LE DERNIER ARPENTEUR DES SABLES – JAY HOSLER

ARPENTEURSaviez-vous que 40% des espèces d’insectes sont des coléoptères et que ces coléoptères représentent 30% de toutes les espèces d’animaux de la planète ? C’est une des infos qui se trouvent dans Le dernier arpenteur des sables. L‘auteur de cette BD Jay Hosler est aussi prof de sciences nat’ et entomologiste. Il a passé une dizaine d’années sur cet album, et quand on voit le résultat, on se dit qu’il a eu bien raison. Graphiquement le résultat est bluffant. Le trait est à la fois précis et incroyablement expressif, les nombreuses pleines pages qui émaillent l’album sont de véritables tableaux en noir et blanc et la mise en page véhicule un tel dynamisme qu’elle fait penser à Tesuka, LA référence en la matière.

Du point de vue de l’histoire aussi, c’est une belle réussite. Nous accompagnons dans une périlleuse expédition scientifique un groupe de courageux coléoptères . Ces valeureux insectes meurent d’envie de savoir ce qu’il y a au delà du grand tas de sable qui marque la limite de leur monde. Une telle aventure est de nature à faire vaciller les bases de leur société,  voire à remettre en cause le mythe fondateur de « la chute de la noix de coco ». C’est la raison pour laquelle le pouvoir en place n’aura de cesse de leur mettre des bâtons dans les roues, en la personne du machiavélique professeur Owen, toujours prêt au pire pour provoquer la perte de nos amis.

Drôle, inventif et carrément beau : pour les adultes et les ados !

Editions Cambourakis – 25 euros

CARNET DE SANTE FOIREUSE – Pozla

Carnet de route d'un patient dessinateur.
Carnet de route d’un patient dessinateur.

On ne fait pas de bonnes bandes dessinées avec de bons sentiments, alors allons-y gaiement dans les sujets qui fâchent et qui salissent : Pozla nous raconte son triste sort, sa maladie de Crohn. C’est une jolie teigne qu’il a attrapée, qui attaque l’intestin. Si les formes et les degrés de gravité sont variables, le traitement peut au mieux stabiliser la maladie. C’est non négociable, il va falloir vivre avec. Et quitte à tirer le gros lot, Pozla se retrouve avec une forme agressive, qu’on lui diagnostique très tardivement.

A la première personne, il raconte son itinéraire de malade : dessiner la souffrance, la façon dont elle ébranle son corps et sa famille, les moments d’attente, les lieux, les gens. Son carnet de croquis est une puissante morphine, un incubateur, un révélateur aussi. Ce travail est viscéral et vous prend aux tripes : c’est courageux, honnête avec une explosive  esthétique de l’urgence.

Delcourt – 34,95€

GOUTERS – JEUX POUR LES ENFANTS!

MERCREDIS 21 & 28 OCTOBRE à 16H

Pendant les vacances de la Toussaint, viens jouer avec nous le mercredi après-midi!

Nous accueillons les enfants, entre 4 et 8 ans, pour une séance de jeux de société : nous jouerons avec les jeux de l’Ecole des Loisirs, le Pouss’poussins, le Mistrigrouille de Cornebidouille, au Croque-couleurs de Pop, voir même au Supermegagigatop jeu de Simon!

pouss poussins mistrigrouille supermegagigatopcroque couleurs

 

Merci de vous inscrire par mail  librairielesbuveursdencre@wanadoo.fr ou par téléphone 01 42 00 48 63 , en précisant l’âge des participants !

LE BRADY CINEMA DES DAMNES – JACQUES THORENS

BRADYSi Jean-Pierre Mocky n’est pas un cinéaste comme les autres, le Brady, la salle qui lui a longtemps appartenu est elle aussi d’un genre assez particulier. Jacques Thorens a eu l’occasion de mesurer à quel point puisqu’il occupa pendant deux ans la fonction de caissier-projectionniste au Brady.

« Passé les bornes, y’a plus de limites », ce pourrait être la devise du Brady, où le visionnage de films (moitié cinéma bis, moitié films de Mocky) ne constitue qu’une activité très secondaire pour l’aréopage qui fréquente les lieux. Le Brady, on y vient pour dormir, passer le temps, faire des rencontres et plus si affinités. Cela donne lieu à des scènes incroyables qui défient la raison.

