Archives pour l'étiquette homosexualité

PARIS-AUSTERLITZ – RAPHAËL CHIRBES

 

Le narrateur, jeune  peintre espagnol qui a rompu les ponts avec sa famille, se souvient de sa relation avec Michel, ouvrier français de 30 ans son aîné, qui l’hébergea et avec  qui il vécut une relation intense.

Dans ce dernier roman, dont il commença l’écriture dans les années 90 et qu’il reprit peu de temps avant sa mort, le grand écrivain Rafaël Chirbes nous fait vivre avec beaucoup de sensibilité les différents stades d’une passion hors-norme, condamnée d’avance tant les deux protagonistes ont des conceptions  différentes de la vie. Le dénuement commun qui est à l’origine de leur rencontre ne peut masquer longtemps leurs aspirations contradictoires. Cette vie au jour le jour qui est le quotidien de Michel et le satisfait se révèle rapidement étouffante pour le narrateur, incapable par ailleurs de s’abandonner dans la relation totale et exclusive que semble réclamer son amant.  Un très beau roman, roman d’amour mais aussi roman social qui nous dit la peur de la solitude et du vieillissement, la difficulté à surmonter les différences pour vivre  l’idéal amoureux.

traduit de l’espagnol par Denise Laroutis

Rivages – 20 euros

L’ODEUR DES GARCONS AFFAMES – Loo Hui Phang & Fréderik Peeters

Un western qui se joue du genre...
Un western qui se joue du genre…

Une petite virée dans l’Ouest américain ? Au lendemain de la Guerre de Sécession, Oscar, photographe, fuit New York et accompagne Wringley, représentant d’une mystérieuse compagnie pour fixer sur plaques les paysages et les indigènes de l’Ouest, voués à disparaître selon l’inquiétant Wringley. Le troisième comparse est Milton, un jeune homme de 17 ans qui s’occupe du campement et des chevaux. A mesure que le voyage se déroule, les secrets de chacun se dévoilent.

Cette variation sur le western, genre qui est l’objet en ce moment d’un joli renouveau (en bande dessinée, mais aussi en littérature, étrangère et française d’ailleurs, et au cinéma), propose les éléments traditionnels, les décors spectaculaires, l’équipée virile, les indiens mystérieux, les chevaux omniprésents, et rajoute des dimensions plus inattendues : une dimension surnaturelle et une dimension homosexuelle. De quoi déboussoler le lecteur, tout comme ces ouvertures de chapitres avec des images sens dessus-dessous, à l’image de ce que voit Oscar dans son appareil photographique. On retrouve avec beaucoup de plaisir le dessin de Peeters, l’auteur des indispensables Pilules Bleues, avec ses personnages aux silhouettes et aux visages saisissants. Le travail de la couleur, tout en brun et bleu, est soigné. Pas d’attaque de banque ou de train donc, mais un huis-clos dans les grands espaces où l’on parle de désir, de sexe et de fantômes : un western plein d’inventivité!

Et la version live, pour le site de boulevarddelabd!

Casterman – 18,95€