AVANT L’OURAGAN / JEWELL PARKER RHODES

avant l'ouraganLanesha a douze ans, sa mère est morte lorsqu’elle l’a mise au monde et elle a été recueillie par Mama Ya-Ya, l’accoucheuse qui était là en ce jour funeste. Elles habitent dans le District Neuf, un quartier pauvre de la Nouvelle-Orléans. Elles ont du mal à joindre les deux bouts mais se nourrissent de l’amour qu’elles se portent mutuellement. Elles partagent également un don de double vue, qui leur permet de présager l’avenir et de voir les fantômes du passé, notamment la maman de Lanesha.

Mama Ya-Ya est la première à pressentir la menace qui plane sur la ville ; Katrina est en marche. Trop vieille pour lutter, elle a alors 82 ans, elle enjoint Lanesha à se préparer à survivre à l’ouragan. La plupart des voisins fuient la ville, d’autres vont chercher refuge au Superdome mis à disposition par la ville. L’ordre d’évacuer la ville est finalement donné mais Lanesha et Mama Ya-Ya n’ont personne vers qui se tourner alors la fillette pare au plus pressé : elle cuisine en prévision des coupures de gaz et d’électricité, stocke de l’eau potable, cloue des planches aux fenêtres ,… Elle aménage aussi un coin du grenier sous la toiture, là où la chaleur de ce mois d’août est suffocante, car Mama Ya-Ya sait qu’elles y seront en sécurité. Il y a aussi Spot, le chien adopté dernièrement, puis TaShon, un petit voisin qui a perdu ses parents dans la cohue du Superdome. Ils attendent que l’ouragan soit passé, ils attendent surtout le retour au calme après la tempête. Ils ne savent en réalité pas à quoi s’attendre. Le vent, oui, mais pourquoi toute cette eau sale du Mississipi dont le niveau ne cesse de monter alors qu’ils ne savent même pas nager ?

Dix ans après les faits, Jewell Parker Rhodes revient sur cette catastrophe qui fit tant de victimes et émut le monde entier. Outre les ravages causés par l’ouragan, la Nouvelle-Orléans, construite en dessous du niveau de la mer, dut faire face à une inondation lorsque les digues érigées autour de la ville cédèrent. Le District Neuf fut quasiment englouti. Katrina fit 1800 morts à la Nouvelle-Orléans et des milliers de familles se retrouvèrent à la rue.

Dans Avant l’ouragan, l’humanité est au cœur du récit, au-delà même de la catastrophe naturelle. C’est un roman qui parle d’amour et d’entraide et cela fait du bien.

Ecole des Loisirs – 10€

 

MON FRERE EST UN SUPER-HEROS / DAVID SOLOMONS

mon frère est un super hérosZack est devenu malgré lui un super-héros. Pour Luke, son petit frère et narrateur de l’histoire, c’est une injustice sans nom car c’est lui le lecteur de bandes dessinées, c’est lui l’expert en super-héros de la famille ; il porte même le prénom de Luke en hommage au personnage de Star Wars ! Et pourtant les supers pouvoirs lui passent sous le nez. Mais Luke ne va pas se laisser ronger par la jalousie, bien que ce soit sa première réaction, il va aider « Star Mec » – Zack, donc, une fois la cape revêtue – à mener à bien la mission qui lui a été confiée par Zorbon le Décideur. Une mission somme toute assez banale pour un super-héros : sauver deux mondes d’un énorme astéroïde qui menace de faire voler en éclats la galaxie. Et contre toute attente, Luke devra bel et bien participer à l’opération lorsque son super-héros de frère aura été neutralisé par un terrible Méchant.

On l’aura compris dès les premières pages, ce premier roman déborde d’humour. Mais il n’est pas que drôle ; la psychologie des personnages est également maîtrisée. Le personnage de Luke par exemple est tout à fait crédible, c’est d’ailleurs ce qui le rend si attachant. La relation des deux frères est elle aussi bien rendue : deux frères diamétralement opposés qui font front contre l’adversité (sans distinction, que ce soit Némésis, le pire ennemi de Star Mec ou bien les parents de Zack et de Luke).

Truffé de références aux comics, le roman ne tombe toutefois pas dans l’écueil de la parodie. Le scénario tient la route avec même quelques rebondissements dans l’affrontement final.

Gallimard Jeunesse – 15.90€

LES FIANCES DE L’HIVER / CHRISTELLE DABOS

les fiancés de l'hiverUne grande catastrophe, appelée la Déchirure, a détruit le monde que nous connaissons. Bien des années après, Ophélie préserve la mémoire de cette époque dans le musée dont elle s’occupe sur l’arche d’Anima. Ophélie est dotée de pouvoirs particuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs !

Au sein de sa famille, Ophélie est considérée comme une jeune fille très étrange. Elle a en effet refusé par deux fois de se marier et rien ne la passionne plus que son travail. La vie d’Ophélie bascule le jour où elle se retrouve fiancée contre son gré à Thorn, un puissant membre du clan des Dragons. Accompagnée de sa tante et marraine Roseline, elle va devoir suivre Thorn à la capitale flottante du Pôle : la Citacielle… et se retrouver mêlée  à un horrible complot.

