CHRONIQUE DE LA NECROPOLE – Golo & Dibou

Golo et Dibou dressent le portrait du village égyptien de Gournah, proche de la Vallée des Rois. Golo le fréquente depuis longtemps, Dibou y est introduite en 1995, et tombe à son tour sous le charme. Les personnalités fantasques de certains villageois, les décors naturels et archéologiques, mais aussi les enfants des rues, le tourisme à outrance, la corruption : cette invitation au voyage est saisissante, tout en restant réaliste. Le trait de Golo, et son sens de la caricature, les passages photographiés, donnent une grande vivacité à ce récit au long cours. Futuropolis - 22 €

Commentaires fermés sur CHRONIQUE DE LA NECROPOLE – Golo & Dibou

EDWARDA, UNE CHAMBRE EN VILLE -Sam Guelimi & Collectif

Edwarda est une revue érotique littéraire chic et raffinée à la maquette particulièrement soignée qui existe depuis un peu plus d'un an. Elle accueille dans ses pages les travaux d'auteurs contemporains qui trouvent ici la possibilité d'exprimer leur vision du corps et de l'érotisme ainsi que les textes d'auteurs, connus ou moins connus. C'est une indéniable réussite. Edwarda sort aujourd'hui son premier "beau livre", Une chambre en ville. Sam Guelimi, directrice de la revue, signe l'ensemble des prises de vue. Les modèles sont seules, dans une chambre d'hôtel, livrées à l'objectif de la photographe. Entre les séries, la littérature prend place. Les lecteurs de la revue retrouveront les auteurs chers à Edwarda. Les autres découvreront à travers "une chambre en ville" cet étrange objet du désir. Tous les numéros de la revue Edwarda sont disponibles à la librairie. Un petit tour sur le site d'Edwarda vous donnera une idée de l'univers de la revue, superbe et envoûtant. Une chambre en ville - 30 euros. Revue Edwarda : 10 à 16 euros en fonction des numéros.

Commentaires fermés sur EDWARDA, UNE CHAMBRE EN VILLE -Sam Guelimi & Collectif

EROS & THANATOS

L'ex-libris, c'est une vignette permettant au bibliophile de personnaliser ses ouvrages. Il en existe de toutes sortes, et bien sûr, il y en a d'érotiques qui sont, paraît-il, parmi les plus collectionnés. Organisé par la galerie Humus et l'Association Pro Ex-libris, se tint l'année dernière en Suisse un concours ouvert aux artistes contemporains de tous pays, sur le thème d'Eros et Thanatos. La galerie Humus publie aujourd'hui un double album d'environ deux fois cent pages, présentant les oeuvres des lauréats et l'ensemble des contributions. Une sélection d'ex-libris plus anciens précède les oeuvres des participants. Le résultat est incroyablement créatif, tout simplement somptueux, et je pèse mes mots. La qualité des ex-libris présentés, la finition soignée (on regrettera juste l'absence de coffret) et le prix très attractif font d'Eros et Thanatos un cadeau rêvé, pour bibliophile exigeant. Petit tirage, bien sûr, donc dépêchez-vous. Editions Humus - 36,30 euros

Commentaires fermés sur EROS & THANATOS

X comme… RAYON X

Le rayon X vous en promet de belles. Cela ne rate jamais, l’arrivée des vacances signe le retour en kiosque du marronnier des marronniers : les français et le sexe. Par respect pour son lectorat, notre modeste blog ne se soustraira pas à cette obligation estivale. On va donc parler de cul, et plus exactement de livres de cul. Mais, amateur de gaudriole, passe ton chemin... Ce billet ne se départira pas du ton austère qui sied à la gravité de la menace qui plane sur nous : la disparition progressive du deuxième rayon, la fin programmée de l’enfer, bref, la lente agonie du rayon X en librairie… Quand SEXE est la requête la plus tapée sur les claviers juste après DSK, quand la moindre pub pour lave-vaisselle ressemble à un casting porno, par quel mystère le rayon érotique se réduit-il comme peau de chagrin pour devenir le parent pauvre des librairies ? Grave question. A défaut d’y répondre, j’aimerais proposer quelques pistes de réflexion. Commençons par bien cerner le problème, voulez-vous… D’abord, est-ce une question de manque d’intérêt pour la chose ? Le sexe n’intéresse-t-il pas les clients des librairies, espèce calme, méditative, peu portée sur la chose un peu à l’instar du grand panda et comme le sympathique plantigrade menacée à terme d’extinction ? La question mérite d’être posée puisqu’on tiendrait là une explication à la problématique plus vaste de la baisse de fréquentation en librairie. Des clients plus âgés, des clients moins nombreux et puis un jour plus de clients du tout... On en garderait quelques uns pour mettre en vitrine des centres Leclerc afin d’édifier les prochaines générations, et ce serait tout. On les nourrirait de feuilles…

Commentaires fermés sur X comme… RAYON X
Fermer le menu