AVENTURIERS MALGRE EUX (Tome 1) – C. Alexander London

yackTome 1 : 1 Yack, 2 Yétis, 3 explorateurs

Oliver et Célia Nombril n’ont pas de chance ! De nature assez pantouflarde, leur passion première étant avant tout de regarder la télé, ces jumeaux ont pour parents deux explorateurs totalement passionnés par leur métier. Membres du Club des explorateurs, ils ne pensent qu’à partager leurs expéditions et à offrir leurs découvertes à des musées. Mais, tous les explorateurs ne sont pas aussi honnêtes…
Un pari absurde entre Sir Edmund, un vrai charlatan qui se dit explorateur et M. Nombril va obliger les enfants à partir au Tibet à la recherche de leur mère et plus exactement des tablettes sacrées contenant le trésor de la Bibliothèque d’Alexandrie. Dans l’avion, à cause d’une mésentente entre la famille Nombril et des passagers, ils sont éjectés en plein vol ! Ils réussissent in extremis à construire un objet volant à partir d’un canot de sauvetage. Mais à peine ont-ils atterri qu’une femme Yéti furieuse les poursuit, qu’une tribu de vieilles femmes (ce sont en fait des sorcières empoisonneuses !) les accueillent un peu trop gentiment, qu’un soi-disant Lama cherche un peu trop à les protéger…

Un passionnant roman d’aventure original avec deux héros qui détestent l’action et qui vont se retrouver face à des situations extrêmement périlleuses… Heureusement, toutes ces heures passées devant des séries, des documentaires ou encore des émissions de télé-réalité vont s’avérer fort utiles ! Le résumé du tome 2, à paraître en septembre 2012, laisse présager une suite à la hauteur du premier tome.

(traduit de l’anglais (USA) par Valérie Le Plouhinec)

Editions des Grandes personnes – 16,50 €
pour les 9 à 12 ans

GRACE – Delphine Bertholon

graceDans les années 80, Grâce est une femme qui vit au rythme des voyages de son mari et de ses enfants.
Cet équilibre va vite être perturbé quand Grâce et son époux décident d’engager Christina, une jeune fille au pair.
2010, Grâce, sa fille, son fils et ses petits enfants fêtent Noël ensemble dans une étrange atmosphère. De curieux évènements se produisent, des secrets de famille ressurgissent. Les souvenirs réapparaissent, les langues se délient.

Delphine Bertholon sait parfaitement tenir le lecteur en haleine avec ce dialogue virtuel entre une mère et son fils, le tout avec une écriture intelligente et efficace.
Un roman noir au suspense intense.

Editions JC Lattes – 18 €

JOE MILLIONNAIRE – David Walliams

joeLe père de Joe a fait fortune en inventant un papier toilette hors norme. Joe est riche, il a 500 paires de chaussures, une salle de cinéma, son propre bowling et même un vrai crocodile. Et pourtant, Joe n’est pas heureux. Il veut être apprécié pour ce qu’il est et non pas pour son argent.
Il décide d’intégrer une école publique où il cachera son identité. Le jeune garçon fait alors la rencontre de Bob. Joe et Bob deviennent amis et font même le pacte de l’amitié …

Oui mais voilà, rien n’est simple quand il est question d’argent. L’identié de Joe va être dévoilée et tout va changer : bourde sur bourde, une amitié chamboulée, une histoire d’amour naissante, des péripéties de plus en plus loufoques…
Un roman touchant où David Walliams nous parle de l’amitié, la vraie. A quoi reconnait-on de vrais amis ? Mais aussi de l’argent. Joe va ainsi découvrir que la richesse n’est peut être pas ce qu’il y a de plus important. D’autres valeurs comme la famille ou l’amitié peuvent apporter bien plus qu’une simple somme d’argent.

Une histoire qui fait réfléchir petits et grands sur la société actuelle.

A partir de 9 ans

Albin Michel jeunesse – collection Witty
12.50€

LE DIABLE, TOUT LE TEMPS – Donald Ray Pollock

DIABLE Il y a deux ans tout juste, Donald Ray Pollock nous offrait Knockemstiff, un premier recueil de 18 nouvelles absolument époustoufflant (chez Buchet-Chastel mais épuisé, malheureusement) qui nous plongeait dans l’univers des petits blancs de l’Ohio. Un univers que Pollock connaît bien puisqu’il y a passé toute sa vie. Il récidive aujourd’hui avec un premier roman Le diable, tout le temps, qui se déroule sur plus de 20 ans, entre l’Ohio et la Virginie Occidentale. Une fresque où, autour d’Arvin, le personnage principal se croisent et d’entrechoquent son père, ancien du Vietnam, des prédicateurs cinglés, un couple de serial killers photographes, un sheriff corrompu… Poisseux, tendu, oppressant, le roman de Donald Ray Pollock est le livre de tous les superlatifs. C’est presque trop parfois, et pour ma part, j’avoue avoir une préférence pour les morceaux de vies des existences désespérément « normales » qu’il décrivait dans Knockemstiff. Mais bon, on ne va pas bouder notre plaisir car Le diable, tout le temps reste une réelle claque et un excellent roman.

