le problème à trois corps -liu cixin

cixinLecteur très occasionnel de science-fiction, j’ai ouvert Le problème à trois corps avec le sentiment de m’aventurer dans une micro-niche (la SF chinoise) à peine moins exotique que le burlesque nord-coréen… C’était avant d’apprendre que le bouquin, qui vient d’être traduit en français mais a paru en 2006, a remporté une floppée de prix dont le plus important du genre, le prix Hugo. C’était avant de lire le long article que le Monde  a consacré à l’auteur en dernière page de son supplément livres il y a quelques semaines de cela .

La sortie du Problème à trois corps est donc un événement pour les amateurs du genre. Pour les autres, c’est l’occasion de se plonger dans un roman très éloigné des clichés qui collent parfois à la S-F. Déjà, une histoire qui commence avec la fille d’un intellectuel pris dans les tourments de la révolution culturelle, ça  change des sempiternelles figures du genre !

En deux mots, l’histoire  est celle d’une invasion à venir : celle de notre planète. Les envahisseurs, qui vivent dans un environnement très hostile caractérisé par une grande instabilité des équilibres physiques ont eu vent de l’existence d’une galaxie beaucoup plus accueillante (la nôtre !) par le biais d’une jeune scientifique en camp de rééducation qui leur a sciemment indiqué la route à suivre. Dans quelques siècles, ils seront là. A moins que…

Le problème à trois corps appartient au sous-genre de la hard SF, où l’auteurs’appuie au maximum sur les connaissances scientifiques et développe une intrigue/un univers qui ne va pas à l’encontre de ces règles. Ce qui suppose pour l’auteur d’avoir une formation scientifique (académique ou acquise sur le tas) assez poussée. Cela vaut aussi, j’imagine pour le lecteur. N’étant pas dans ce cas, je suis tout à fait prêt à admettre qu’un certain nombre de considérations me passent largement au-dessus de la casquette mais cela n’a pas nui à mon plaisir de lecture. Contrairement à ce que j’ai pu lire ça et là sur les forums, le bouquin ne semble absolument pas manquer de rythme et les reproches portant sur la supposée « lourdeur » du style et/ou de la traduction sont à mon sens nuls et non avenus.

Le problème à trois corps est le premier tome d’une trilogie et on espère qu’Actes Sud n’attende pas 10 ans pour nous proposer la traduction de la suite. Une lecture pour tous les curieux(ses) même (et surtout ?) si vous n’êtes par un(e) inconditionnnel du genre.

Traduit du chinois par Gwennaël Gaffric

Actes Sud – 23 euros

 

10/12 LAURE DU FAY SERA NOTRE INVITEE POUR NOEL

Affiche dedicace Zoom des Zanimo_Buveurs d encre-page-001

Pour Noël, nous vous proposons une matinée sur le thème des animaux avec comme invitée d’honneur : Laure du Faÿ ! Rendez-vous donc le samedi 10 décembre à partir de 10h.

laure du faÿOriginaire de Tours, Laure du Faÿ est diplômée des Arts Décoratifs de Strasbourg. Elle vit à Saint Denis où elle partage un atelier avec pas moins de 160 artistes ! Elle travaille pour diverses maisons d’édition autour du thème de la petite enfance. Son univers tout en couleur ravira vos enfants.

 

Elle est une des illustratrices phare de la collection Comme un grand chez Nathan.

Elle illustre aussi des histoires ou des « Cherche et trouve » :

L’année dernière Laure du Faÿ nous présentait pour Noël un Cherche et trouve gigantesque sur les animaux. Cette année, elle revient avec un bestiaire ludique toujours sur le même thème.

Nous vous espérons nombreux pour cette séance de dédicaces !

nez_colors_jpg__1175616

30/11 Le salon jeunesse s’invite aux Buveurs d’encre !

affiche courgeon garrigue

La librairie fait son salon du livre jeunesse avec une séance de dédicace exceptionnelle : deux illustrateurs pour une après-midi colorée !

Nous vous donnons rendez-vous le mercredi 30 novembre de 15h30 à 17h30 pour accueillir deux super illustrateurs jeunesse : Rémi Courgeon et Roland Garrigue.

