NOS COUPS DE COEUR

Voici une liste non exhaustive et totalement subjective de ce qui nous a plu, remué, intéressé ce mois-ci, au fil et au gré de nos lectures. Pour voir ce qui nous a secoué les mois d’avant, c’est pas compliqué, il vous suffit d’aller farfouiller dans les archives…

LE LABYRINTHE DES ESPRITS _ CARLOS RUIZ ZAFON

Fin des années 50, Barcelone, la famille Sempere semble couler des jours heureux dans leur petite librairie malgré quelques difficultés financières. Daniel Sempere est encore marqué par les événements de la fin de son adolescence et les révélations sur sa mère. En nouveau père, il a d’autres priorités que d’aller fouiller dans le passé malgré son envie furieuse d’écrire un jour l’histoire de sa famille.
Mais des temps sombres traversent l’Espagne sous le joug de Franco: tous les moyens sont bons pour se faire une place au sommet de ce panier de crabes qu’est le gouvernement espagnol. Les Sempere vont se retrouver à nouveau confrontés malgré eux à une affaire de lutte de pouvoir. Cette fois-ci des personnages bien plus avides et bien plus dangereux vont mettre cette famille en péril.

Si Le labyrinthe des esprits est le quatrième volet de la tétralogie du Cimetière des livres oubliés, il n’en reste pas moins un des romans les plus riches de Carlos Ruiz Zafon. Avec ses personnages toujours plus profonds et intrigants, avec chacun son passif et ses casseroles; avec son ambiance pleine de mystères, de ruelles et de recoins à explorer, ce nouvel opus séduira les lecteurs curieux et assoiffés de lectures immersives. L’auteur joue à merveille avec ses différents personnages et intrigues pour créer un puzzle original et surprenant tout en révélant un des côtés les plus noirs de l’Histoire de l’Espagne.
Les amateurs de L’ombre du vent ne seront pas déçus par ce nouveau roman.

Bonne nouvelle, la série se lit dans n’importe quel ordre! Vous pouvez donc commencer par lire Le labyrinthe des esprits avant de vous jeter sur les autres tomes de la saga!

Traduit de l’espagnol par Marie Vila Casas

Chez Actes Sud – 27€

LE LAMBEAU – Philippe Lançon

Le Lambeau Philippe Lançon
Comment survivre ?

Philippe Lançon est journaliste, à Libération et à Charlie Hebdo. Le 7 janvier 2015, il est dans la salle de rédaction quand deux hommes armés canardent les journalistes et dessinateurs présents, et est blessé aux bras et au visage. Avant et après l’implosion, Philippe Lançon raconte. Son métier de journaliste, cette pièce de théâtre qu’il voit le 6 janvier au soir, la sortie de Soumission de Houellebecq qu’il vient de chroniquer dans Libé et sur laquelle on polémique à Charlie ; puis le quotidien se grippe, Franck, le garde du corps de Charb n’a pas le temps de dégainer, tous tombent à terre. Tout se ralentit alors, et le journaliste va flotter entre deux mondes, ou plutôt se retrouver en retrait du monde, dans le service des soins intensifs puis en chirurgie stomatologique. La reconstruction de son visage et le silence imposé influent profondément sur l’écrivain, de même que la complicité et le soutien des soignants et des policiers. Son expérience de la fragilité et de la faiblesse est racontée et analysée, et répond à cette question fondamentale : comment survivre ? Loin des abstractions, au plus proche de l’intime et du corps, Philippe Lançon nous offre sa réponse, lucide et lumineuse.

Gallimard – 21€

CARL ET ELSA S’ECHAPPENT & CARL ET ELSA PRENNENT LE LARGE – Jenny Westin Verona & Jesus Verona

carl et elsa prennent le large
Les pieds dans l’eau…
Carl et elsa s'échappent
… ou la tête dans les arbres.