Traduit de l’anglais (E.U.A) par Christophe Mercier

Albin Michel, collection Terres d’Amérique – 22 euros

L’ARMOIRE DES ROBES OUBLIEES – Riikka Pulkkinen

robesElsa vient d’apprendre qu’il ne lui reste plus beaucoup de temps à vivre. Elle décide de finir sa vie chez elle, près de ses proches. Anna, en visite chez sa grand-mère, trouve une robe assez élégante dans une armoire. Elle l’enfile, et réveille sans le savoir une vieille histoire de famille. La robe appartenait à Eeva, la baby-sitter de sa mère quand elle était petite… Anna ne peut alors s’empêcher de poser des questions, elle sent que ce secret pourrait expliquer certains de ses comportements ou réactions…
Un roman habilement construit sur trois générations de femmes en Finlande. Une écriture fluide et sensible, une trame assez forte, un jeu de va-et-vient dans le passé, l’auteur réussit à ne jamais tomber dans le mélo et à garder le lecteur en haleine jusqu’à la fin.

(traduit du finnois par Claire Saint-Germain)

Editions Albin Michel – 20,50 €

CLANDESTIN – Philip Caputo

clandestinGil Castle fuit New York, les tours effondrées, et le souvenir de sa femme disparue dans l’attentat. Il débarque en Arizona chez son cousin Blaine qui a tout du cow boy traditionnel (ranch, chevaux, troupeaux énormes et terres désertiques) pour cuver sa tristesse. Mais loin de s’être trouvé une retraite paisible et contemplative, Gil découvre la réalité de la frontière mexicaine, entre passeurs de clandestins et trafiquants de drogue.
Philip Caputo renouvelle le genre du western littéraire avec maestria. Il fait la part belle à un personnage traditionnel, Ben Erskine, fondateur du ranch au début du siècle, mercenaire de la révolution espagnole, sheriff expéditif, cow boy complexe dans toute sa splendeur. En parallèle, il suit les deux petits-fils d’Erskine, Gil, le banquier mélancolique et Blaine, son cousin qui continue à vivre comme son aieul. La description de la frontière au début du XXe siècle fait écho aux nouveaux enjeux de pouvoir du XXIe, en les dilatant ; les destins individuels se trouvent pris dans des engrenages infernaux : clandestins désespérés, flics corrompus, empires de la drogue. La mise en perspective des situations, la psychologie fouillée des personnages font de ce roman de genre (entre western et thriller) un voyage électrisant.

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Fabrice Pointeau.

Le Cherche-midi – 22€

CAFE GIVRE – Suzanne Selfors

cafe givreVoici un vrai petit bijou : un roman positif, joyeux et surtout passionnant !

En dehors des cours, Katrina aide sa grand-mère dans son café, « Chez Anna ». Dès 6 heures du matin, Katrina a l’habitude de moudre le café, sortir les poubelles… Ce matin, elle trouve un homme allongé le long de la benne à ordures. Peu rassurée, elle décide quand même de lui déposer des gateaux et du café pour le réchauffer. Peu de temps après, elle y retourne mais il a disparu.
A partir de ce moment, le quotidien de Katrina va se compliquer ! Le propriétaire du café d’à côté devient de plus en plus détestable, en plus de leur prendre tous leurs clients, il veut maintenant racheter « Chez Anna ». Sans oublier sa fille qui devient de plus en plus proche du meilleur ami de Katrina. Au lycée, le conseiller d’éducation lui reproche de ne pas avoir assez d’activités extra scolaires, et surtout elle est trop timide pour inviter un garçon à la fête du Solstice d’hiver… Et ce drôle de sans-abri qui se dit « messager » qui lui propose de faire 3 voeux…

On suit avec beaucoup de plaisir le combat de cette jeune fille pour sauver le café de sa grand-mère. Loin d’être anodine comme elle l’imagine, elle sera capable de prendre en main ce lieu et d’imaginer son nouvel avenir… Voici une belle histoire d’amour et d’amitié, avec de nombreux rebondissements légèrement irréels. Mais pourquoi pas ?

