LA DEESSE DES PETITES VICTOIRES – Yannick Grannec

deesse petites victoiresL’avis de Marie-Claude : Un premier roman réussi.

Adèle Gödel décide de raconter à Anne Roth, la jeune documentaliste chargée de récupérer les notes et les archives laissées par le chercheur ses souvenirs à côté de cette sommité des mathématiques, sa vie dans la Vienne des années 30 jusqu’au moment où après l’Anschluss de 1938, l’Autriche tombe dans le giron de l’Allemagne nazie. Kurt Gödel et sa femme Adèle partent en 1940 se réfugier aux Etats-Unis, via le Transsibérien et la traversée du Pacifique. Ils s’installent à Princeton, où Gödel intègre l’Institute for Advanced Study. La vie à Princeton n’a rien à voir avec la vie flamboyante de Vienne.
L’auteure nous fait alors vivre le quotidien des grands savants autrichiens réfugiés aux USA ; nous prenons le thé avec Albert Einstein, et suivons les discussions animées autour d’un repas regroupant aussi les couples Oppenheimer, Morgenstern. Nous écoutons leurs nombreuses interrogations sur les conséquences de leurs découvertes, leurs commentaires sur la guerre, les recherches nucléaires, l’affaire Rosenberg, le Maccarthysme….
L’auteure réussit à travers un discours à deux voix féminines, celle de la vieille dame qui a traversé le XXème siècle et celle de la jeune femme qui représente le nouveau monde et les temps modernes à brosser une fiction, mais aussi la biographie du savant et un récit historique mêlant les époques avec gravité et humour. Adèle Gödel est dépeinte comme un sacré personnage, bien attachante ; et la jeune Anna éveille toutes nos sympathies. Tout cela fait que, malgré une petite longueur, on se laisse porter par l’histoire et l’on veut, jusqu’ à la fin savoir ce que deviennent les principaux protagonistes.
Un premier livre bien réussi.

PS : Si vous voulez savoir comment évoqué le théorème de l’incomplétude sachez que Gödel a essentiellement bâti « une formule qui énonce qu’elle n’est pas démontrable » dans un système formel donné. Si cette formule était démontrable, cela signifierait que l’on pourrait démontrer « qu’elle n’est pas démontrable », d’où la contradiction. Donc cette formule n’est pas démontrable.
Bonne lecture !

Editions Anne Carriere – 22€

ILS DESERTENT – Thierry Beinstingel

ils desertentL’avis de Thomas : L’une arrive, l’autre doit partir ; c’est le pitch court. Plus en détails ? Elle : diplômée d’une école de commerce, un premier boulot pourri dans une enseigne d’articles de sport, la chance de sa vie dans une nouvelle boîte, directrice commerciale avec un salaire qui suit. Lui : le vieux, l’ancêtre, le premier VRP de la boîte dont il est cofondateur, les illusions parties depuis longtemps, si ce n’est une passion pour Rimbaud. Le deal : elle doit le virer, et vite, pour faire ses preuves et surtout, le sale boulot à la place des lâches.
Le situation réelle : deux solitudes qui s’affrontent. Elle : seule, un père décédé, une mère peu aimante, une sœur dont elle peine à se rapprocher. Lui : sa voiture pour maison, sa femme envolée, un fils qu’il voit peu. Elle peut tout gagner (socialement parlant) en le flinguant. Lui n’a plus grand-chose à perdre, si ce n’est quelques principes et son instinct vital.

Thierry Beinstingel nous met le dilemme entre les mains avec Ils Désertent, et appuie gentiment là où ça fait mal : malaise économique, malaise existentiel, malaise d’une société. L’écriture est serrée, précise, sans fioritures, ancrée dans le réel. Un joli roman, qui devrait faire – quand même – un peu parler de lui à côté des gros calibres de la rentrée.

Fayard – 19 €

APPATS VIVANTS – Fabio Genovesi

appat vivantsL’avis d’Eliette : Dans une petite ville d’Italie du Nord, Muglione près de Pise, Fabio Genovesi nous fait vivre des personnages attachants avec beaucoup d’ironie et de tendresse. Nous partageons le quotidien et les réflexions de Fiorenzo, jeune de 19 ans chanteur dans un groupe de métal, de son père, propriétaire d’un magasin de pêche et entraîneur d’un jeune prodige du vélo Rurko, de Stéfano son copain qui truque des photos sur internet, de Tiziana de retour au pays après ses brillantes études qui s’occupe de l’antenne Jeunes squattée par un groupe de retraités adeptes d’auto-défense.
Une lecture pleine de surprises au coeur de l’Italie d’aujourd’hui.

Editions Fayard – 22 €

L’HOMME QUI AIMAIT MA FEMME – Simonetta Greggio

homme aimait sa femmeL’avis de Jeanne : Alexandre et Yann sont frères. Ce sont deux jeunes hommes prometteurs engagés dans des études qui à coup sûr leur assureront un brillant avenir. Oui mais voilà, il y a les femmes et là rien n’est simple. Yann aime Maria qui aime Alexandre qui aime à sa façon Manon, Isobel, Elisabeth et tant d’autres… Alors que Yann est romantique et idéaliste. Alexandre le libertin traverse la vie avec nonchalance sans se soucier du mal qu’il peut faire. La vie emportera dans son tourbillon tous ces êtres qui vont s’aimer et se détester tour à tour les délestants peu à peu de leurs rêves et de leurs illusions.
Autour d’eux, gravite toute une génération d’intellectuels des années soixante qui s’invite dans la narration au gré des lectures et des rencontres des protagonistes. Ces figures donnent de la profondeur de champ au récit en le situant dans une histoire plus vaste, foisonnante et mouvementée.
Un récit bien mené qui entrecroise avec brio ces multiples existences et sait retracer avec finesse des parcours de vie à la fois ordinaires et singuliers.

Editions Stock – 20 €

LA VIE REVEE D’ERNESTO G. – J.Michel Guenassia

vie reveeL’avis d’Eliette : Ce roman retrace la vie mouvementée de Joseph Kaplan né à Prague dans une famille juive de médecins, médecin lui même à l’institut Pasteur à Paris puis envoyé en Algérie pendant la guerre. De retour après guerre dans la Tchécoslovaquie communiste, il est confronté aux méandres et vicissitudes de l’Histoire du 20e siècle.
C’est un récit alerte qui met en scène des personnages attachants et complexes : Maurice, son ami à Alger, Christine, comédienne qui devient sa femme, Héléna sa fille, Pavel et Teresa à Prague.
La musique de Carlos Gardel accompagne ce deuxième roman passionnant, à découvrir donc.

Editions Albin Michel – 22€90