DECORAMA – Lucile Bordes

decoramaAnéanti par les métamorphoses néfastes de sa ville et par une fin de carrière difficile en tant qu’agent immobilier, George trouve un refuge idéal au cimetière, seul lieu figé dans le temps. Il postule dès l’annonce de la mort de l’ancien gardien. Il devient presque serein, trouve un certain réconfort dans sa solitude, discute volontiers avec des veuves pour leur promenade quotidienne ou hebdomadaire ; jusqu’au jour où il croise Pénélope ! Pénélope, sa copine de lycée avec qui il faisait les 400 coups, apparaît sans qu’il s’y attende au cimetière. Suite au décès de son mari, elle partage de nouveau le quotidien de George : il lui trouve un appartement dans l’immeuble de ses grands-parents, lui conseille de travailler aux Pompes funèbres en face du cimétière. Mais leur relation est vite perturbée par un fantôme, et surtout par le fait qu’elle ait été la fiancée de son frère aîné…

Le nouveau roman de Lucile Bordes est vraiment surprenant, tant au niveau de l’intrigue que de la narration. Elle change de style et d’ambiance et s’amuse à travers cette réflexion urbaine macabre à critiquer ou à nous alerter sur l’amoncellement de nouveaux programmes immobiliers dans certains quartiers ou dans des villes entières. Au fil de la lecture, Décorama se transforme peu à peu en un roman noir efficace et caustique.

Editions Liana Levi – 14,50 €

LE JARDIN – Emile Bravo

jardinOh la belle idée des Requins Marteaux de rééditer les histoires courtes d’Emile Bravo! Vous connaissez sûrement les Epatantes aventures de Jules, cette série que tout enfant en âge de lire se doit de lire, parce que c’est sans nul doute la meilleure bande dessinée pour vous les jeunes. Et puis, vous avez peut-être lu son Spirou, Le Journal d’un ingénu, que même Franquin a applaudi. Et Les Ours nains, ces albums pour enfants où il mélange joyeusement les contes de fées ? En fait, je crois que j’aime tout ce qu’il fait ce monsieur Bravo… Alors ce recueil d’histoires courtes que je n’avais jamais lues, c’est comme une bonne bouteille qu’on retrouve par hasard dans sa cave ; ça met en joie. Et comme en plus il s’agit d’histoires pour adultes, où l’auteur s’en donne à coeur joie et déploit des trésors de mauvais esprit, je jubile…

Les Requins Marteaux – 20€

CERTAINS L’AIMENT NOIR – Foerster

FOERSTER2 Excellente idée d’éditer cette anthologie des récits graphiques macabres et drôles du grand Foerster. Les vieux lecteurs de Fluide Glacial retrouveront avec bonheur le travail de l’un des auteurs les plus intéressants de la revue, et sans conteste le plus noir d’entre eux.

Ceux et celles d’entre vous qui ne connaissent pas encore Foerster découvrront un univers où cauchemars et nonsense font bon ménage, une imagination fertile et férocement drôle.

Fluide Glacial – 35 euros

L’ECOLE DE PAN – Maëlle Fierpied et Yomgui Dumont

panTome 1 : Le monstre de l’île Clin d’oeil réussi aux Chroniques de l’université invisible !!! Auteur de cette excellente trilogie fantastique, Maëlle Fierpied s’amuse dans cette nouvelle série pour les jeunes lecteurs à reprendre son concept en l’adaptant. L’école de P.A.N. accueille des enfants aux capacités hors-norme. Les parents de Felix viennent d’inscrire leur fils : avec des apparences de chat, il ne pouvait plus continuer dans un cursus normal. Dès son arrivée, il se lie d’amitié avec Bilal, qui a la capacité de franchir les murs, et surtout il va assister à deux événements destabilisants ! Un monstre rôde dans l’enceinte de l’école et Aglaë, leur amie aux allures de chauve-souris disparaît…

Un duo de choc pour résoudre cette première énigme ! Grâce à leurs supers pouvoirs et à leur détermination pour retrouver leur copine, ces deux garçons vont enfreindre le réglement de l’école au risque d’en être exclus et affronter tous les dangers ! Dommage néanmoins qu’un seul tome ne soit sorti…

Editions Milan – poche cadet – 5,50 €
Dès 8 ans

LA ROBE A FROUFROUS – Sandrine Beau et Ariane Pinel

robe chachaVoici la première aventure mégachouette de Mademoiselle Chacha!


Ce n’est pas possible, Marie-Charlotte ne pourra pas porter la robe des demoiselles d’honneur au mariage de sa tante ! Comment va-t-elle faire pour la faire disparaître ? La cacher ? La donner ? La vendre ? Sa mère ne comprend pas ses réactions extrèmes et espère que sa fille va changer d’avis… Heureusement, Melle Chacha peut compter sur sa grand-mère et ses idées de génie !
Un roman joliment illustré mettant en scène une petite fille marrante et déterminée.

Editions Alice – collection « Primo » – 11,50 €
Dans la même collection : Bertille au chocolat, Je suis un autre, La révolte des personnages, Les enquêtes de l’agence Philéo
Pour les 7/10 ans

MOI, BD – Bouzard

moi bdBouzard est dessinateur de bandes dessinées et habite dans les Deux Sèvres. C’est peu, mais ça lui suffit pour nous narrer ses hauts faits d’artiste. « Et le idées pour un dessinateur de bd, c’est comme les patates pour un maraîcher ou les parpaings pour un maçon : il en faut plein. » Il n’en manque pas, le bougre… c’est hilarant, tordant, désopilant, poilant : les adjectifs manquent pour décrire mon état de gondolitude à la lecture de ses pages. Bouzard est l’auteur de bandes dessinées le plus drôle du canton : un improbable sens de la formule (« Ce pâté, c’est comme si c’était mon fils ») et du comique de situation (quand il se lance dans la bd reportage…) qui vous hanteront longtemps. Merci Bouzard, ça faisait un bout de temps que je n’avais pas autant ri en lisant une bande dessinée !

