U comme… UTILES USTENSILES

Avis aux inventeurs : on attend toujours le génie qui nous inventera le cutteur-tire-bouchon ou la dérouleuse à papier cadeau qui lit les fax. Après l’évocation du téléphone du libraire, je me suis dit qu’il était temps de vous présenter la panoplie du petit libraire, c’est-à-dire ses utiles et indispensables ustensiles de travail. Les accessoires du magicien, la trousse du chirurgien, la ceinture à outils du bricoleur … et le bordélique bureau du libraire. Je ne reviendrai pas sur le téléphone, mais je m’appesantirai sur son siamois, le fax. On ne se moque pas, s’il vous plaît, et on s’incline devant cette relique du XXe siècle, le téléphone-fax (avec un fil qui tire-bouchonne pour relier le combiné et le cœur de la machine). Ce qui explique que quand on ne répond pas (voir article précédent), vous obteniez ce strident sifflet qui a le don de vous énerver, mais absolument pas de vous décourager. Remarquez que le sifflement, on y a droit aussi, une fois sur deux, quand enfin on se décide à répondre… Mais je sens bien que vous êtes sceptiques quand à l’utilité du fax. Certes nous récoltons encore quelques fax de Savemoneyreport, sérieux organisme qui vous promet ponts d’or et rivières de diamants, si on commence par mettre la main à la poche en leur versant un petit quelque chose sur leur compte aux Bermudes. Les autres arnaqueurs du même acabit préfèrent désormais vous envoyer des mails grotesques ; je tenais donc à saluer la ténacité de Savemoneyreport, qui se donne les moyens de ses ambitions. Mais hormis la correspondance régulière de cet honorable établissement, nous nous servons activement de notre télécopieur, nous autres libraires, en particulier avec nos…

Commentaires fermés sur U comme… UTILES USTENSILES

U comme… URGENT

Tu veux un livre ou une piqûre ? Doupidou poum poum c’est le matin, on lève tranquillement le rideau de fer, on ouvre la porte, on se dit qu’on va aller chercher des cafés pour bien commencer cette belle journée de travail et qu’on va se remettre en jambe doucement après un week-end, d’ailleurs je ne vous ai pas raconté ce qui m’est arrivé hier ? alors… mais non le devoir m’appelle, le premier client rentre et en voiture Simone. « Votre commande ? bien sûr, voyons cela. Ah écoutez, je n’ai pas encore été livré aujourd’hui, et je pense que votre livre est dans la prochaine livraison. Sûr, si j’en suis sûr ? vous savez, on n’est jamais sûr de rien, mais je peux regarder sur le site du distributeur. Oui, je constate qu’il n’est pas franchement à jour. La livraison d’aujourd’hui ? oui les coursiers passent plus tard dans la journée en général. A quelle heure ? je vais être honnête, ça oscille entre 12H et 19H… » Même dit avec le sourire, et avec l’assurance qu’on téléphonera au client concerné dès que l’ouvrage arrivera, ça en étonne plus d’un. Oui, le temps en librairie s’écoule différemment. Vous rentrez dans un monde où les délais de livraison sont plus élastiques qu’un chewing gum tout juste mâché. Vous allez dire que ce n’est pas très professionnel tout cela, et soit, certains jours on s’arrache les cheveux par poignées, parce qu’il est vrai que faire venir des cartons de livres de la banlieue parisienne au XIXe arrondissement ne justifie pas une semaine d’attente, à moins de venir avec un âne boiteux à reculons. Et bien si ; parfois les entrepôts des…

Commentaires fermés sur U comme… URGENT
Fermer le menu