heuresVoici les confidences de Magdalena, vue de dos sur ce tableau d'Emmanuel de Witte(*), un peintre flamand du XVIIème siècle, qui avant d'être reconnu, acceptait souvent des commandes de la bourgeoisie hollandaise. Gaëlle Josse, fascinée par l'atmosphère mystérieuse de cette peinture, imagine le quotidien de cette femme assise devant son clavecin.
N'ayant pu succéder à son père, un riche commerçant très reconnu, Magdalena est toujours restée en retrait, à la maison avec ses enfants ou dans un bureau pour contrôler les livres de compte de son père. Dans son journal intime, elle raconte ses pensées les plus intimes au cours des deux derniers mois de l'année 1667, avec ses secrets, ses craintes, ses regrets et surtout ses peines les plus profondes. Elle explique aussi la raison pour laquelle elle a demandé à Emmanuel de Witte de réaliser ce portrait assise de dos...

Un premier roman très réussi, qui grâce à son style simple et élégant aborde de manière intéressante la difficile condition féminine à cette époque. Ce court récit se lit d'une traite et on aurait même apprécié de découvrir la suite de son journal.

Autrement - 13 €


(*)Intérieur avec une femme jouant du virginal