CALPURNIA, suivie de CALPURNIA & TRAVIS – Jacqueline Kelly

Calpurnia commence par se passionner pour le monde végétal…
…puis s’intéresse au monde animal !

Calpurnia, qui déteste son prénom, appelez-la Callie, grandit au Texas, entourée de sa famille, une tribu de frères où elle est la seule fille, le tout mené à la baguette par leur mère. Leur père possède une plantation de coton. De son laboratoire, Bon-Papa, grand-père passionné de sciences naturelles, mais assez étranger aux intrigues familiales, émerge parfois. Nous sommes en 1900, et bien qu’elle soit une fille, destinée aux leçons de piano et à la couture, Callie n’a rien d’une petite fille modèle, et encore moins docile. Curieuse et vive, elle prend goût à l’étude scientifique avec Bon-Papa, lit Darwin et s’épanouit loin des sentiers battus… Dans le deuxième volume qui vient de paraître, Calpurnia & Travis, le feuilleton continue : Travis, le benjamin de la famille au coeur tendre, tente d’apprivoiser bon nombre d’animaux sauvages (ce qui est l’occasion pour Callie de faire de l’observation scientifique ), une tempête frappe le Texas et une cousine vient s’installer chez eux, tandis que Callie réfléchit sérieusement à son avenir.

Avec ses faux airs de Petite maison dans la prairie (on imagine sans peine le petit village et les personnages vêtus de cotonnades…), cette série est un délicieux feuilleton avec un personnage fort, intelligent, et curieux. Jacqueline Kelly décrit avec autant de vivacité l’éveil intellectuel de Callie que les multiples rebondissements de cette chronique d’une famille nombreuse. Une série prometteuse et addictive !

Calpurnia, traduit de l’anglais (U.S.A.) par Diane Ménard – 8,80 €

Calpurnia & Travis, traduit de l’anglais (U.S.A.) par Dominique Kugler – 18,50 €

L’école des Loisirs

SILENCE RADIO – ALICE OSEMAN

Frances est une jeune fille solitaire et discrète, qui ne vit presque que pour ses études :  elle est dans les premiers de sa classe et aussi représentante des élèves. Depuis son plus jeune âge, elle rêve d’intégrer la prestigieuse faculté de Cambridge. Derrière la façade de fille sérieuse et parfaite, Frances est aussi une jeune fille passionnée par le dessin, qui apprécie les tenues excentriques,  et qui suit avec avidité, Universe City, une web série diffusée sur Youtube. Mais Frances n’a jamais osé se montrer telle qu’elle est, de peur de se faire rejeter.

Un jour, elle reçoit un mail de la part du créateur de Universe City, Silence Radio. Il a vu les dessins qu’elle a faits de la série et lui demande d’en devenir l’illustratrice. La jeune fille n’en revient pas. Le soir même, Frances se retrouve en boîte de nuit avec des amis et rencontre Aled, son voisin d’en face, un garçon timide et discret. Frances découvre, par hasard, que ce dernier n’est autre que Silence Radio, l’auteur de la série qu’elle adore. Elle décide alors de le raccompagner chez lui et de lui demander quelques explications …

Un roman très touchant sur la quête identité. En apprenant à se connaître davantage, Frances va s’épanouir, grandir et assumer toutes les facettes de sa personnalité. Une histoire pleine de réflexions, sur nos choix et nos envies, qui aborde des thématiques actuelles, comme le harcèlement scolaire, la différence ou l’exclusion.

Dès 13 ans

Traduit de l’anglais par Anne Guitton

Nathan – 16.95 €

HOTEL DU GRAND CERF – Franz Bartelt

Vertigo Kulbertus est une sorte  d’Ignatius Reilly a qui on aurait eu l’idée saugrenue de refiler une carte de la Police Nationale. Comme le héros de La conjuration des imbéciles, il s’avance précédé d’un estomac  considérable, qu’expliquent un appétit et une pépie  hors du commun. A l’instar de son cousin américain, Vertigo Kulbertus a une assez haute opinion de sa « petite » personne, opinion pas forcément injustifiée car l’efficacité des méthodes qu’il déploie est à la hauteur de leur originalité. Si vous cherchez un roman noir classique, passez votre chemin. En revanche, si vous êtes ouvert à l’originalité, ce petit bijou d’humour noir est une petite pépite qui mérité toute votre attention, d’autant que l’intrigue est solide et ménage le suspense. Auteur prolifique (plus de 40 romans au compteur), Franz Bartelt peut compter sur un public fidèle. A la lecture de Hôtel du Grand Cerf, on comprend bien pourquoi.