Carl et Elsa sont une attachante paire de héros : on les suit lors de leurs jeux, dans le jardin et à la plage, lorsqu’ils échappent à la vigilance des adultes et s’enfoncent avec délice dans leur univers imaginaire. Ils construisent une cabane dans la jungle sous le regard d’un crocodile et d’un loup dans le jardin de Carl, puis fabriquent un piège sur la plage préférée d’Elsa. Ils se disputent, prennent peur, font des rencontres inattendues  et vivent de grandes aventures avant de retrouver le chemin du réel (et du goûter…). Les textes et les dessins rendent joliment les fantaisies enfantines, et les décors sont délicatement ouvragés, peuplés d’animaux, de fleurs, de plantes colorées. Un très beau moment de lecture à partager avec les petits.

Traduit du suédois par Marie Valera.

Cambourakis – 14€

TROIS ALBUMS FONT LE PRINTEMPS

Voilà le printemps, et avec lui une jolie moisson d’albums jeunesse fleuris et parfumés pour les 5-7 ans !

arboretum
La vie secrète des arbres en couleurs !

L’arboretum, voyage au pays des arbres de Nancy Guilbert & Anna Griot (éditions Courtes et longues, 22€) : un oiseau vient chercher un enfant au petit matin pour lui présenter ses amis, des plantes toutes plus étonnantes les unes que les autres, grâce à leurs couleurs, leur taille, leurs talents d’imitation ou leur parfum. La narration est entrecoupée de doubles-pages documentaires pour présenter les essences ; on se laisse emporter avec beaucoup de plaisir et de curiosité. L’illustration à l’aquarelle, très intense, est particulièrement réussie, choisissant des couleurs franches et jouant avec les contrastes forts.

 

plantes vagabondes emilie vast
Il faut être maline pour prendre racine…

Plantes vagabondes d’Emilie Vast (Memo, 17€) : les plantes prennent la parole et exposent leurs stratégies et leurs exploits pour se reproduire. Elles s’envolent, rampent, tombent, s’agrippent, flottent ou sont mangées pour mieux pousser plus loin. Avec son trait précis, Emilie Vast dessine avec finesse et en noir les feuilles et les troncs, pour mieux faire ressortir les couleurs des fleurs et les fruits. Les explications sont claires et ludiques, comme si un herbier s’animait et nous faisait la causette. Le charme d’Emilie Vast continue à agir…

 

rosie pink lisa zordan didier lévy
Rosie Pink, et légèrement punk, préfère les mauvaises herbes aux fleurs sages.

Rosie Pink de Didier Lévy & Lisa Zordan (Sarbacane, 15,50€) : Rosie Pink est la fille d’un jardinier perfectionniste qui entretient sa roseraie avec minutie, taille les fleurs et arrache les mauvaises herbes. Rosie prend en pitié ces fleurs méprisées et réclame un morceau de jardin pour les installer. Elle a, comme son père la main verte, et les plantes s’épanouissent… La petite fille va habilement rappeler à son père que la nature sauvage est surprenante et capable de bien des beautés, et qu’il n’est pas nécessaire d’être parfait pour être beau. Cette histoire de jardiniers, père & fille, a tout pour plaire, avec une héroïne piquante et des décors soigneusement chamarrés.

LA VÉRITÉ ATTENDRA L’AURORE – AKLI TADJER

Mohamed est un ébéniste de talent mais c’est surtout un homme mélancolique et seul. Dans l’atelier parisien du passage du Grand-Cerf qui est aussi son antre, cela fait plus de vingt ans qu’il occupe ses jours sans les vivre véritablement. Car sa vie a volé en éclats un jour d’été 1993 lorque, en vacances en Kabylie avec son frère Lyes, les deux jeunes hommes furent enlevés par un commando des GIA. Seul Mohamed parvint à s’enfuir, et il n’arrive pas à se consoler de la perte du frère adoré, si brillant, promis à un si bel avenir. Par sentiment de culpabilité peut-être, parce qu’il lui est de mettre les mots sur la douleur qui l’assaille, il quitte Nelly, son amoureuse, sans lui donner d’explications. Ce sont les retrouvailles tout à fait fortuites avec Nelly, bien des années après, qui vont replonger Mohamed dans une histoire qu’il pensait définitivement écrite.