Fluide Glacial – 14€

LES FAUSSES BONNES QUESTIONS DE LEMONY SNICKET – Lemony Snickett et Seth

lemonyTome 1 : Mais qui cela peut-il être à cette heure ?
L’auteur des Orphelins Baudelaire se lance ici dans une nouvelle série, dont il est lui-même le héros, un héros de 13 ans au passé obscur. On apprend très vite dès les premières pages qu’il a suivi une formation et qu’il a dû choisir son mentor parmi 52 détectives. Curieusement, il choisit la dernière de la liste, S. Theodora Markson. Leur première enquête les emmène à Salencres-sur-Mer, une ville étrange qui n’est pas du tout au bord de la mer comme on pourrait le supposer, mais où l’on produit encore une encre indélébile réputée, où l’on trouve des coquillages sur les routes, où une forêt d’algues borde la ville… Mrs Murphy Sallis les convoque pour les alerter du vol d’une statuette, la reproduction de la Bête bombinante, dans une pièce fermée ! Celle-ci les met tout de suite sur une piste pour démarrer l’enquête : il semblerait que ce soit les Mallahan qui l’aient récupéré…
Commence alors une aventure hors norme dans un décor irréel : Lemony rencontre très vite Moxie Mallahan, futur journaliste habitant dans un phare, Pip et Squeak deux enfants qui conduisent un taxi, Ellington Feint à la recherche de son père, Qwerty l’assistant bibliothécaire… Impossible pour cet apprenti détective de compter sur son mentor, perdue face à ce vol inexplicable, Lemony devra faire confiance à Moxie et Ellington, deux filles malines et mystérieuses, et agir selon son instinct…

Ce premier tome se lit pratiquement d’une traite, et on le termine avec beaucoup d’interrogations. Ce roman tout en détails et construit autour de fausses bonnes questions laisse supposer le début d’une nouvelle grande série !

Editions Nathan – 15,90 €
(raconté par Lemony Snicket lui-même, illustré par Seth et traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Rose-Marie Vassallo)
Dès 10 ans

LA PETITE COMMUNISTE QUI NE SOURIAIT JAMAIS – Lola Lafon

petite communisteElle a fasciné toute une génération, avec son justaucorps blanc et ses couettes : un écureuil, une fée, qui a bousculé les Jeux Olympiques de Montréal et fait connaître un obscur pays de l’Est. Lola Lafon s’interroge sur ce qu’a représenté Nadia Comaneci à nos yeux d’Européens de l’Ouest comme dans son pays et dans sa famille. Cette aura de magie de l’enfance, de petit soldat invincible du communisme les a tous charmés ; puis la petite grandit.

La figure de Nadia Comaneci convoque de nombreux thèmes, comme le regard sur l’enfance, le corps féminin, l’utilisation politique du sport, le régime de Ceausescu. La petite communiste qui ne souriait jamais est un texte passionnant qui joue sur les multiples facettes de cette minuscule égérie. A lire aussi sur la Roumanie, le très bon livre de Patrick McGuiness, Les Cent derniers jours, paru en septembre chez Grasset.

Actes Sud – 21€

LA PROPRIETE – Rutu Modan

proprieteAprès la mort de son fils, Régina part avec sa petite-fille Mica en Pologne ; elle a quitté le pays en 1938 pour Israël, mais sa famille, restée en Europe, a péri. Des années après, la Pologne est disposée à dédommager les survivants spoliés de leurs biens. Régina et Mica partent donc à la recherche de l’appartement familial dans le Varsovie d’aujourd’hui. Elles sont suivies de près par Avram, un envahissant ami de la famille, très intéressé par l’héritage de Régina.

Mais Régina est-elle vraiment revenue pour l’argent ? Quand Mica veut des précisions sur l’appartement, Régina devient évasive, préfère faire les magasins, aller chez le coiffeur. Et les démarches de Mica dévient quand elle rencontre Tomasz, un guide touritique polonais.

La Propriété est un roman graphique dense et passionnant : on suit avec grand plaisir Régina, un formidable personnage de grand-mère dont le franc parler épice le quotidien de sa petite-fille. Leur complicité est très joliment mise en scène. C’est aussi un roman du retour, du souvenir, une confrontation du passé au présent, du dialogue entre Juifs et Polonais. Rutu Modan explore toute la complexité de son sujet, avec un regard affûté.

Traduit de l’hébreu par Rosie Pinhas-Delpuech.

Actes Sud – 24,50€

LA DAME A LA CAMIONNETTE – Alan Bennet

BENNETT Comment se retrouve-t-on à héberger sans l’avoir voulu une vieille dame et sa camionnette dans son -petit- jardin et ce pendant vingt ans !

C’est cette incroyable cohabitation que nous rapporte l’un des protagonistes, le romancier britannique Alan Bennet. Une histoire à la fois drôle et touchante, typiquement british car complètement excentrique. L’excentricité, ce n’est en effet pas ce qui manque à Miss Sheperd, la vieille propriétaire de la vieille camionnette, sorte de croisement entre Boudu sauvé des eaux et Tatie Danielle.

Excellent récit d’une relation complètement incroyable mais parfaitement authentique.

Traduit de l’anglais par Pierre Ménard

éditions Buchet Chastel – 9 euros