Le seuil – 20 euros

 

UNE SOEUR – Bastien Vivès

Une subtile évocation de l’adolescence.

Comme chaque été, Antoine, 13 ans, son petit frère et ses parents se rendent dans leur maison de vacances au bord de la mer : pendant le trajet en voiture, les parents évoquent une amie qui vient de faire une fausse couche. Elle va passer quelques jours avec eux, accompagnée sa fille de 16 ans, Hélène. Celle-ci va troubler les habitudes des garçons, et surtout Antoine.

Le récit est à hauteur de ses personnages, qui naviguent entre enfance et adolescence, entre dessins, puzzles, baignade, et soirées en bande, alcool et jeux de séduction. Le ton trouvé par Bastien Vivès est juste, et ses personnages délicats : ni vulgarité, ni naïveté, mais bien une forme de vérité, et de grâce. Hélène et Antoine échappent aux clichés de l’adolescence et du premier amour, et portent un récit tout en subtilité.

Casterman – 20 €

 

JACK LE TÉMÉRAIRE / BEN HATKE

Les vacances d’été approchent à grands pas, toutefois Jack doit rester à la maison pour s’occuper de sa petite sœur Maddy. Ce n’est pas toujours facile, car Maddy ne dit pas un mot, elle est très renfermée, et leur mère travaille du matin au soir pour arriver à joindre les deux bouts. Un jour de marché, Jack et Maddy s’arrêtent au stand d’un individu étrange qui essaie de leur vendre des objets surprenants. L’homme leur fait une ultime proposition : en échange des clefs de la voiture familiale, il leur offre une mallette remplie de graines mystérieuses qui attire irrépressiblement Maddy. Elle pousse Jack à acheter ces graines et celui-ci subit la colère de sa mère. Le lendemain matin, Maddy est déjà dehors pour planter ces mystérieuses graines quand Jack se lève. Pendant plusieurs jours, ils vont aménager le jardin sous le regard intrigué de leur voisine Lilly qui ne va pas tarder à leur proposer son aide. C’est alors que le jardin se transforme en une jungle sauvage peuplée de drôles de créatures …

L’auteur de Zita, la fille de l’espace revient avec une toute nouvelle série : un univers riche, des personnages charismatiques et ce qu’il faut de rebondissements pour nous tenir en haleine jusqu’au bout.

Dès 9 ans.

Traduit de l’anglais par Fanny Soubiran

Rue de Sèvres / 12.50 €

07/07 VISITE GUIDEE DU QUARTIER AVEC PASCAL VAREJKA, AUTEUR DE « C’EST L’HISTOIRE DU 19E ARRONDISSEMENT DE PARIS »


DECOUVERTE DU QUARTIER

AVEC L’HISTORIEN PASCAL VAREJKA


VENDREDI 7 JUILLET 18H

 

Connaissez-vous Paris ? et surtout notre quartier ? Nous avons le plaisir de vous convier à une promenade avec Pascal Varejka, historien féru de Paris, et co-auteur avec Martine Annabelle Arak du récent C’est l’histoire du 19e arrondissement de Paris (éditions La Lucarne des écrivains). Il vous invite à une promenade dans les lieux connus et moins connus de notre quartier, pour (re)découvrir les charmes cachés de nos rues.

Rendez-vous à 18h à la librairie pour une déambulation dans le quartier d’une durée d’1 heure, puis retour à la librairie pour quelques rafraîchissements et pour vous faire découvrir une sélection de livres autour du XIXe arrondissement.

Merci de vous inscrire, par mail ou téléphone (01 42 00 48 63) , pour une meilleure organisation de l’événement !

LES INVISIBLES – ROY JACOBSEN

Une famille norvégienne sur une île minuscule, au début du vingtième siècle, un confetti oublié dans le tourbillon des saisons et des années qui passent. Ingrid, la petite fille qui est le personnage du roman, grandit avec pour unique compagnie son parents, son grand-père, la soeur de son père, car cette famille de pêcheurs habite seule le petit îlot. Impossible de ne pas se laisser happer par ce superbe roman à l’atmosphère hypnotique, aussi addictif qu’un thriller malgré la grande simplicité de la trame narrative.  Assurément une de mes meilleures lectures de l’année.

Traduit du norvégien par Alain Gnaedig.