Livre plein de nostalgie et de poésie, vibrant hommage aux cinémas de quartier,  La vérité attendra l’aurore est aussi un roman à l’intrigue très habilement ficelée qui happe le lecteur dès les premières lignes et le tient en haleine jusqu’à la toute fin. C’est également un très beau roman familial où sont explorés les thèmes de la double culture, de la difficulté parfois à trouver sa place. Le portrait du père, plein de pudeur et d’émotion, est tout simplement superbe. Une très belle lecture, hautement recommandée.

Editions Jean-Claude Lattès – 18 euros

L’URUGAYENNE – PEDRO MAIRAL

Cela va moyen moyen dans la vie de Lucas Pereyra, écrivain argentin d’une petite quarantaine d’années. Sa vie est un enfer domestique entre son gamin qui accapare tout son temps et sa femme qui s’éloigne peu à peu. Financièrement il tire le diable par la queue et professionnellement ce n’est pas tellement plus brillant puisqu’il n’arrive pas à écrire le roman qu’il doit à son éditeur. Seul rayon de soleil, le voyage express que Pereyra doit faire à Montevideo, la toute proche capitale de l’Uruguay pour récupérer en personne l’argent des droits des ventes uruguayennes de ses bouquins et échapper ainsi à un taux de change argentin trop défavorable. La femme de Pereyra compte beaucoup sur cet argent mais ce qu’elle ignore c’est que son mari compte bien mettre à profit cette escapade pour revoir la pétillante Guerra, jeune uruguayenne qu’il a vaguement baisouillé à l’occasion d’une convention littéraire que tous deux ont fréquenté l’année d’avant. Aussi riche de promesses qu’elle paraisse, l’équipée uruguayenne de Pereyra ne va pas s’avérer de tout repos…

Un récit désopilant sur la vie de couple et les petites compromissions… et d’une certaine manière un hymne à la liberté et une leçon d’optimisme!

Traduit de l’espagnol (Argentine) par Delphine Valentin

Editions Buchet Chastel – 14 euros

LA SAISON DES FEUX – Celeste Ng

La Saison des feux celeste ng
La banlieue de rêve a des allures de trompe-l’oeil…

Pourquoi Izzy, la petite dernière d’une famille tout ce qu’il y a de plus comme il faut, a incendié son foyer dans cette banlieue toute proprette ? Les Shaker Heights, avec ses pelouses bien taillées et ses demeures cossues, situés à une distance raisonnable de Cleveland, sont le décor d’une rencontre entre deux familles, les Richardson, implantés depuis quatre générations, une mère journaliste locale et un père avocat, quatre enfants beaux et talentueux (Izzy, la dernière, a tout de même un caractère trempé) et les Warren, Mia, artiste photographe, et sa fille Pearl, qui s’installent pour de bon après des années d’errance. Entre les enfants, des liens se tissent, mais aussi entre Mia et Izzy, et Pearl et Mme Richardson.

Celest Ng joue avec le feu et les relations incandescentes entre mères (choisies, subies, détestées, adorées…) et filles (rebelles, cachées, adoptées, inquiétantes…) : les combinaisons changent et les personnages tendent aux autres des miroirs révélateurs. En filigrane, le secret des origines de Pearl, mais aussi le destin de la petite May Ling, tiennent en haleine un lecteur fasciné par ces personnages très bien dessinés.

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Fabrice Pointeau.