Mais, bien que le livre de Jacques Thorens fourmille d’anecdotes à hurler de rire, on aurait tort de le réduire à un recueil de souvenirs amusés. Si le titre est un clin d’oeil au cinéma bis – et là aussi il ne manque pas d’histoires incroyables – le récit se fait plus grave pour évoquer d’autres damnés, les hommes et les femmes qui fréquentent le cinéma ou zonent autour. Des hommes et des femmes que l’auteur, depuis sa caisse et son bocal,  a appris à connaître et dont il rapporte l’histoire avec beaucoup d’empathie et d’humanité.

Editions Verticales – 21 euros

Forms of Japan – Michael Kenna / Inde – Steve McCurry

indeForms of Japan Michael Kenna engl von Yvonne Meyer-Lohr

 

Les amoureux de l’Asie et de la photographie ne manqueront pas la sortie quasi simultanée de deux ouvrages magnifiques, que l’on doit à deux artistes de grand talent aux styles très différents.

Michael Kenna, dont la spécialité est la photographie de paysages en noir et blanc, nous offre un somptueux album sur le Japon. La technique de Kenna, l’attention qu’il porte au moindre détail, conviennent particulièrement bien au sujet et font de cet album un objet superbe, résolument zen.

Steve McCurry est photo reporter, peut-être le plus fameux de sa profession. Ses photographies en couleurs, dans la tradition du reportage documentaire, sont connues dans le monde entier : la fameuse photo de la jeune afghane aux yeux verts, c’est lui. Inde propose une sélection d’une centaine de photographies de ce grand pays, essentiellement prises dans le Rajasthan, mais également au Bengale et dans d’autres Etats. Vous y trouverez des portraits et également des scènes de rue d’une rare beauté.

Forms of Japan (en anglais) – éditions Prestel – 68 euros

Inde – éditions Phaïdon – 49.95 euros

 

En piste les artistes ! concours de dessin

20151009_123157

En piste les artistes ! Attrapez vos crayons, feutres, ciseaux et tout ce qui vous permettra d’imaginer le plus beau chapiteau du monde.

Après les contes africains, la librairie monte un chapiteau et organise un concours de dessin sur le thème du cirque! Les œuvres devront nous être remises avant le mercredi 28 octobre.

Et pour l’occasion, nous vous proposons une sélection de livres sur le sujet :

 

Des documentaires :

Des albums :

Des activités :

Des romans :

Après ces quelques pistes d’inspiration, nous attendons avec impatience vos chefs-d’oeuvre !

Petites niaiseuses – S.Martin / Emilie voit quelqu’un – Théa Rojzman & Anne Rouquette

Tours & détours dans les souvenirs de Sandrine.
Tours & détours dans les souvenirs de Sandrine.

Si l’autofiction est un devenu un poncif en matière de bande dessinée, on pourra se réjouir de voir arriver d’aussi singulières productions que Petites Niaiseuses ; Sandrine Martin parle d’enfance, d’adolescence, de passage à l’âge adulte avec regard légèrement dévié. Elle aborde son passé de biais, par des détails ou de menus souvenirs qui donnent à cet autoportrait un goût d’imprévu.

L'explosive psychanalyse d'Emilie.
L’explosive psychanalyse d’Emilie.

Autre bonne surprise dans un genre saturé de banalités (l’humour au féminin), Emilie voit quelqu’un. Emilie est trentenaire, avec le sentiment d’être prise au piège, des mecs immatures, un boulot d’institutrice pour lequel elle se sent obligée de se déguiser en Mary Poppins, une soeur à la perfection horripilante. Et la voilà allongée sur le divan d’une psy, comme des légions de filles de son âge et de son genre. Sauf que la soupe n’est pas fade et qu’on s’amuse beaucoup avec Emilie, dont la scène de pétage de plombs en famille est une catharsis des plus réussies.

Petites Niaseuses de Sandrine Martin – Misma – 16€

Emilie voit quelqu’un tome 1 Après la psy, le beau temps ? de Théa Rojzman & Anne Rouquette – Fluide Glacial – 16€

 

LES LOUPS A LEUR PORTE – Jérémy Fel

les loups a leur porteAvec ses douze chapitres ingénieusement entremêlés, Jérémy Fel compose un premier roman fracassant. Vous croiserez, à vos risques et périls, des adolescents furieux, des hommes et des femmes en cavale, des maisons hantées, des forêts peuplées de monstres. D’Annecy à San Francisco, en passant par le Kansas, les personnages se croisent, se pourchassent, se sauvent. Cette littérature sous tension fonctionne à merveille : on est invariablement harponné à chaque ouverture de chapitre, et le livre avance sans qu’on se lasse, grâce à la variété des personnages et des intrigues.

Un pur plaisir de lecture, intense et effrayant.

Rivages – 20€