C’EST CHIC – Nile Rodgers

CHIC Guitariste et fondateur du groupe Chic puis producteur à succès d’artistes aussi divers que Diana Ross, Madonna ou David Bowie, Nile Rodgers a toujours vécu et continue à vivre pour la musique. Il nous livre ici une autobiographie saisissante qui se lit comme un roman, tant la vie du gars est trépidante.

Le premier tiers du bouquin est consacré à l’enfance de Nile, qui naît dans les années 50 dans un milieu familial pas spécialement équilibrant. Maman et beau-papa sont tous les deux solidement accrochés à la poudre et mènent une vie de barreau de chaise. Peu de pathos pour autant dans ces pages, Niles Rodgers n’aura jamais à subir de mauvais traitements, l’amour parental est très présent même si définitivement hors norme. Balloté d’une côte à l’autre, de New-York à la Californie, élevé tour à tour par deux grands-mères très différentes l’une de l’autre, il vit une enfance heureuse et s’ouvre tôt à la musique, pour laquelle il a de très bonnes dispositions, seul héritage laissé par un paternel qui meurt à la trentaine (toxico lui aussi) et qu’il aura très peu connu.

Suit ensuite l’aventure de Chic, narrée à grands renforts d’anecdotes, souvent très marrantes. L’ambiance festive est très bien rendue, la montée en puissance du groupe également jusqu’au moment où le disco cesse définitivement d’être cool, et où Chic n’a plus la cote. Nile Rodgers a visiblement eu du mal à avaler cette phase de « disco bashing ». Il saura rebondir dans la production, et là encore, il n’est pas avares d’histoires édifiantes. Il réussit par exemple à rester très copain avec Madonna après avoir bossé pour elle, ce qui constitue un authentique exploit. Accroché à la fois à la poudre et à l’alcool, le gars Nile tire un peu trop sur la ficelle et est à deux doigts d’y passer, subissant le même sort funeste que son complice Bernard Edwards, co-fondateur de Chic. Optant pour une vie plus saine à la suite d’une très sérieuse attaque, il continue d’oeuvre en tant que musicien et producteur.

J’avais ouvert le livre de Nile Rodgers surtout par curiosité, n’étant fan ni de Chic ni du disco en général, mais je me suis surpris à le lire avec beaucoup d’intérêt et de plaisir. Le bouquin est très habilement écrit, c’est plein d’humour et de sensibilité, bref, tout à fait recommandable.

Traduit de l’angolais (E.U.A) par Anne-Laure Paulmont et Fred Collay

Editions Rue Fromentin – 20 euros

LA MENAGERIE D’AGATHE – Eric Chevillard et Frédérec Rébéna

menagerieUne très belle couverture, un kaléidoscope esthétique, un titre intrigant, et une citation qui donne le ton sur la quatrième de couverture : « Les vrais canards ne sont pas en plastique. Ils sont en viande et en plumes comme vous et moi. »
Eric Chevillard dresse un inventaire des jouets animaliers de sa fille : l’éternel canard de bain, on reconnait le clin d’oeil à Sophie la girafe ou encore à Elmer, l’ours en peluche… Chaque texte commence toujours par une présentation du fameux jouet ou doudou et se termine par un parallèle dans la « vraie vie », l’animal dans son environnement réel…

Frédéric Rébéna change de registre. D’habitude, on reconnaît toujours son trait, mais là il s’est transformé pour l’occasion en naturaliste. Pour chaque animal, il crée en une page un mélange harmonieux, à la manière d’un bestiaire, plusieurs représentations d’un tigre, d’un dronte ou encore d’un hérisson. Des croquis élégants, colorés ou pas, plus ou moins grands, de tous les profils accompagnent à merveille les textes surprenants d’Eric Chevillard.

Editions Hélium – 16,90 €

A TRES PETITS PAS – Collectif d’auteurs

alimentsEnfin une collection de documentaires adaptée pour les 7-9 ans ! Fortes de leur collection précédente pour les plus grands « A petits pas », les éditions Actes Sud Junior publient 5 « A très petits pas ». Chaque titre aborde un sujet de manière ludique, sous forme de questions-réponses. A quoi sert le cerveau ? Pourquoi la mer monte et descend ? Est-ce que nos ancêtres mangeaient comme nous ? Comment sait-on ce qu’il y a dans le ciel ? Voici un bref aperçu des questions posées. Toutes les réponses sont bien expliquées et très illustrées.

