhe en noir et blanc, avec un côté naïf, très concentré sur les visages, aux perspectives vacillantes, dit très bien toute la fragilité de ces émigrés.

Une version live de cette chronique pour le site boulevard de la bd !

Traduit de l’allemand par Elisabeth Willenz.

Cambourakis – 24 €