GOTICO – Rafael Abalos

goticoUn grand scientifique est retenu prisonnier dans un cachot médiéval. Une neurologue candidate au prix Nobel est assassinée, avec l’inscription « Kôt » marquée au fer rouge sur sa main. D’autres savants meurent dans les mêmes conditions. Le FBI se retrouve dans une situation complexe : à l’autopsie, le légiste décèle une anomalie commune : ils n’ont plus de cerveau. En parallèle, deux jeunes étudiants en astronomie reçoivent un mail étrange leur demandant de résoudre une énigme pour accéder au « Jeu des énigmes infinies ». En cas de réussite, ils accèderont à l’Essence du Mystère. En trouvant le mot de passe au jeu, ils ignorent encore que leur participation va vite dépasser le cadre virtuel…

Un thriller captivant qui mêle Moyen Age, science et jeux vidéo, où l’on suit trois histoires indépendamment (l’enquête policière sur les savants assassinés, le jeu sur Internet autour de la légende cachée de New York et les rituels étranges d’une organisation secrète). Une visite de New York intrigante et originale, où le lecteur découvre les grands monuments de la ville dans un ordre précis avec un mélange d’histoire et d’inventions, tout en étant complètement entraîné dans une histoire diabolique !

Editions Albin Michel Jeunesse – collection Wiz – 19 €
(traduit de l’espagnol par Maryvonne Ssossé
Idéal dès 13/14 ans

BIENVENUE A HOLLYWOOD – Joseph Wambaugh

bienvenue a hollywoodHollywood, les paillettes, le cinéma, les stars,… et le LAPD, le Los Angeles Police Departement. Joseph Wambaugh en faisait partie, avant de se décider à écrire des polars, largement inspirés de son expérience. Cela donne de courts chapitres, nerveux et bien dialogués, une galerie de flics qui vont du surfeur à l’aspirant acteur, et une bonne intrigue où se mèlent une riche veuve joyeuse avec une collection de tableaux qui attirent les convoitises et des camés prêts à tout. C’est efficace, sans prétention, mais vous apprécierez sans doute les bons mots et le sens du rythme made in america.

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Elsa Maggion.

Calmann-Lévy – 20,50€

MOTORMAN – David Ohle

motorman Ce petit bouquin de 150 pages à peine est une véritable mine de poésie et d’inventivité à ciel ouvert. Ouvrez Motorman au hasard, et vous y piocherez à coup sûr sur une image absurdement drôle, poétique, renversante…. Je le sais, car j’ai fait l’essai plusieurs fois, essai toujours concluant et c’est ainsi que ce petit livre, j’ai fini par le lire en entier, et je vous engage à en faire autant.

L’écriture expérimentale, c’est pas trop mon truc, d’habitude. Mais j’ai vraiment été bluffé par cet OVNI littéraire qui nous vient tout droit des années 70. Livre culte paraît-il, nous explique la longue et souvent drôle préface signée Ben Marcus (à lire absolument). L’histoire, parce qu’il y a une histoire, se passe dans un monde qui pourrait être le nôtre, sauf qu’y brillent deux soleils, qu’on y croise des engelés et que Big Brother a de constantes remontées d’acide. Côté ambiance, on est entre les Marx Brothers et David Lynch. Un livre comme cela, il n’en sort pas chaque année, ce serait dommage de rater celui-ci…

Traduit de l’anglais (E.U.A) par Nicole Richard

Editions Cambourakis – 18 euros

L’IMPASSE – Gene Kerrigan

kerrigan Callaghan a passé huit ans derrière les barreaux et n’a pas l’intention d’y retourner. Depuis sa remise en liberté, il mène une petite vie tranquille et un peu morose, ses seules sorties étant pour sortir boire un verre dans le pub appartenant à son ami et patron, Novak. C’est là qu’un soir, bien malgré lui, il se trouve mêlé à un réglement de comptes, et intervient pour éviter le meurtre d’un truand de troisième zone. Ce faisant, il interfère dans les plans d’un parrain local et va être obligé de jouer un rôle dans la guerre opposant les truands en place et la jeune garde qui veut prendre les manettes de la pègre à Dublin.
Si la trame est classique, ce polar mérite cependant de retenir toute votre attention. On est à Dublin aujourd’hui, où après des années de croissance économique effrénée, le tigre celtique a pris du plomb dans l’aile (si on me permet l’image). Sur l’île, l’ultra libéralisme a fait pas mal de victimes et en premier lieu, le pays lui-même, à travers une perte totale de ses valeurs et de sa manière de vivre.
Ce que nous montre L’impasse, c’est que l’affrontement entre les anciens et les modernes ne se limite pas au champs de l’économie légale, mais investit également les marges. Mackendrick, truand « à l’ancienne » est ainsi dépassé par les méthodes de Franck Tucker, l’étoile montante de la pègre locale. Sans haine et sans état d’âme, mais en recourant à la violence extrême chaque fois qu’il le faut, Tucker sonne le glas d’un banditisme « à l’ancienne », qui avait des valeurs, aussi personnelles et contestables soient-elles. Un récit allégorique, si l’on veut, et avant toute chose un roman noir de toute première qualité.

Traduit de l’anglais (Irlande) par Cécile Provost.

Gallimard série noire – 21 euros