Editions Actes Sud Junior – 6,80 €

DOUZE MINUTES AVANT MINUIT – Christopher Edge

minuitDouze minutes avant minuit, les pensionnaires de l’Asile Bedlam se mettent à écrire des propos incroyables pour l’époque, et ce de manière ininterrompue. Nous sommes à Londres en 1899 et tous les écrits portent sur tous les grands événements du xxème siècle !
Penelope Tredwell, l’auteur et rédactrice en chef du Frisson illustré, périodique à succès, est solicitée par le directeur de cet hopital psychiatrique en tant qu’experte d’histoires effrayantes, pour tirer au clair cet élan littéraire nocturne. Bien sûr, comme Penny n’a que 13 ans, elle ne peut révéler sa véritable identité et embauche alors pour ses apparitions en public, Monty Maples un acteur pour tenir le rôle de Montgomery Flinch, le soi-disant auteur du Frisson illustré. Intriguée par cette délicate affaire et extrêmement curieuse, elle accepte de mener l’enquête, tout en préparant le prochain numéro et en gérant les improvisations et le manque de rigueur du comédien. Mais tout cela n’est pas de tout repos et surtout fort dangereux, car peu à peu tous sombrent dans la folie !

Comment les pensionnaires peuvent-ils avoir une vision aussi juste du futur ? Et pourquoi ? Une enquête fantastique fort intéressante puisque l’on découvre la vie littéraire anglaise de l’époque (Wells, Kipling, Conan Doyle…) tout en ayant une brève synthèse imagée de l’histoire du siècle dernier, le tout avec un brin de frisson…

Etrange, inquiétante, originale… voici une excellente lecture dès 13 ans !

Editions Flammarion – 13 €
(traduit de l’anglais par Laurence Kiefé et couverture de Eric Orchard)

LA MAISON DES ABSENTS – Tana French

TANA Voici un excellent polar, catégorie « roman de procédure », l’un de ceux où on suit l’enquête étape pas à pas, sans en savoir davantage que les inspecteurs qu’on accompagne pas à pas. Nous sommes en Irlande aujourd’hui, dans l’une de ces villes nouvelles qui devaient être un petit paradis pour les classes moyennes en pleine phase d’ascension sociale. Sauf que la crise économique est passée par là, que le lotissement n’a jamais été achevé et commence même à tomber en ruines.

Dans l’une des rares maisons habitées de Broken Harbour, un drame s’est produit. Une famille entière a été agressée. Les deux enfants et le père sont morts, la mère de famille est à l’hôpital dans un état grave. L’enquête est confiée à l’inspecteur Kennedy, dit Scorcher, un enquêteur chevronné épaulé par Richie, un jeune flic dont c’est la première enquêté importante.

Au delà de son caractère sanglant, l’affaire est intrigante, car dans la maison par ailleurs impeccablement tenue, les murs sont percés d’orifices et abritent de nombreuxses caméras… Crime de rôdeurs ? Drame familial ? Affaire liée à la pègre ? L’enquête est difficile et les hypothèses sont nombreuses.

La maison des absents est un récit plein de suspense mais qui privilégie le réalisme. Pas de rebondissements incessants tirés par les cheveux, mais une tension psychologique constante qui fait qu’on lit ce gros pavé quasi d’une traite. Le récit est très dialogué, et les nombreux interrogatoires sont très bien rendus.

Traduit de l’anglais (Irlande] par François Thibaux

Calmann-lévy – 21.90 euros

HOLLYWOOD BABYLONE – Kenneth Anger

hollywood babyloneConnaissiez-vous les déboires sentimentaux de Charlie Chaplin ? L’affaire Arbuckle, le gros rigolo des films muets ? Les détails de l’histoire de Frances Farmer, la comédienne qu’on enferma à l’asile ? D’où sortait le code Hays ? Saviez-vous qui est Louella Parsons, l’échotière intouchable d’Hollywood ? Comment Lupe Velez, la bombe latino des années 20, rata dans les grandes largeurs son suicide ? Et les dessous des procès de Mary Astor, de Lana Turner ? A la lecture d‘Hollywood Babylone, vous en apprendrez des vertes et des pas mûres sur les coulisses de la cité du cinéma des années 10 aux années 60. Kenneth Anger porte un regard critique mais fasciné sur ce monde de monstres. Entre art de l’illusion, liberté de ton et désillusion violente, les coulisses d’Hollywood sont un puits sans fond de fictions dérangeantes.

