Archives pour l'étiquette récit familial

MAIS EN QUOI SUIS-JE DONC CONCERNE ? – SACHA BATTHYANY

Journaliste suisse, Sacha Batthyany est le descendant d’une vieille famille de la noblesse hongroise qui a marqué l’histoire de son pays. Une famille qui a aussi sa part d’ombre… C’est ce que Batthyany découvre le jour où l’une de ses collègues le confronte à un article de presse mentionnant le rôle que sa grand-tante, la comtesse Margit Thyssen-Batthyany aurait tenu en mars 1945 lors du massacre  de 180 hommes et femmes, assassinés parce qu’ils étaient juifs.

Cette révélation, sidérante, est le point de départ d’une enquête et d’un travail d’analyse qui vont durer des années et conduiront l’auteur à questionner le rôle des membres de sa famille, au premier rang desquels sa grand-mère et à s’interroger sur les répercussions que l’histoire familiale peut avoir sur sa propre existence.

A travers ce récit intime qui pose une question universelle (en quoi sommes-nous concernés par le conduite de ceux qui ont vécu avant nous ?)  l’auteur nous conduit en Hongrie, en Russie et en Argentine sur les traces des protagonistes, victimes et complices de la barbarie, et de leurs descendants.  Le texte de Batthyany, modeste honnête, lucide est de bout en bout passionnant. Un grand bouquin.

Traduit de l’allemand par Niels Christopher

Gallimard – 22 euros

L’aile brisée – Antonio Altarriba & Kim

aile briséeIl y a cinq ans, Antonio Altarriba signait l’art de voler, un très bel album où il retraçait l’itinéraire personnel et politique de son père dans l’Espagne de la guerre civile puis des années franquistes. Un album dont sa mère était totalement absente.  Avec L’aile brisée, il nous offre aujourd’hui, toujours avec Kim au dessin, ce qui constitue en quelque sorte l’autre face d’une même histoire, celle de la famille Altarriba mais également celle de l’Espagne.

Appelé au chevet de sa mère qui vit ses derniers instants, Altarriba apprend tout à fait incidemment de la bouche des docteurs que celle-ci souffre d’un handicap important, puisqu’elle ne peut tendre l’un de ses bras ni même le décoller du corps. Interrogée par son fils,  Petra lui confirme qu’elle a souffert dans cet handicap « toute sa vie ». Fortement perturbé par cette découverte (comment a-t-il pu ne jamais remarquer quelque chose d’aussi évident ?) Altarriba va apprendre quel drame est à l’origine de cette « aile brisée » et écrire l’histoire de celle qui, toute sa vie, a existé d’abord pour les autres.. et traversera bien d’autres drames dans ces années difficiles. A travers ce portrait, Altarriba rend aussi hommage à une génération de femmes dont la vie fut corsetée par les hommes, l’Eglise et à qui le droit à l’éducation fut bien souvent dénié.

Si, contrairement à son mari, Petra ne remet pas en question l’ordre social de l’Espagne et ne s’engage dans aucun combat politique, si elle conserve jusqu’au bout foi et fidélité dans l’Eglise, elle n’est pourtant pas dénuée de convictions et elle saura ne jamais perdre son sens moral dans les moments importants, quand d’autres chercheront d’où vient le vent.

Un album magnifique et touchant pour ceux et celles qui ont aimé « L’art de voler ». On souhaite qu’il connaisse un pareil succès.

Et la version radio, c’est ici.

Traduit de l’espagnol par Alexandra Carrasco

Denoël grafic – 23,50 euros