Sonatine – 21€

LE NUAGE POURPRE _ M.P. SHIEL

Après une expédition plus que mouvementée dans le froid du Pôle Nord, dont il reviendra seul, Adam se rend rapidement compte que l’humanité entière a succombé aux vapeurs d’un nuage toxique. Seul survivant de la planète bleue, il erre d’un point à l’autre du globe détruisant de grandes cités d’une part, construisant des palais de l’autre, tentant de trouver un sens à sa vie solitaire. Un comble de s’appeler Adam lorsqu’on est le dernier homme sur Terre.

M. P. Shiel s’amuse à torturer son personnage, un être social, par cette solitude immense et irrévocable. Cet isolement pousse Adam dans ses derniers retranchements et à beaucoup d’introspection: quelle peut être notre place dans le monde lorsqu’on y est seul pour le restant de nos jour?
Evidemment c’est la folie qui l’emporte, une mégalomanie qui le pousse à détruire les trésors de l’humanité pour construire de vains châteaux à la gloire de personne.

Le nuage pourpre est un livre intense, d’une écriture précise et sans détour. C’ est un roman ambitieux qui tient ses promesses de chef d’oeuvre post-apocalyptique. On a peine a croire que ce roman fut écrit au début du vingtième siècle!

Traduit de l’anglais par Jean Gibet

Chez L’Arbre vengeur – 18€

VOYAGE EN RÉPUBLIQUE DE CRABE – TARMASZ

Connaissez-vous la République de Crabe?

Cette île marécageuse et pleine de moustiques voraces est perdue au milieu de nulle part et surtout fermée aux étrangers. Ses habitants vivent en complète autarcie grâce à la culture de l’oignon d’eau qui leur sert de nourriture mais aussi de médicament et de textile pour s’habiller entre autres.

Maya, jeune femme dynamique et un peu tête brûlée, est envoyée en mission sur Crabe pour livrer un colis important. Elle a une semaine pour accomplir sa tâche, franchir les obstacles naturels et administratifs qui se dresseront devant elle. Durant son voyage épique elle a eu la bonne idée de tenir un journal avec pléthore de petits détails et d’informations sur les locaux de cette île infernale.

Ce carnet très graphique retranscrit avec beaucoup d’humour le parcours du combattant de Maya: elle se retrouve confrontée à une culture très différente de la sienne où le cours du temps n’a que peu d’importance. Les habitants de l’île de Crabe ont un certain flegme difficile à comprendre pour nous autres occidentaux pressés.

Le dépaysement est total!

Chez Delcourt – 19.99€

CLAUDINE À L’ÉCOLE – Lucie Durbiano

Claudine à l’école par Durbiano : les adolescentes prennent le pouvoir.

Claudine est l’une des grandes de sa classe de jeunes filles et prépare cette année son examen du brevet secondaire. Dans cette France de la Belle époque et de la tranquille Troisième République, Claudine ballade librement son impertinence, à l’école, sur les bancs de la classe de Mlle Sargent, à la maison, où son père s’occupe plus de ses travaux scientifiques que de l’éducation de sa fille, dans la forêt avec Claire, sa soeur de lait devenue gardienne de troupeaux. Avec l’arrivée d’Aimée, la si bien nommée nouvelle institutrice, le petit monde de Montigny va drôlement s’agiter.

Lucie Durbiano illustre et interprète la Claudine de Colette avec une fraîcheur et un plaisir évident. Son dessin faussement naïf dit toujours* bien cette éducation sentimentale : les jeunes filles sont en fleur et charmantes mais affirment leur désir là où on les attend pas. Le gynécée de l’école de jeunes filles est l’objet de toutes les attentions, plus ou moins romantiques. Claudine évolue avec une liberté de ton et de parole incroyable, qui donne à cette comédie du badinage une saveur incomparable.

Gallimard BD – 20 €

*Lisez donc Lo, Orage et désespoir, Le Rouge vous va si bien, Trésor. La ligne claire de Lucie Durbiano est une merveille…