Ses dernières années, Rémi Courgeon a fait plus d’une vingtaine d’albums. Voici quelques exemples :

Il vient surtout nous présenter ses deux derniers albums :

Souvenez-vous, il y a un an nous recevions Roland Garrigue et ses trois petits cochons revisités. Le maître du ratatinage revient pour notre plus grand plaisir.

Et il n’a pas moins de trois nouveautés à vous présenter dont un roman jeunesse :

On vous attend avec bonbons & chouquettes pour faire le tohu bohu et ratatiner gaiement !

18/11 Rencontre BD avec Emmanuel Guibert

guibert affiche

RENCONTRE AVEC EMMANUEL GUIBERT

VENDREDI 18 NOVEMBRE 18H30

Emmanuel Guibert a déjà une belle bibliographie, des collaborations prestigieuses et un nombre certain de prix. Il est un dessinateur au talent fou, qui évolue à chaque album. Il raconte des hommes et des histoires pleines d’humanité comme personne. Et quand il parle, alors là, c’est magique : nous vous invitons à rencontrer, écouter, interroger un artiste exquis.

Les souvenirs d’Alan Ingram Cope

En 1995, Emmanuel Guibert rencontre un Américain, un monsieur d’un certain âge qui vit en France depuis un certain temps. Une amitié naît, et Alan adore raconter, autant qu’Emmanuel écouter. Des heures de conversations enregistrées plus tard, Emmanuel Guibert compose La Guerre d’Alan, qui raconte l’expérience de ce jeune G.I., engagé à 18 ans, qui débarque en Europe en 1945. Les rencontres et les découvertes de ce charmant Candide propose une vision de la guerre décalée, à mille lieues des récits héroïques, ou apocalyptiques.

Dans L’enfance d’Alan, nous découvrons la famille et la Californie où a grandi Alan. Ce récit de l’enfance est d’une délicatesse et d’une poésie rares, puisant dans les bribes d’antiques souvenirs d’Alan pour offrir le tableau sensible d’une famille, d’une époque, d’un lieu.

Avec Martha & Alan, Emmanuel Guibert s’attache à décrire le premier amour d’enfant d’Alan, qui rencontra Martha à 5 ans. Des jeux, des souvenirs… et la séparation, à 13 ans. Puis Alan renoue avec elle, des décennies plus tard : qu’est-ce qui reste de cet amour ? Vous pouvez feuilleter cette merveille sur le site du Monde…

 

D’autres rencontres ont jalonné le parcours d’Emmanuel Guibert : le photographe Didier Lefevre, avec lequel il racontera une mission humanitaire en Afghanistan pendant le conflit avec l’URSS, le photographe Alain Keler avec le quel il évoquera les Roms, Joan Sfar avec qui il a signé Les Olives noires et La Fille du professeur, et La Sardine de l’espace. Rappelons aussi qu’Emmanuel écrit les histoires d’Ariol, dessinées par son compère Marc Boutavant !

Sur le site de France Inter, vous pouvez l’écouter vous parler de son travail : de quoi vous donner l’eau à la bouche pour cette rencontre !

 

17/11 – Découvrez les secrets de santé des grand-mères indiennes !

remèdes

RENCONTRE-DEDICACE  AVEC LES AUTEURS

Bénédicte Bonnet & Jean-Christophe Toillon

Jeudi 17 novembre 2016 à 19 heures 

Un an en Inde, un an de voyage, de travail, de rencontres…

Au cours de cette longue parenthèse indienne, Bénédicte Bonnet et Jean-Christophe Toillon ont collecté auprès de grand-mères indiennes plus d’une centaine de remèdes directement issus de la pharmacopée indienne traditionnelle. De A comme Acné à Z (z’yeux irrités !), le livre nous révèle de précieux secrets pour soigner les petits maux qui nous affligent tous les jours et pour mieux préserver sa santé.

Les auteurs nous invitent à un grand voyage au coeur de l’Inde à travers de nombreux et intéressants focus sur les aspects culturels de ce pays fascinant ainsi que sur les plantes et les aliments auxquels le livre fait la part belle.

Nous avons le plaisir de vous inviter à rencontrer Bénédicte Bonnet et Jean-Christophe Toillon à la librairie les buveurs d’encre JEUDI 17 NOVEMBRE à 19 HEURES. L’échange avec les auteurs et la séance de signature s’organiseront autour d’un pot amical.

A jeudi !