Gallimard – 21 euros

1,2,3 FOUR RAMONES vendredi 23 juin à 19 heures

Vendredi 23 juin à 19 heures

Rencontre et dédicace avec les auteurs de ONE TWO THREE FOUR RAMONES

 

à l’occasion de la parution de l’album aux éditions FUTUROPOLIS

On a pu écrire des Ramones qu’ils étaient  « le groupe inconnu le plus célèbre du monde. » Pas faux, si on compare la place occupée dans la légende du rock aux ventes somme toute modestes des vingt et quelques disques que les faux frères enquillèrent au cours d’un nombre équivalent d’années passées à sillonner les scènes du monde entier.

FOUR RAMONES La bande dessinée très bien documentée dont nous recevons les auteurs, Xavier Bétaucourt et Eric Cartier,  vendredi 23 juin nous fait (re)vivre l’histoire de ces loosers (pas toujours) magnifiques. Le point de vue adopté est celui de Dee Dee Ramone, fondateur et bassiste du groupe et s’appuie entre autres sources sur l’autobiographie « Mort au Ramones » signée par Dee Dee.

Les fans des Ramones retrouveront avec plaisir ce groupe qui a marqué plus d’une génération, quant aux autres,  ils découvriront un groupe moins monolithique et plus complexe que le look basique (cuir + jean troué + sneakers à l’agonie), les sempiternels deux accords et les paroles un tantinet simplistes pouvaient le laisser supposer.

Hey, ho, let’s go ! et rendez-vous le 23 juin…

Samedi 17/06, dédicace jeunesse avec Anaïs Brunet



VENDREDI 17 JUIN 11H

RENCONTRE – DEDICACE

AVEC ANAÏS BRUNET

Nous sommes enchantés de recevoir Anaïs Brunet, l’auteur incroyablement talentueuse d’un premier album de toute beauté !

 

Passez la porte de cette Belle maison et vous serez enchanté par cet album jeunesse à l’atmosphère délicate et estivale. Deux enfants, Lise et Noufou, reviennent comme chaque année dans leur maison de vacances et visitent chaque pièce, retouvent leurs habitudes estivales sous l’oeil bienveillant et complice de la narratrice. Mais qui raconte l’histoire ?

Anaïs Brunet signe un premier livre remarquable : Belle maison est un merveilleux album qui a le parfum des vacances, des siestes à l’ombre et des serviettes de plage pleines de sable… Il évoque ce temps suspendu de l’enfance et des vacances avec d’éblouissantes illustrations à la gouache peuplées de poissons, d’oiseaux, de fleurs, qui font écho aux motifs géométriques décoratifs de la maison. Au milieu, ces deux enfants, laissés à eux-mêmes dans cette demeure, ce royaume rempli de poésie et de douceur. Un avant-goût des vacances bienvenu !

A lire et à écouter : l’élogieux article de Télérama et l’émission Le Temps des Ecrivains de France Culture de Christophe Ono-dit-Biot à laquelle elle était invitée.

La preuve, en images, de son talent et de son charme !

 

 

GENESIS T.1 LE DÉFI DES ETOILES – CLAUDIA GRAY

Dans un futur très lointain, la Terre, polluée par les hommes, est devenue presque invivable. D’autres planètes ont été colonisées dont Genesis, en conflit avec ses colonisateurs. Les habitants de ce monde plus propre considèrent les terriens comme une menace et refusent d’en accueillir davantage.

Noémi est une jeune pilote de l’armée de Genesis. Orpheline, elle s’est portée volontaire pour une mission suicide visant à couper le seul passage les reliant à la Terre.
Lors d’une répétition de la mission, sa meilleure amie est attaquée par un androïde terrien. Pour tenter de la sauver, Noémi va aborder un vieux vaisseau spatial ennemi abandonné. Elle y rencontre Abel, un robot prototype ultra-perfectionné, laissé seul depuis 30 ans. Contre toute attente, il décide d’aider la jeune femme à sauver Genesis. Ensemble, ils vont parcourir les différentes colonies de la Terre pour trouver un moyen de détruire le portail.

Dans ce roman, Claudia Gray soulève des questions intéressantes sur l’intelligence artificielle et son évolution. A mi-chemin entre le roman initiatique et le space opera, « Le défi des étoiles » est le premier tome d’une série prometteuse.

Dès 13 ans

Traduit de l’anglais ( Etats-Unis) par Isabelle Troin

Chez Castelmore – 16.90€