X comme… RAYON X

Le rayon X vous en promet de belles. Cela ne rate jamais, l’arrivée des vacances signe le retour en kiosque du marronnier des marronniers : les français et le sexe. Par respect pour son lectorat, notre modeste blog ne se soustraira pas à cette obligation estivale. On va donc parler de cul, et plus exactement de livres de cul. Mais, amateur de gaudriole, passe ton chemin... Ce billet ne se départira pas du ton austère qui sied à la gravité de la menace qui plane sur nous : la disparition progressive du deuxième rayon, la fin programmée de l’enfer, bref, la lente agonie du rayon X en librairie… Quand SEXE est la requête la plus tapée sur les claviers juste après DSK, quand la moindre pub pour lave-vaisselle ressemble à un casting porno, par quel mystère le rayon érotique se réduit-il comme peau de chagrin pour devenir le parent pauvre des librairies ? Grave question. A défaut d’y répondre, j’aimerais proposer quelques pistes de réflexion. Commençons par bien cerner le problème, voulez-vous… D’abord, est-ce une question de manque d’intérêt pour la chose ? Le sexe n’intéresse-t-il pas les clients des librairies, espèce calme, méditative, peu portée sur la chose un peu à l’instar du grand panda et comme le sympathique plantigrade menacée à terme d’extinction ? La question mérite d’être posée puisqu’on tiendrait là une explication à la problématique plus vaste de la baisse de fréquentation en librairie. Des clients plus âgés, des clients moins nombreux et puis un jour plus de clients du tout... On en garderait quelques uns pour mettre en vitrine des centres Leclerc afin d’édifier les prochaines générations, et ce serait tout. On les nourrirait de feuilles…

Commentaires fermés sur X comme… RAYON X

X comme… X-SMALL

Is small beautiful ? Faut voir... « Bon alors, quand est-ce que vous vous agrandissez ? ». Judicieuse question, qu’on s’est plus d’une fois posée, avant de conclure que l’urgence était de ne pas se précipiter. Pas question de déménager à Pétaouchnok pour gagner 35 mètres carrés, dans lesquels on se sentirait tout perdus, vu qu’on égarerait une bonne partie d’entre vous en route. Ne dites pas le contraire, je sais ce que c’est, j’ai personnellement rompu une relation fusionnelle avec un marchand de vin à la suite d’un bête déménagement. Bouger, oui, mais dans la bonne direction. C’est beau comme un slogan de l’UMP, non ? Pas si simple, cependant. La prochaine fois que vous ferez vos courses avenue Secrétan, levez les yeux du caddie et vous constaterez que les locaux à louer ne sont pas légion, les commerçants qui les exploitent présents depuis de nombreuses années et jusqu’à preuve du contraire bien décidés à y rester. En plus, les locaux de grande taille sont la propriété d'enseignes nationales dont quelque chose me dit qu’elles sont à l’abri de l’OPA que pourrait lancer contre elles une librairie de quartier. Ajoutez à cela ma phobie des déménagements et une sainte horreur des travaux (la simple vue d’un pot de peinture et d’un pinceau me rend malade), et vous comprendrez que l’agrandissement n’est pas forcément pour demain. Bien sûr que je ne cracherai pas sur 20 mètres carrés de plus, surtout si je pouvais les obtenir d’un claquement de doigts, ce qui est assez peu probable. Et puis, le grand et beau local pas cher et bien situé (la variante commerçant du CDI intéressant et bien payé avec plein d’avantages), cela ne…

Commentaires fermés sur X comme… X-SMALL
Fermer le menu