Editions Flammarion – collection Tribal – 11 €
dès 11 ans
(traduit de l’anglais par Marie Hermet)

6000 NUITS – André Borbé

6000 nuitsVoici un monde bien triste : la lecture y est interdite, ordre du Commandeur ! La seule grande bibliothèque de la ville a brûlé et des Livreurs sont obligés d’apporter des livres en cachette à tous les habitants.
Théodore vient d’être arrêté : il n’a pas respecté le couvre-feu pour aller soigner un malade. De manière très habile, il confie juste à temps un carnet avec un lieu de rendez-vous à sa nièce Esther. Celle-ci profite de ses insomnies pour s’y rendre en pleine nuit, au risque de rencontrer la milice. Ce qu’elle découvrira dépassera tout ce qu’elle aurait pu imaginer : elle va rencontrer des Bienveillants, des personnes capables d’écrire des nuits entières, elle sera séduite dès le premier regard par Zolhtan, elle sera étonnée du vrai visage du professeur Lepire et surtout, Esther va comprendre le sens de ses insomnies. Elle apprend aussi que sa 6000ème nuit sera un grand tournant dans sa vie. Après un rapide calcul, elle se rend compte qu’elle y est presque…
Dans ce monde imaginaire, l’amour, l’amitié et l’espoir font rêver tous les habitants tyranisés, jusqu’au jour où cela ne suffit plus. Esther et son amie Edith sont prêtes à lancer un élan de révolte…

Voici une passionnante histoire, dans le même esprit que La déclaration. Un auteur à suivre…

Editions Naïve – 18 €
Dès 11-12 ans

MIRACLE EN BOHEME – Josef Skvorecky

BOHEME Ce roman réjouissant et caustique nous plonge au coeur de la société tchèque, ou plus exactement tchécolovaque, puisque l’intrigue fait le va-et-vient entre les années 50 et le fameux printemps de 1968. Le point central du récit est une sombre affaire de « faux miracle », machination fomentée par l’Etat communiste pour déconsidérer l’Eglise, coupable de ne pas apprécier le paradis communiste à sa juste valeur.
Le personnage principal et narrateur de cette fable politique est professeur dans un école ménagère pour jeunes filles – pas la pire place pour un jeune homme assez porté sur la chose – avant de gagner sa vie comme auteur de livrets d’opérette, ce qui lui permet de voyager assez librement à l’étranger. Un sort plutôt enviable, donc, et peut-être la raison pour laquelle il refuse de s’engager politiquement et fuit comme la peste les pétitions qui fleurissent et qu’on cherche à lui faire signer.
Miracle en Bohême rappelle un peu les premiers Kundera, qui signe d’ailleurs la préface. La parution de ce titre dans la prestigieuse et néanmoins accessible collection L’imaginaire Gallimard (première parution française en 1978 chez Gallimard) est l’occasion de découvrir Skvorecky, auteur un peu oublié qui nous a quitté début 2012.

Traduit du tchèque par Claudia Ancelot

L’imaginaire Gallimard – 10 euros

MON DOUDOU DIVIN – Katarina Mazetti

doudouWera est pigiste, sa vie professionnelle est en stand by et sa vie personnelle n’est guère mieux. Elle remarque une annonce intrigante au supermarché à propos d’un stage de trois semaines à « la Béatitude ». Elle s’y inscrit, non pas pour une recherche de spiritualité, mais plutôt pour les opportunites financières qui s’offrent à elle ! Elle espère ainsi vendre à la presse féminine des articles un peu moqueurs sur ce genre de secte.
Le stage a lieu dans une vieille ferme au milieu de nulle part. L’endroit est assez rustique, l’emploi du temps fixé a des allures militaires et les forums du soir sont assez singuliers. Seulement quatre autres personnes participent au projet un peu fou d’Adrian et Annette : Madeleine, une femme timide et désespérée, Bertil, un ancien médecin avec de drôles de principes, Karim, un musulman d’origine iranienne et Eve-Marie, une femme invisible passionnée de poésie. Cette expérience dépassera le projet initial de Wera et aussi celui des autres, elle leur apportera bien plus…

Alternant la vision de Wera et de Madeleine, l’auteur s’amuse à confronter leurs points de vue. En apparence, elles n’ont rien en commun, se dévisagent ou se critiquent l’une l’autre, et pourtant… Un roman moins léger qu’il n’y paraît sur toutes nos croyances.

Editions Gaïa – 20 €
(traduit du suédois par Lena Grumbach et Catherine Marcus)