E comme… ELECTRE

Electre, ou l’antiquité au service du futur.


Pas d’inquiétude, on ne va pas vous faire un cours sur la mythologie, ni une incursion dans la psychanalyse. Quoique. Non on va parler informatique, car sous cet antique prénom se cache le bras bionique du libraire, j’ai nommé : Electre à la mémoire infaillible. Le logiciel bibliographique quoi. Vous avez une question, je tapote sur l’ordinateur et vous avez une réponse. Magique. Mon logiciel, mon oracle.

N’allez pas croire que c’est lui (ou elle, d’ailleurs) qui fait tout le boulot, hein, ce n’est qu’une machine tout de même, et ce n’est pas HAL 9000, mais bon elle se révèle un outil des plus précieux : Electre recense tous les livres édités en français, une partie des épuisés et des parutions à venir aussi, car elle a le FEL. Pas la Flamme Eclairante des Livres, mais le Fichier Exhaustif du Livre, mis à jour par les éditeurs et distributeurs. Sur les fiches les plus récentes, vous aurez en plus du nom des auteurs et traducteurs éventuels, du titre, de l’éditeur et l’ISBN, le nombre de pages, les dimensions de l’ouvrage, une photo de la couverture, un résumé, voire même la table des matières et une bio de l’auteur. Et pour ce qui est des options de recherche, c’est le grand luxe : on peut chercher par le prix, le public, la langue originale, la classification Dewey, etc. C’est pourquoi, lorsque vous arrivez avec votre fameuse question piège (« Je n’ai ni le titre ni l’auteur, mais c’est écrit par une femme, et ça parle des chevaux dans le Berry et l’éditeur a un nom qui commence par E »), je fais semblant de réfléchir par moi-même une minute, puis je tape d’un air entendu « chevaux » et « Berry » dans la petite case « Sujet », et pouf la magie opère, j’ai votre réponse. Et vous pouvez vous extasier sur les capacités incroyables (de la machine) du libraire.

Il y a une option de recherche que j’adore sur Electre, c’est « Recherche phonétique » : vous rentrez le nom bien écorché d’un auteur et repouf la magie opère. Et quand j’ai un doute sur l’orthographe de Gombrowicz, et bien je ne perds pas de temps ni de contenance, parce que ma fidèle Electre a son petit décodeur phonétique intégré.

Electre, la meilleure amie du libraire, son fidèle et fin limier ; mais je vous vois venir : vous êtes jaloux. Vous comprenez que les autres moteurs de recherche à côté ne sont que de tristes expédients. Mais non, vous n’aurez pas Electre : il s’agit d’un logiciel professionnel, à l’usage des libraires, bibliothécaires et autres professions du livre. Et oui, il faut être membre du club ultra-select des lecteurs de Livre Hebdo, le canard interprofessionnel, édité par le Cercle de la Librairie. Avec un nom comme ça, ils font penser à une confrérie de bourgeois ventripotents avec cigare et moustaches qui conspirent dans des salons anglais ; normal c’était la mode en 1847, année de création de ce fameux Cercle. Et pour le salon avec fauteuils en cuir, il se trouvait boulevard Saint-Germain. A l’époque on fédère les principaux métiers du livre, et on s’occupe de la Bibliographie de France, bulletin au nom vieillot mais qui est bel et bien l’ancêtre d’Electre. Au siècle suivant, on abandonne les moustaches et les intérieurs confinés, et haro sur la technologie : Electre est informatisée, un coup sur le minitel, un coup en Cdrom et pour finir sur internet. Et parallèlement on met en place un système de transmission informatisée des commandes, appelé Dilicom.

En voilà une belle histoire à la papa, où le progrès pourvoit à tous nos besoins. Vous croyez vraiment au happy end ? non bien sûr ; dernier anicroche en date à propos de cette belle histoire d’amour entre le libraire et son Electre chérie, la changement d’interface : on était habitué à des modules de recherche tout simples et voilà qu’ils rajoutent une tripotée d’options tout bonnement contraignantes. Comme si votre femme, sans vous prévenir, allait faire un tour chez le chirurgien esthétique et revenait avec une nouvelle tête.

Avec la nouvelle version d’Electre on a râlé tant et plus dans les rangs des libraires que le Cercle de la librairie, qui ne manque pas d’humour, a édité un Electre pour les nuls. De quoi surmonter son complexe d’Electre.