Ne vous laissez pas avoir par le résumé, ce n’est pas une histoire d’amour mais un vrai roman d’aventures qui vous attend. Une intrigue qui jongle avec  jalousies, complots et coups de théâtre. Avec une écriture fluide, riche et puissante, Christelle Dabos vous plonge dans un univers de fantasy dont les personnages hauts en couleur ne cesseront de vous surprendre. La lecture Des Fiancés de l’Hiver a été un pur délice!

Gagnant du Concours premier roman jeunesse en 2013 organisé par Gallimard Jeunesse, RTL et Télérama.

Après 2 ales disparus du clairdelunens d’attente voici enfin la suite des aventures d’Ophélie. Bonne nouvelle : Les disparues du Clairdelune est aussi captivant et riche que le premier tome !

Dès 13 ans

Gallimard Jeunesse – 18.00€

LES CARNETS JAPONAIS – IGORT

Initiation aux subtilités de la civilisation japonaise par Igort, un esthète raffiné.
Initiation aux subtilités de la civilisation japonaise par Igort, un esthète raffiné.

Ces Cahiers japonais ne sont pas à proprement parler un carnet de voyage, puisqu’Igort réside essentiellement à Tokyo, et qu’il évoquera surtout un quartier, Sendagi, ni même un reportage. C’est un étrange mélange entre L’empire des signes de Barthes et L’homme qui marche de Taniguchi. On se ballade à ses côtés dans les rues et les espaces tokyoïtes, et il s’intéresse à certains éléments culturels qu’il analyse.

L’attachement d’Igort pour le Japon est ancien, dès les années 80, quand il est jeune dessinateur, il l’utilise dans ses premiers récits ; lorsque dans les années 90 il obtient un contrat d’édition avec Kodansha, l’un des principaux éditeurs du pays, il est précurseur. Il retournera à de nombreuses reprises là-bas. Ce recueil est l’occasion de nous narrer ses relations avec des éditeurs, des auteurs japonais, avec les livres qu’il découvre dans les librairies.

Sa façon de faire et de flâner est très agréable, il nous ballade avec toute sa subjectivité et sa sensibilité dans son Japon, un Japon dessiné, celui des manga et des estampes, mais pas seulement : en plus des bandes dessinées, il s’émerveille de la qualité des graphismes des cartes à jouer, d’affiches de cinéma et autres images populaires, il évoque aussi Mishima, la symbolique du chrysanthème, son attrait pour le sumo, il nous initie à l’Iki, l’art de la séduction, nous raconte en détail la vie d’Abe Sada (le personnage féminin de L’empire des sens), et nous révèle l’existence des Burakumin (intouchables). Il nous parle aussi de poésie et d’imprimerie… Un livre passionnant, riche, écrit et dessiné au long cours : un véritable voyage.

Futuropolis – 24 €

 Et la version audio, avec ma voix de speakrine….

27/11 MANUELE FIOR & FLORENT CHAVOUET EN DEDICACE

VENDREDI 27 NOVEMBRE A 18H30 

Manuele Fior & Florent Chavouet viennent dédicacer Les Variations d’Orsay et L’île Louvre (Futuropolis)

Nous avons le plaisir de recevoir deux dessinateurs singulièrement doués et qui s’avèrent de fantasques guides de musée : Manuele Fior pour le musée d’Orsay et Florent Chavouet pour le Louvre.

manuel fior autoportraitManuele Fior a eu carte blanche dans les couloirs d’Orsay, dont les collections sont concentrées sur l’art de la seconde moitié du XIXe siècle. Manuele Fior réveille les personnages des tableaux, se glisse dans les coulisses des ateliers d’artistes, remet des trains dans le musée ! Son dessin splendide  déambule et cite les oeuvres pour vous emmener dans une très belle réflexion sur les œuvres, les artistes, et le musée, ce lieu qu’il leur est consacré et si propice à la rêverie.

 

florent chavouetFlorent Chavouet est un voyageur curieux (Tokyo Sanpo, Manabeshima, et Petites coupures à Shioguni nous faisaient découvrir le Japon) et armé de crayons de couleur qu’il dégaine pour saisir sur le vif attitudes et situations. Dans son Ile Louvre, le musée, en attendant la marée qui envahit le bâtiment, est un lieu propice à contempler autant les oeuvres que nos contemporains. Anecdotes de gardiens, bruits de couloirs ou instantanés, Florent Chavouet attrape joliment l’atmosphère des couloirs du Louvre.

Nous avons la chance de les recevoir : venez nombreux rencontrer ces brillants dessinateurs!

SOUS TERRE, SOUS L’EAU – ALEKSANDRA MIZIELINSKA ET DANIEL MIZIELINSKI

sous terreAprès nous avoir fait voyager avec l’album Cartes, les auteurs polonais Aleksandra Mizielinska et Daniel Mizielinski reviennent avec un formidable documentaire : Sous terre / Sous l’eau.

On pénètre dans des univers aussi variés que les méandres d’une fourmilière ou l’épave du Titanic. Chaque page déborde d’informations qui sont plus étonnantes les unes que les autres, tout en restant très ludique. Les illustrations riches et fournies sont magnifiques, elles émerveilleront les petits comme les grands.

Je vous laisse le plaisir d’en découvrir quelques unes …

 Traduit du polonais par Lydia Waleryszak

Rue du Monde – 26.40€