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Gwilym Tonnerre.

Tristram – 11,95 €

LA LUMIERE DIFFICILE – Tomás Gonzalez

lumiere difficileAtteint d’une dégénérescence oculaire, David ne peut plus peindre. Après avoir vécu des années à New York, il se retire dans un village en Colombie. Il se met à écrire tant qu’il est encore temps.
Il tente de recomposer avec les mots les plus justes ce qu’il a vécu : comment continuer à vivre et voir partir ceux qui nous sont chers ? Il raconte ainsi sa vie, la perte de son épouse et d’un enfant. Après un grave accident de voiture, Jacob, un de ses fils est gravement paralysé. N’en pouvant plus de cette douleur, il décide de partir pour l’Oregon où un médecin mettra fin à ses souffrances. Quoi de plus agréable que de se souvenir de sa femme et de leurs cinquante années passées ensemble…
Tomàs Gonzalez nous emmène dans la plus profonde intimité d’un homme qui s’apaise dans la rédaction de son récit. Son personnage s’interroge (comment parvenir à peindre à la perfection la lumière?); le lecteur aussi, ne passons-nous pas toute notre vie à courir après l’impossible ?

Un roman empreint de douceur et d’émotions.

Traduit de l’espagnol (Colombie) par Delphine Valentin
Editions du Seuil – 20€50

SIX FEMMES AU FOOT – Luigi Carletti

CARLETTI Un jour de derby au stade San Siro, entre l’Inter et le Milan AC. Six femmes, sans autre point commun que celui d’être présentes ce jour-là au stade, vont à un titre ou un autre, être partie prenante du drame dont l’issue va se jouer ce dimanche après-midi.

Un récit plaisant et plein de suspense sur une trame policière qui n’est absolument pas réservé aux seuls fans du football italien !

traduit de l’italien par Marianne Faurobert

Editions Liana Levi – 18 euros

LE GARCON INCASSABLE – Florence Seyvos

INCASSABLE Venue à Los Angeles écrire un portrait de Buster Keaton, la narratrice est amenée irrésistiblement à parler de son frère Henri, qui partage avec l’acteur une enfance marquée par une certaine forme de violence, une grande solitude, et des difficultés à évoluer dans le monde des gens « normaux ».

Henri, enfant lourdement handicapé et Buster (le casse-cou) partagent les mêmes obsessions, semblent étrangement imperméables au monde ce qui leur confère une SORTE d’invulnérabilité. Avec ces portraits croisés, Florence Seyvos signe un beau texte, original et empreint d’une grande sensibilité.

Editions de l’Olivier -16 euros

LES COUSINS KARLSSON – Katarina Mazetti

karlssonTome 1 : Espions et fantômes

Et oui, l’auteur du Mec de la tombe d’à côté écrit aussi pour les enfants. Elle a choisi d’imaginer une série jeunesse, dans la lignée du Club des 5, mais version suédoise. Voici le premier volet d’une collection bien prometteuse !

Quatre cousins se retrouvent dans les années 90 chez leur tante Frida pour les vacances. Celle-ci habite seule sur une île au large de la Suède où elle sculpte des oeuvres modernes conceptuelles. Pour dépanner ses soeurs, elle accepte d’accueillir ses neveux et nièces pour l’été. Pas très maternelle de nature, elle s’efforce de leur rendre la vie agréable, mais elle n’avait pas du tout prévu que ses oeuvres soient plagiées et vendues dans des galeries d’art et qu’un intrus squatte sa propriété et puise dans ses réserves. Ces deux imprévus ne contrarieront pas plus que ça les quatre cousins, bien au contraire… Ils se sentiront d’autant plus soudés et fiers de régler ces histoires comme des grands !

Un vrai roman d’aventures pour les 9-11 ans qui fait penser à nos chers héros de notre enfance tout en apportant une touche de fraîcheur et d’originalité. Ce premier tome donne déjà envie de découvrir la suite, rassurez-vous, elle paraîtra dès la rentrée !

Editions Thierry Magnier et Gaïa – 6,90 €
(traduit du suédois par Agneta Segol et Marianne Segol-Samoy)